wedemain.fr
En savoir plus

Ma maison demain

Poules, jardinage et rires d’enfants : bienvenue dans une maison de retraite conviviale et écolo

Par Alice Pouyat I Publié le 29 Janvier 2018

Malaise dans les maisons de retraite, en grève ce mardi pour dénoncer leur manque de moyens. Afin de pallier aux difficultés, et de ramener de la vie dans celle des personnes âgées, un établissement de Nancy a pris un virage écolo, qui porte déjà ses fruits.


Madeleine et l'animatrice Karine s'occupent des six poules hébergées sur place. (Crédit: Ehpad Simon Bénichou)
Madeleine et l'animatrice Karine s'occupent des six poules hébergées sur place. (Crédit: Ehpad Simon Bénichou)
Madeleine, 89 ans, s’est tout suite rendu compte que les poules n’allaient pas bien. Leur plumage, d’abord, ne brillait plus. Elles devenaient nerveuses. "Il faut les traiter contre les poux !". Madeleine s’y connaît en gallinacés, elle en a élevés longtemps dans son pavillon des environs de Nancy. Aujourd’hui, elle continue à soigner six poules rousses dans sa maison de retraite. "Cela me fait un motif de promenade, mes petits enfants sont ravis, les gens du quartier passent, en profitent aussi", poursuit l’octogénaire.

Madeleine est l’une des 67 résidentes de l’Ehpad Simon Benichou, à Nancy, une maison de retraite  atypique, non seulement ultra écolo, mais aussi très ouverte sur l’extérieur.
"Ce projet part d’une évidence : même si ils ont moins de force ou des problèmes cognitifs, les séniors ont le droit de rester en contact avec la société, d’être acteurs de la vie sociale et culturelle", glisse Emmanuelle Diestch, directrice de l’établissement.

Le compost a permis de réduire les déchets et de faire du terreau pour le jardin (Crédit: Ehpad Simon Bénichou)
Le compost a permis de réduire les déchets et de faire du terreau pour le jardin (Crédit: Ehpad Simon Bénichou)

Compost, ruche et potager

Lancée il y a quatre ans, cette conversion écologique a commencé par un vaste projet de tri des déchets. "C’était insupportable de voir le niveau de gâchis alimentaire dans la maison de retraite", poursuit la directrice.

En plus du poulailler, alimenté grâce aux restes, un compost a été créé avec un maitre composteur, ouvert aux voisins du quartier qui peuvent y déposer leurs déchets organiques. Certains passent aussi lors du petit marché de produits bio et locaux qui se tient les vendredis à l'Ehpad, ou lors de la distribution de paniers d'Amap, organisée là encore au sein de l’établissement. Pour le printemps, à côté des ruches, un potager partagé sera enfin ouvert.
"Toutes ces activités ont un effet boule de neige. Elles permettent de créer du lien avec le voisinage, avec les familles, de remettre de la vie dans la maison", souligne Karine Bastien, animatrice du projet.

Un jardin partagé sera bientôt ouvert aux voisins. (Crédit: Ehpad Simon Bénichou)
Un jardin partagé sera bientôt ouvert aux voisins. (Crédit: Ehpad Simon Bénichou)
En fin de semaine, c'est "tombola" : les résidents offrent six œufs à un membre du personnel tiré au sort. Les autres oeufs sont utilisés lors d’ateliers pâtisserie, parfois réalisés avec des scolaires. Deux classes viennent apporter leurs déchets, cahiers, piles, ou stylos usagés. Des CE1 ont fabriqué un jeu des sept familles autour du tri sélectif avec leurs aînés. "Aujourd’hui, les gens sont fiers d’avoir un proche à Benichou", se réjouit Karine, qui a même emmené les résidents cueillir des mirabelles dans les vergers de sa famille.

Du temps, mais pas plus d'argent

Bien sûr, cette transition ne s’est pas faite sans effort.
"Cela demande beaucoup de temps et d’énergie pour animer les activités, mais cela ne coûte pas plus cher", estime la directrice.
L’établissement a emporté un appel d’offre et une aide du Conseil départemental pour développer ce projet éco-responsable. Le prix du ramassage des déchets allant croissant, le tri très sélectif a même permis de faire quelques économies. Le seul remplacement des bouteilles d’eau gazeuse par une fontaine a permis de gagner 4 500 euros en 2017. "On s’était promis d’aller tous au resto si on réduisait de 50 % nos déchets. Pari gagné", se félicite Emmanuelle Diestch.

Des activités relient les scolaires et les personnes âgées. (Crédit: Ehpad Simon Bénichou)
Des activités relient les scolaires et les personnes âgées. (Crédit: Ehpad Simon Bénichou)
Prendre un virage écolo, ramener un peu de nature en ville, l’idée intéresse déjà d’autres maisons de retraite. Certaines récupèrent les eaux de pluies ou réduisent leur consommation d’énergie, mais la spécificité de Simon Benichou est d'être engagé dans un projet global. "Plus facile dans un établissement qui n’accueille que soixante-sept résidents", reconnaît la directrice. Une maison de retraite écologique, et surtout à taille humaine.






[INFO PARTENAIRE]
Et si votre maison était une source de création où tout devient possible? Un lieu où vous avez le pouvoir d'imaginer, de faire... Selon vos goûts et vos envies.
Avec les solutions et l'accompagnement Leroy Merlin, vos projets vont plus loin.


WEDEMAIN.FR SUR VOTRE MOBILE