Connectez-vous S'inscrire

Présidentielle 2017 : Cinq candidats citoyens encore en course sur LaPrimaire.org

Par I Publié le 15 Novembre 2016

215 citoyens avaient présenté un programme pour 2017 sur cette plateforme en ligne qui vise à permettre aux internautes de désigner un candidat indépendant de tout parti à l’élection présidentielle. Le premier tour de cette primaire a permis de désigner cinq candidats. Le 31 décembre, il n'en restera plus qu'un.


Thibauld Favre et David Guez. (Crédit : DR)
Thibauld Favre et David Guez. (Crédit : DR)
Alors que la campagne des primaires de droite se termine (enfin), le premier tour ayant lieu dimanche 20 novembre, une autre campagne bat encore son plein sur Internet… et dans la vraie vie. Celle-ci se veut, à sa façon, une réponse au fait que plus de neuf Français sur dix ne se reconnaissent plus dans nos gouvernants. Son deuxième tour aura lieu du 15 décembre au 30 décembre seulement, avec révélation du candidat élu le 31.

Le nom de cette autre primaire ? LaPrimaire.org. We Demain vous la présentait en janvier : Fondée par David Guez et Thibauld Favre, respectivement avocat et ingénieur patron de start-up, elle vise à permettre aux internautes de désigner un candidat indépendant de tout parti à l’élection de 2017. Et ainsi, lutter contre l’abstention et "réveiller la démocratie".
 
"Chez nous, tout le monde pouvait se porter candidat, sans barrière d’idées, explique David Guez à We Demain. Lors de notre première phase de sélection en ligne, qui a commencé le 4 avril, 500 personnes avaient postulé, et 215 d’entre elles avaient rempli un programme en ligne".

Blockchain et représentatibilité

Au bout de ce processus, un premier vote a permis de qualifier douze candidats, qui avaient chacun réussi à comptabiliser 500 soutiens citoyens. Le premier tour de vote, qui s’est déroulé en ligne du mercredi 26 octobre au dimanche 6 novembre, a ensuite permis de faire émerger cinq candidats, en lice pour le deuxième tour.

Charlotte Marchandise, Nicolas Bernabeu, Roxane Revon, Michel Bourgeois, Michael Pettini, viennent de cinq régions différentes de France. Ils ont été élus grâce au jugement majoritaire : chaque électeur s'est vu attribuer un lot aléatoire de cinq candidats, puis a dû leur attribuer une mention. Très bien, bien, assez bien, passable, insuffisant… :
 
"Il s’agit d’un vote d’intensité, et non d’un vote par défaut. Aujourd’hui, ce mode de scrutin est considéré par de nombreux chercheurs comment celui offrant les résultats les plus représentatifs de la volonté des électeurs."

Pour parfaire la fiabilité des 53 383 votes enregistrés par 11 304 votants, "un algorithme s’est assuré que les candidats étaient dans les lots le même nombre de fois". En outre, le vote s’est effectué en ligne, via la blockchain Ethereum, une technologie qui permet d’échanger des données de façon sécurisée et anonyme. "C’est pour nous une garantie de l’inaltérabilité du vote, et pour l’électeur une façon d’obtenir une preuve de son vote – à laquelle nous n’avons pas accès- et de vérifier qu’il a bien été pris en compte" , précise David Guez.

Revenu de base et nouvelle Constitution

Les cinq candidats en lice de la primaire.org (Crédit : Primaire.org)
Les cinq candidats en lice de la primaire.org (Crédit : Primaire.org)
Prochaine étape, pour les cinq candidats ? Se frotter à leurs électeurs, en partant pour un tour de France des villes, où ils les rencontreront lors de cafés débats qui rassemblent "une centaine de personnes à chaque fois". "Au sein du mouvement la primaire.org, les électeurs coécrivent les programmes avec leurs éventuels représentants, en ligne comme en vrai. Ces rencontres sont pour les citoyens l’occasion de les challenger, et pour les candidats une façon de les forcer à être vrais, et à bien parler. Un travail d’intelligence collective en somme", veut croire le cofondateur de la primaire.org.
 
Côté programme, justement, qu’en est-il de ceux des cinq candidats jusque là ? S’ils semblent être d’accord sur la nécessité d’expérimenter un revenu de base ou de passer à une sixième République, leurs avis sur l’Europe ou l’écologie sont loin d’être les mêmes. "Il y a de tout, du plutôt gauche et du plutôt droite, du pro-européen ou de l’anti…Leurs idées sont assez représentatives des tendances françaises", avance-t-il.
 
Côté électeurs aussi, "ils sont de toutes les affinités et de tous les âges, même si lors du dernier vote, nous avons pu constater que les votants ont en moyenne quarante ans, contrairement au vote papier français où elle tourne autour de 50 ans", poursuit l’avocat, qui se réjouit par ailleurs du nombre "croissant de sympathisants". Si pour le moment, la primaire.org rassemble 90 000 sympathisants, Thibauld Favre et lui espèrent en effet atteindre les 100 000 bientôt.

Course aux parrainages

À l'aide de ces sympathisants, ils comptent ensuite permettre au citoyen élu le 31 décembre de se lancer dans la course aux parrainages. Pour ce faire, ils ont d'ores et déjà sensibilisé de nombreux maires des 18 000 petites communes du territoire au parrainage de leur futur candidat et à leur démarche citoyenne, grâce à un tour de France cet été et à la participation à plus de cent événements depuis moins d'un an. Mais aussi grâce à la transformation de leur mouvement associatif en parti politique, qui s'auto-détruira dans deux ans pour "éviter qu'il ne devienne un enjeu de pouvoir".

Quant aux financements nécessaires, "nettement inférieurs à ceux d'une campagne conventionnelle", ils vont aller les chercher chez les citoyens : "Sur les 65 000 euros récoltés en un an lors de notre dernière campagne de financement participatif, il ne nous en reste plus que 10 000, mais nous sommes confiants", maintient l'avocat, séduit par "l'énergie citoyenne énorme" qu'il sent un peu partout. En avril 2017, il en est sûr, la primaire.org présentera son ou sa candidat(e) à la présidentielle française.

"Il faut des vrais programmes et propositions pour contredire les valeurs de personnes comme Marine Le Pen, et un vrai mouvement citoyen pour faire en sorte que le peuple ne se referme pas sur lui-même comme aux États-Unis en ce moment", assure David Guez.

À leur façon, Thibauld Favre et lui s'emploient à lui redonner la voix.
 






Réservé aux abonnés du site.
Accédez à l'intégralité du n°16 de la revue WE DEMAIN

Pas encore abonné ?
Inscrivez-vous gratuitement !





WEDEMAIN.FR SUR VOTRE MOBILE