Planète

Pollution : la nouvelle armée de l'air

Rue par rue, jusque dans leur salon, ils traquent l’ennemi et centralisent leurs informations. À Paris, des volontaires s’équipent de capteurs pour mesurer les particules présentes dans l'air. Bienvenue dans la "démocratie des capteurs".

Par Alice Pouyat I Publié le 24 Mai 2019


Des citoyens du 20e arrondissement de Paris vont se relayer toute l'année pour effectuer des mesures de la qualité de l'air. (Crédit : Bruno Charoy)
Des citoyens du 20e arrondissement de Paris vont se relayer toute l'année pour effectuer des mesures de la qualité de l'air. (Crédit : Bruno Charoy)

Retrouvez l'intégralité de ce reportage dans la revue We Demain n°26 , disponible en kiosque le 23 mai et sur notre boutique en ligne .

En ce soir de janvier, défiant un froid polaire, une vingtaine de Parisiens se sont donné rendez-vous au pied du métro Maraîchers. Armés de gants, bonnets, et d’un petit boîtier blanc autour du cou ou attaché au sac, ils viennent traquer un ennemi invisible, impalpable, mais présent à chaque coin de rue : la pollution de l’air, principalement les particules fines, émises par les véhicules, l’industrie, les cheminées…

Jacques, 60 ans, descend de son vélo et dégaine son capteur portatif. L’objet mesure les taux de polluants, que le cycliste consulte en direct sur son téléphone : "Ici, vous voyez le taux de PM10, inférieures à 10 micromètres, qui entrent dans le système respiratoire, et de PM1, encore plus fines, capables de pénétrer dans le sang", montre-t-il. Et c’est parti pour une heure de patrouille dans le quartier.

Ces promeneurs militants participent à un projet pionnier de surveillance citoyenne de la qualité de l’air. Toute l’année, des volontaires du 20e arrondissement vont se relayer, équipés de 70 capteurs, pour réaliser des mesures, chez eux et dans la rue, avec le soutien de la mairie et de scientifiques. Neuf mini-stations fixes ont également été installées à des points stratégiques.

Une idée soumise en 2008 au budget participatif de la Ville de Paris par les habitants du quartier. "L’objectif était d’abord de mettre des chiffres et des mots sur ce que nous respirons, pour ensuite adapter nos comportements et mieux lutter contre cette pollution", explique Jacques, qui est l’un des instigateurs du projet.
 













Newsletter : recevez chaque semaine
une sélection de nos meilleurs articles



wedemain.fr sur votre mobile