Société-Économie

Qui sont les "Pussy hat", cette marée de bonnets roses qui envahit les villes du monde ?

Par I Publié le 24 Janvier 2017

Ces bonnets à la forme féline ont été portés par près de deux millions de personnes au cours des manifestations du week-end dernier, suite à l'investiture de Donald Trump.


(Crédit : @rmayersinger/Twitter)
(Crédit : @rmayersinger/Twitter)
Une marée de rose. Dans les rues de Washington, mais aussi de New York, Boston, Los Angeles, Seattle, Londres ou Paris, plus de deux millions de personnes ont défilé samedi 21 janvier avec un bonnet rose.

Créé par deux amies féministes, Krista Suh, scénariste, et Jayna Zweiman, architecte à Los Angeles, le patron de ce bonnet est tricoté en laine, en forme d'oreilles de chat, et porte le doux nom de "Pussy Hat"... Ce qui veut dire, en anglais, "chapeau de chaton", mais aussi, en langage familier "chapeau de chatte".

L'idée de ce bonnet, qui est devenu le symbole d'un véritable mouvement, a vu le jour au lendemain d'une énième déclaration sexiste de Donald Trump, alors encore en campagne présidentielle : 
 
"Quand tu es une star, elles [les femmes, NDLR] te laissent faire. Tu peux les attraper par la chatte ["grab them by the pussy", dans sa version originale, NDLR], tu fais tout ce que tu veux."

Cette phrase devenue tristement célèbre, le désormais 45e président des États-Unis l'a prononcée dans une vidéo datant de 2005, révélée par le Washington Post en octobre dernier.

"Les droits des femmes sont des droits humains". (Crédit : Pussyhat)
"Les droits des femmes sont des droits humains". (Crédit : Pussyhat)

Madonna, Alicia Keys et Scarlett Johansson

"Le projet Pussyhat [a été] lancé le week-end de Thanksgiving dans le but de créer une mer de chapeaux roses représentant non seulement la marche, mais aussi les créateurs et créatrices de ces chapeaux roses", lit-on sur le site du mouvement.

Plus loin : "Pussyhat est un mouvement, pas seulement un moment".  Un mouvement qui a, pour l'heure, connu du succès dans plus de 673 marches organisées à travers le globe pour pour défendre le droit à l'avortement et, plus largement, pour les droits des femmes et les droits civiques. À l'origine, les deux amies instigatrices des bonnets avaient réussi à donner envie à plus de 100 000 personnes de télécharger son patron, puis de se réunir pour les confectionner.

Selon elles, de nombreux modèles - aux contours variés, mais toujours roses et en forme de chat(te) - ont également été distribués à ceux et celles ne sachant pas tricoter, ou n'en ayant pas eu le temps. Des personnalités comme Patti Smith ou Krysten Ritter ont posté des photos d'elles avec des pussyhat sur les réseaux sociaux, les chanteuses Madonna, Alicia Keys et l'actrice Scarlett Johansson ont également rejoint le mouvement en prononçant des discours poignants le jour J :

Deux jours après la série de manifestations pour le droit des femmes, lundi 23 janvier, Donald Trump a signé un décret visant à interdire le financement d'ONG internationales qui soutiennent l'avortement. Sur leur site, les Pussyhat en appellent à "continuer la marche" et à rejoindre un nouveau mouvement, "10 actions for the first 100 days" (10 actions pour les cent premiers jours).













Newsletter : recevez chaque semaine
une sélection de nos meilleurs articles



wedemain.fr sur votre mobile