Connectez-vous S'inscrire

Quand Pokémon GO incite au ramassage des déchets : trois initiatives inspirées du jeu

Par Pauline Jallon I Publié le 12 Septembre 2016

La fièvre suscitée par le jeu de réalité augmentée semble retombée. Mais Pokémon Go continue à faire des émules. Notamment chez les militants écolo qui cherchent à rendre fun la collecte de déchets.


88 000 tonnes de déchets sauvages sont jetés en France chaque année (Crédit : Alexas_Fotos/Pixabay)
88 000 tonnes de déchets sauvages sont jetés en France chaque année (Crédit : Alexas_Fotos/Pixabay)
On a beau être écolo, ramasser les ordures que d’autres ont jeté n’a rien de sympathique. Mais quand ce ramassage devient un jeu, où il s’agit de collectionner les prises, de traquer les détritus retors, voire de gagner des cadeaux, tout le monde s’y met.

C'est ce que permettent plusieurs applications et concepts récemment inspirés du phénomène mondial Pokémon Go. We Demain a repéré pour vous trois de ces initiatives qui permettent de se balader en jouant, tout en faisant du bien à la planète. 

Le logo de Pokédéchets GO (Crédit : Capture d'écran/poketrash.motive-moi.fr)
Le logo de Pokédéchets GO (Crédit : Capture d'écran/poketrash.motive-moi.fr)

Attraper tous les déchets... et gagner des cadeaux

Gabriel Michenzi, Luis Ferreira et Arnaud Martig, trois jeunes Suisses originaires du Chablais, sont à l'origine de ce projet. En quelques semaines, leur jeu a fait des émules en France, en Espagne, en Allemagne, et jusqu’aux États-Unis. Le principe est simple : avec un sac poubelle et des gants, partir à la chasse aux déchets. Prendre en photo son butin et le poster sur la page Facebook du projet avec le hashtag #Pokédéchets GO. Chaque mois, les plus gros butins sont récompensés. Par des abonnements Spotify Premium notamment.
 
Née en juillet dernier, l’initiative a déjà récolté près de 12 000 likes sur Facebook, et 300 photos de butins ont été envoyées. Le 10 septembre dernier, les fondateurs ont organisé un premier événement dans leur vallée natale  : un grand nettoyage des digues du Rhône, au départ de Collombey-Muraz, à quelques kilomètres seulement de la frontière française. 

À Creil, Pokémon poubelle et Pokémon balai

L'un des spécimens de PokéCreil (Crédit : Creil balaie devant sa porte/Facebook)
L'un des spécimens de PokéCreil (Crédit : Creil balaie devant sa porte/Facebook)
Comme son nom l’indique, c’est à Creil qu'est né ce jeu. Déjà investie dans le ramassage des déchets avec son collectif Creil balaie devant sa porte, la commune de l’Oise a également repris les codes de Pokémon GO pour promouvoir la propreté de ses trottoirs. Les PokéCreil ressemblent furieusement des Pokémon, à ceci près qu’ils incarnent des symboles incitant à s'engager pour un environnement plus propre : un canard (emblème de Creil), une poubelle ou encore un balai.
 
Le Creillois en balade qui repère des déchets sauvages est invité à les prendre en photo, puis à y apposer (par montage) le PokéCreil de son choix. Les plus belles photos seront récompensées. "Nous voulons dénoncer les endroits sales, mais nous ne sommes pas dans une logique de délation, c’est plutôt pour faire réagir les gens", assure Philippe Scanff, qui fait partie du collectif et est à l'origine de l'idée des PokéCreil. 

Le logo de Hoali (Crédit : Capture d'écran/Hoali.org)
Le logo de Hoali (Crédit : Capture d'écran/Hoali.org)

Un jeu pour faire barrage à la polution de l'océan

L’analogie avec Pokémon ne saute pas aux yeux ici, mais elle est revendiquée par les créateurs de cette application. Originaires de Saint-Brieuc en Bretagne, Alexandre Solacolu, Philippe Carrez, Bruno Sroka et Hugues Bosvieux ont créé l'application Hoali (dont le nom signifie "vie" en breton) afin de lutter contre les millions de tonnes de déchets qui finissent chaque année dans l'océan. Leur appli permet de valoriser la collecte des déchets marins, mais aussi de cartographier la position des poubelles pour faciliter le ramassage et le tri.
 
À l'image des PokéStop dans le jeu Pokémon, les poubelles deviennent des points d’intérêt. Chacun peut en ajouter sur la carte afin qu'elle soit le plus précis possible. "L’idée est de rassembler une communauté pour former un cordon sanitaire afin d’empêcher les déchets d’arriver jusqu’à la mer", précise Alexandre Solacolu.
 
Hoali sera disponible à Saint-Brieuc d’ici quelques semaines. Ses fondateurs comptent à terme l'étendre à toute la France. Pour faire partie des premiers joueurs, il est d'ores et déjà possible de se préinscrire sur Hoali.org

Notre bonus : Trash GO 64

Il vous sera sans doute plus difficile de reproduire les spectaculaires lancers de déchets de Nicolas Escavi, dont les vidéos montrent le ramassage des détritus sous un nouveau jour. Pour remplir sa "Trashdex" avec des "Pokétritus", le jeune homme multiplie les mises en scène, qui toutes portent un nom évocateur pour qui joue à Pokémon GO : "Pikabois niveau 37", "Freezcool niveau 36" ou encore "Pikapneu niveau 867". 




WEDEMAIN.FR SUR VOTRE MOBILE