Connectez-vous S'inscrire
We Demain, une revue pour changer d'époque

Pour filtrer l'air urbain, faut-il faire confiance aux masques anti-pollution ?

Par Simon Chodorge I Publié le 5 Août 2016

La pollution de l’air serait responsable de 48 000 décès chaque année en France. Pour s'en prémunir, une solution, déjà largement utilisée en Chine, commence à percer en France : le masque anti-pollution réutilisable. S'il protège d'une partie des polluants, il ne fait pas l’unanimité chez des médecins et associations environnementales.


Des sites spécialisés dans le masque anti-pollution veulent en faire un nouvel accessoire indispensable au citadin. (Crédit : ResproPolska/Pixabay)
Des sites spécialisés dans le masque anti-pollution veulent en faire un nouvel accessoire indispensable au citadin. (Crédit : ResproPolska/Pixabay)
Ah, l’été ! L'occasion de prendre un grand bol d’air… et de pollution. Surtout en milieu urbain, où le soleil favorise la concentration de polluants dans l'air. Résultat, certains citadins choisissent désormais de sortir équipés de masques anti-pollution. Une tendance déjà bien ancrée dans certaines métropoles asiatiques ultra-polluées, qui émerge désormais en Europe, notamment en France.

De plus en plus de site de e-commerce internationaux proposent ce type de masques, en le présentant comme le nouvel accessoire indispensable du citadin, décliné dans tous les styles et couleurs imaginables. Des tests de ces produits font petit à petit leur apparition sur les sites français consacrés au cyclisme ou à la moto, dont les pratiquants sont particulièrement exposés aux gaz des pots d’échappement. S'en suivent des commentaires et retours d'expérience des usagers. Mais, au-delà du marketing, le masque anti-pollution est-il une protection vraiment efficace ?


Chacun de ces masques répond à l'une des normes européennes  ou américaines portant sur la protection des professionnels du bâtiment ou encore des personnels du milieu hospitalier. Certains d'entre eux sont dotés de filtres réutilisables - la durée de vie d'un filtre peut aller jusqu'à six mois. Plus étanches que les masques en papier à usage unique, leur prix varie généralement entre trente et quarante euros.
 
Quelles particules fines filtrent-ils au juste ? Selon leurs fabricants, ces masques retiennent les fameuses PM10 (d'une taille inférieure à 10 micromètres) et les PM5, mais tous ne filtrent pas les PM2,5, les plus fines d'entre elles. Les masques Respro, par exemple, protègent en principe des particules PM5 tandis que ceux de Vogmask sont censés filtrer les particules PM2,5. À noter que certains modèles sont aussi dotés d’une couche de carbone qui filtre des gaz polluants comme l’ozone.

En gênant la respiration, ces masques peuvent essouffler plus rapidement. (Crédit : ResproPolska/Pixabay)
En gênant la respiration, ces masques peuvent essouffler plus rapidement. (Crédit : ResproPolska/Pixabay)

"Les masques ne filtrent pas les particules les plus fines"

Mais les performances affichées sont parfois optimistes. C'est du moins l'avis de professionnels de santé et d'organismes spécialisés qui relativisent l’efficacité de ces masques. Les PM2,5 de taille très inférieure à 2,5 micromètres ne pourraient en effet pas être filtrées par les masques anti-pollution, même les plus performants. Or, ce sont ces particules qui pénètrent le plus profondément dans le corps, provoquant des maladies cardiovasculaires et respiratoires. En France, les seules PM2,5 seraient responsables de 48 000 morts chaque année selon une étude de Santé Publique France publiée en juin. Elles seraient ainsi la troisième cause de mortalité derrière le tabac et l’alcool.

Les professionnels de la qualité de l'air soulignent aussi un aspect contreproductif de ces masques : en gênant la respiration, ils peuvent provoquer un essoufflement plus rapide... et donc une accélération de la pénétration des particules dans le corps.
 
Olivier Blond, président de l’association Respire (association nationale pour la prévention et l'amélioration de la qualité de l'air), ne cache pas son scepticisme :
 
"Les masques ne filtrent pas les particules les plus fines, notamment les PM2,5 et PM1, qui sont les plus toxiques. Et ceux qui le portent, se croyant protégés, ne vont pas prendre d’autres précautions pour véritablement éviter la pollution de l’air."

Et d'élargir le débat :
 
"On cherche des solutions faciles pour résoudre le problème mais malheureusement il n’y en a pas vraiment. Les réponses à la pollution de l’air sont des choses qui prennent du temps : changer la politique de la ville, limiter les moteurs Diesel ou choisir son itinéraire quand c’est possible."
 

Masques hybrides et connectés

Malgré ses limites techniques, le masque anti-pollution est en passe de devenir un outil écolo : "Alors portons des masques, au quotidien, pendant avant ou après un pic de pollution, pour se protéger du pollen, des particules, de l’ozone et des odeurs du voisin, parce que c’est le seul moyen de se protéger (partiellement) et surtout un excellent moyen de favoriser la prise de conscience citoyenne !", s'exclame l'auteur du blog Mmasquepollution.com.


Pour aller plus loin, certaines structures développent des prototypes de masques hybrides et connectés, comme le foulard anti-pollution connecté de Wair ou le masque d’R-Pur à destination des utilisateurs de deux roues. Des accessoires qui alertent leur utilisateur en temps réel sur les pics de pollution et la qualité de l’air des zones qu’il traverse.

Si les caractéristiques techniques exactes de ces prototypes ne sont pas encore connues, ils présentent le mérite d'informer et de sensibiliser.... Rejoignant ainsi les objectifs des associations de santé environnementale, qui militent pour une prise de conscience individuelle et collective face à la pollution de l'air.







Réservé aux abonnés du site.
Accédez à l'intégralité du n°16 de la revue WE DEMAIN

Pas encore abonné ?
Inscrivez-vous gratuitement !





WEDEMAIN.FR SUR VOTRE MOBILE