Politique

Portfolio : le Royaume-Uni au bord du "Nervous Brexit"

L’Europe à 28, c’est terminé, les Anglais prennent
 le large. Espoir pour les uns, cauchemar pour les autres, le Brexit électrise tout 
le royaume, même si
 le flou perdure sur ses conditions. Voyage dans un pays plus divisé que jamais.

I Publié le 19 Février 2019


Lewes (Sussex). Lors de cette fête qui commémore la mort de 17 martyrs protestants brûlés entre 1555 et 1557, on enflamme des effigies religieuses et politiques. Cette fête célèbre aussi l’attentat manqué, en 1605, contre le roi Jacques Ier d’Angleterre et le Parlement par des catholiques anglais. Ici, le 5 novembre 2018, une effigie de Theresa May, Première ministre britannique, tente d’écoper un bateau (le pays) qui coule. (Crédit : Nigel Dickinson)
Lewes (Sussex). Lors de cette fête qui commémore la mort de 17 martyrs protestants brûlés entre 1555 et 1557, on enflamme des effigies religieuses et politiques. Cette fête célèbre aussi l’attentat manqué, en 1605, contre le roi Jacques Ier d’Angleterre et le Parlement par des catholiques anglais. Ici, le 5 novembre 2018, une effigie de Theresa May, Première ministre britannique, tente d’écoper un bateau (le pays) qui coule. (Crédit : Nigel Dickinson)
Retrouvez l’article complet dans la revue We Demain n°25
en kiosque le 21 février et disponible sur notre boutique en ligne

Avec pour guides deux Britanniques, un journaliste et un photographe, We Demain consacre 24 pages à un road trip inédit à Brexitland. Extraits de ce voyage en Angleterre, Écosse et Irlande du Nord.

Margate (Kent), station balnéaire proche de Douvres. Un soldat de bronze de la Seconde Guerre mondiale scrute l'horizon. (Crédit : Nigel Dickinson)
Margate (Kent), station balnéaire proche de Douvres. Un soldat de bronze de la Seconde Guerre mondiale scrute l'horizon. (Crédit : Nigel Dickinson)

Londres. Manifestation en faveur d’un nouveau vote devant Westminster le 14 novembre, au moment où la Première ministre theresa May dévoile les modalités de l’accord sur le Brexit. (Crédit : Nigel Dickinson)
Londres. Manifestation en faveur d’un nouveau vote devant Westminster le 14 novembre, au moment où la Première ministre theresa May dévoile les modalités de l’accord sur le Brexit. (Crédit : Nigel Dickinson)

Lewes (Sussex), pendant les festivités traditionnelles de novembre 2018. À gauche, un homme vêtu de l’uniforme de la mort rappelle les traditions anglaises des druides païens et d’Halloween. À droite, l’homme habillé de l’uniforme de l’armée britannique incarne la puissance, l’empire et le colonialisme. (Crédit : Nigel Dickinson)
Lewes (Sussex), pendant les festivités traditionnelles de novembre 2018. À gauche, un homme vêtu de l’uniforme de la mort rappelle les traditions anglaises des druides païens et d’Halloween. À droite, l’homme habillé de l’uniforme de l’armée britannique incarne la puissance, l’empire et le colonialisme. (Crédit : Nigel Dickinson)

Douvres (Kent). 17 % des biens importés et exportés du Royaume-Uni passent par le port de Douvres, 30 % si l’on inclut les passages par le tunnel sous la Manche. Ici, forcément, le spectre d’un retour aux barrières douanières fait peur. (Crédit : Nigel Dickinson)
Douvres (Kent). 17 % des biens importés et exportés du Royaume-Uni passent par le port de Douvres, 30 % si l’on inclut les passages par le tunnel sous la Manche. Ici, forcément, le spectre d’un retour aux barrières douanières fait peur. (Crédit : Nigel Dickinson)

Une famille asiatique et des ouvriers mangent des hamburgers dans une station-service sur l’autoroute Maidstone, entre Londres et Douvres. (Crédit : Nigel Dickinson)
Une famille asiatique et des ouvriers mangent des hamburgers dans une station-service sur l’autoroute Maidstone, entre Londres et Douvres. (Crédit : Nigel Dickinson)

Derry, the Petrol bomber. Cette fresque évoque les trois jours d’émeutes, du 12 au 14 août 1969, qui opposèrent, à Derry,
 la population catholique
du quartier du Bogside
 à la police royale. Environ 3600 personnes ont été tuées durant le conflit nord- irlandais avant l’accord de paix dit «du vendredi saint» signé en 1998. (Crédit : Nigel Dickinson)
Derry, the Petrol bomber. Cette fresque évoque les trois jours d’émeutes, du 12 au 14 août 1969, qui opposèrent, à Derry,
 la population catholique
du quartier du Bogside
 à la police royale. Environ 3600 personnes ont été tuées durant le conflit nord- irlandais avant l’accord de paix dit «du vendredi saint» signé en 1998. (Crédit : Nigel Dickinson)













Newsletter : recevez chaque semaine
une sélection de nos meilleurs articles



wedemain.fr sur votre mobile