wedemain.fr
En savoir plus
Twitter
Rss
Ma maison demain

Pour loger les sans-abri et les réfugiés, cette asso réutilise des camions frigo

Par Juliette Mantelet I Publié le 17 Janvier 2018

Alors qu’Emmanuel Macron en déplacement à Calais promet de mobiliser 20 000 logements d’urgence pour les réfugiés d'ici la fin 2018, l’association Home 311 Tabary-Le Lay a peut-être la solution pour y parvenir : les remorques frigorifiques.


Des camions frigorifiques comme habitat d'urgence (Crédit : Une Villa en Urgence)
Des camions frigorifiques comme habitat d'urgence (Crédit : Une Villa en Urgence)
Selon l'ONU, il y aurait 250 millions de réfugiés climatiques dans le monde d'ici 2050. Aujourd’hui en France, il y a environ 143 000 personnes sans-abri. Pour faire face à cela, Frédéric Tabary et Jean-Charles Le Lay, deux designers, ont imaginé un habitat d’urgence modulable et mobile en remorques de camions frigorifiques. 
 
"Tous les hommes évoquent le problème des sans-abri mais personne ne fait rien" déplore Frédéric Tabary, président de l'association Home 311 Tabary-Le Lay.

L'intérieur des camions (Crédit : Une Villa en Urgence)
L'intérieur des camions (Crédit : Une Villa en Urgence)

Mieux que les conteneurs

Pour Frédéric Tabary, les poids lourds frigorifiques représentent "une opportunité incroyable". Ils permettent de disposer de 30m² parfaitement isolés et déplaçables, offrant ainsi la possibilité de se déployer partout selon les besoins.
 
Les logements s’adaptent à la demande pour proposer aussi bien un espace d’hébergement pour 12 personnes, qu’un logement individuel ou une villa d’urgence pour 40. En effet, les remorques peuvent être assemblées et reliées entre elles par des passerelles pour créer un espace modulable.
 
Le grand intérêt de ces remorques, selon le président de l’association, est surtout qu’elles sont déjà isolées ce qui évite des dépenses coûteuses, comme c’est le cas avec les conteneurs. Le coût pour un camion de 12 places : 20 000 €. Bien peu pour Frédéric Tabary qui précise, "si on fait le ratio places / prix, il n’y a pas moins cher pour des conditions d’hébergement aussi saines".
 
Chaque camion dispose d’une salle de bain, de WC, du chauffage et de lits confortables. L’association a aussi pensé aux chiens des sans-abri, qui les obligent bien souvent à refuser des places en centre d’accueil d’urgence où ils ne peuvent les emmener. Avec Home 311, ce problème est réglé. Une caisse en acier isolée vient se greffer à l’extérieur du camion et une trappe en tête de lit permet le contact avec l’animal. 


"10 000 à 15 000 remorques frigorifiques partent à la casse chaque année"

Cette idée, en plus de reloger les sans-abri ou les réfugiés, donne aussi une seconde vie aux camions frigorifiques. Ces derniers après 12 années d’utilisation doivent, selon la norme européenne, passer un contrôle technique rigoureux. La plupart du temps il est trop onéreux de remettre le camion aux normes et ils partent alors dans des décharges en Afrique. Et chaque année, ce sont entre 10 000 et 15 000 remorques frigorifiques qui finissent à la casse. 
 
"On pourrait quasiment régler le problème des sans-abris en un an puisque 10 000 caisses de 12 personnes ça fait 120 000 places et qu’il y a actuellement 143 000 sans-abri en France." 
 
L’association déploie donc des partenariats avec des transporteurs pour récupérer les camions. Ensuite, il faut deux semaines pour les transformer en logements. Des entreprises partenaires sont déjà intéressées, notamment à Marseille et en Suisse, pour les aider à modifier les camions. "Cela revient exactement au même pour les transporteurs, sauf qu’au lieu de polluer un pays, ils aident à sauver des gens" explique Frédéric.
Les travaux sur l'un des camions (Crédit : Une Villa en Urgence)
Les travaux sur l'un des camions (Crédit : Une Villa en Urgence)

Le projet de Villa en Urgence pour Lyon (Crédit : Une Villa en Urgence)
Le projet de Villa en Urgence pour Lyon (Crédit : Une Villa en Urgence)

Premier camion et appels aux dons

Le premier camion doit être bientôt déposé à Paris pour l’association Aurore, qui sera donc la première à recevoir cet habitat d’urgence. Frédéric Tabary et Jean-Charles Le Lay sont en discussion avec la ville de Paris pour en déployer plusieurs par la suite. D’autres villes sont intéressées par leur concept, comme Genève, Strasbourg ou Lyon.
 
Home 311 a aussi rencontré le porte-parole du Gouvernement, Benjamin Griveaux, qui a promis de soutenir le projet. Frédéric Tabary espère que des subventions de l’État arriveront prochainement.
 
"1 million d’euros cela peut faire beaucoup de camions et surtout beaucoup de logements et quand on y réfléchit, cela ne représente pas grand chose pour l’État."
 
Vendredi 19 janvier l’association, soutenue par le MEDEF, lancera à Carquefou un appel aux entreprises pour obtenir des financements. L’ancien PDG de Maisons du monde, Xavier Marie, a déjà apporté sa pierre à l’édifice en leur offrant un premier chèque de 20 000 €.
 
Frédéric Tabary espère à l’avenir pouvoir faire rayonner son projet dans le monde, le besoin d’habitats d’urgence étant malheureusement universel. 





[INFO PARTENAIRE]
Envie d'en savoir plus sur la maison de demain, d'explorer les nombreuses mutations qui parcourent le monde de l'habitat, de mettre en place des solutions pour mieux vivre chez soi ?


wedemain.fr sur votre mobile