Débats, opinions

Pourquoi la technologie peut nous aider à améliorer la vie des personnes autistes

I Publié le 14 Juin 2016

TRIBUNE. Par Caroline Savary et Etienne Sagnier, psychologues spécialisés dans l’autisme.


Photo d'illustration (Crédit :  Ministère du Travail, de l'Emploi et de la santé/Flickr)
Photo d'illustration (Crédit : Ministère du Travail, de l'Emploi et de la santé/Flickr)
Aujourd’hui, l’autisme touche plus d’une naissance sur 100 en France (cette proportion augmente notamment du fait des pollutions environnementales). Les symptômes de ce handicap apparaissent avant l’âge de 3 ans : des troubles sévères de la communication. Environ 50 % des personnes autistes n'acquièrent jamais le langage malgré des thérapies orthophoniques.

Chez les autres on constate un retard important de la production des premiers mots. Mais aussi, des interactions sociales parfois compliquées et des prises en charges difficiles et fatigantes, qui engendrent des incompréhensions, des conflits et de la souffrance, de la honte, des maltraitances…
 
"Je n’emmène plus on fils au parc, car on nous regarde bizarrement…"

"On m’as dit : votre enfant n’as rien, il est mal élevé." 
 
Il est alors primordial d’agir en développant des outils de communication qui viennent appuyer le progrès linguistique, sans pour autant s’y substituer, afin d’aider les personnes avec autisme et leur entourage au quotidien. 

Souvent, la solution qui s’offre à eux, c’est de construire des classeurs de pictogrammes. C’est un outil encombrant. Cela demande un travail fastidieux, une organisation considérable pour les familles et les personnes touchées.

Caroline Savary (Crédit : DR)
Caroline Savary (Crédit : DR)
Au cours des 15 dernières années, les chercheurs et spécialistes des Troubles du Spectre de l’Autisme (TSA) ont rendu compte que les technologies numériques permettent d’améliorer l’attention des personnes avec autisme, particulièrement les tablettes tactiles grâce auxquelles ils communiquent par images et sons.

De plus, l’activité informatique ne fait pas appel aux compétences de communication sociale qui posent des difficultés à ces personnes (Murray, 1997). Ces outils leur sont donc d’une aide précieuse.

Les technologies numériques utilisées actuellement dans les projets de recherches sont diverses et font preuve d’une grande créativité. Par exemple : 
 
  • Utiliser des robots expressifs pour s’exercer à la distinction des émotions et observer l’interaction et les capacités d’imitation (Dautenhahn, Billard, Robins, Nadel, 2007). Le but ici est de les aider à coordonner des mouvements simples avec des interactions verbales et corporelles (Robot NAO)
 
  • Associer des avatars en réalité virtuelle (tablette ou ordinateur) à de la discussion pour simuler des comportements pertinents en réponse aux évènements de la vie quotidienne. Cette innovation passe par la conception d’un dispositif original permettant l’interaction homme-machine projeté sur un écran avec l’aide d’un capteur de mouvement comme Kinect (périphérique initialement destiné à une console permettant de contrôler des jeux vidéo sans utiliser de manette.)
 
Cet appui de la technologie permet d’entraîner les personnes avec autisme à maitriser des compétences considérées comme altérées dans ce handicap.

L'application Autisphère pour un meilleur langage et plus d'autonomie

Nous sommes Caroline Savary et Etienne Sagnier, tous deux psychologues spécialisés dans l’autisme. Nous avons souhaité développer l’application Autisphère, qui permettra d’améliorer l’accès au langage (70 % n’accèdent pas au langage) et l’autonomie (seulement 15 % des adultes sont autonomes) de ces personnes.

Dans cette application sur tablette, seront répertoriés plus de 800 pictogrammes du quotidien pour que les utilisateurs puissent exprimer librement leurs émotions, leurs envies… à travers des images et la prononciation des mots (sons préenregistrés) pour faciliter l’échange avec l’interlocuteur. Cette fonction centrale permet de limiter les contraintes gestuelles ou logistiques.

Étienne Sagnier (Crédit : DR)
Étienne Sagnier (Crédit : DR)
Un module de planification entièrement personnalisable offrira un soutien dans l’enchaînement des activités du quotidien (s’habiller, se déplacer) et permettra d’anticiper le déroulement d’une journée, les rendez-vous...

Les activités seront décomposées en tutoriels visuels pour aider à réaliser les actions du quotidien. L’utilisateur pourra créer de nouvelles images grâce à cet outil qui se veut innovant et ergonomique.

En améliorant la communication et l’autonomie, Autisphère contribuera à réduire les difficultés de la situation de handicap de ces personnes, leur fournissant l’opportunité de s’inscrire activement et durablement dans notre société.

Afin de développer cette application, nous avons besoin de soutiens. C’est pourquoi nous avons  lancé une campagne de financement participatif sur la plateforme Ulule.











Newsletter : recevez chaque semaine
une sélection de nos meilleurs articles


wedemain.fr sur votre mobile