wedemain.fr
We Demain - Info Partenaire

Sécurité sur les chantiers, CAD.42 lance sa solution connectée

Alexandre Anquart I 27 Juillet 2018

De l’avis des cofondateurs de la start-up CAD.42, un chantier mieux sécurisé est un chantier plus productif. Leur solution pour protéger les personnes tout en améliorant les performances : un système de calcul prédictif des dangers, connecté à des capteurs équipant les gilets des ouvriers et les principaux engins des chantiers. Concourant dans la catégorie Smart Business, CAD.42 fait partie des douze finalistes des Prix EDF Pulse 2018.


1 ouvrier sur 10 est blessé chaque année, les technologies développées par CAD.42 permettent de diminuer les risques. (Crédit : CAD.42)
1 ouvrier sur 10 est blessé chaque année, les technologies développées par CAD.42 permettent de diminuer les risques. (Crédit : CAD.42)
"À partir du moment où des hommes travaillent avec des machines, la sécurité devient une problématique majeure", rappelle Jean-Philippe Panaget, l’un des quatre fondateurs et actuel PDG de CAD.42. La solution qu’il a développée avec ses trois associés part de ce constat et de celui, plus amer, que "tous les opérateurs ont un ami ou un collègue qui s’est blessé ou qui est mort dans un accident de chantier".

Lancée en 2016, CAD.42 a profité de l’avènement dans l’industrie du BTP du "Building Information Modeling", ou "BIM", un système de modélisation 3D intelligent. Sur les chantiers, l’équipe déploie un écosystème d’objets connectés  :
   
"Des capteurs posés sur tout ce qui est générateur de valeur ou de danger, comme une grue ou un chariot élévateur, mais aussi intégrés aux vestes connectées de chaque compagnon", explique Jean-Philippe Panaget.
   
L’ensemble des données générées est ensuite stocké et modélisé sur la plateforme en ligne FieldTracker.42, que les conducteurs de travaux peuvent consulter à n’importe quel moment. Ils peuvent y suivre en direct les flux et le déroulement du chantier, identifier les situations à risque selon les positions de ouvriers et celles des équipements dangereux, mais aussi visionner si besoin des scénarios passés, en cas d’accident notamment.
    
"Via cette même plateforme, les règles de sécurité et le code de danger spécifiques à chaque chantier, le type de matériel utilisé, les maintenances techniques à venir, etc. peuvent être paramétrés", énumère Jean-Philippe Panaget.
     
Lorsque les ouvriers entrent dans une zone à risque, par exemple sous la charge lourde de la grue (préalablement équipée d’un capteur), leur gilet connecté sonne et s’allume afin de les alerter du danger. "Notre système est omniscient et précis à 30 centimètres", ajoute Jean-Philippe Panaget. Actuellement en phase d’industrialisation de ses capteurs et gilets connectés, CAD.42 a déjà vendu sa solution à plusieurs acteurs du BTP et des transports en commun urbains, pour assurer la sécurité de ses travailleurs isolés.
   
"En plus de connaître les positions et de récolter des informations, les opérateurs peuvent eux-mêmes signaler un danger potentiel en appuyant sur un bouton du boîtier qui équipe leur gilet", explique Jean-Philippe Panaget qui insiste sur l’importance d’impliquer dans ce processus chaque acteur du chantier.
   
Par ailleurs, les gilets de sécurité connectés dont s’équipent les ouvriers ne sont pas individuels, ni nominatifs. Une façon de garantir leur anonymat.

Démonstration du système de détection et d'alerte équipant les gilets connectés CAD.42.

La solution de CAD.42 présente d’autres avantages, tels que la production de statistiques sur les taux d’utilisation des différents matériels équipés de capteurs.

"Notre logiciel peut générer des rapports d’activité et, par exemple, permettre au chef de chantier ou au conducteur de travaux de demander une seconde grue s’il s’aperçoit que la première présente un taux d’utilisation maximal", explique Jean-Philippe Panaget. La plateforme en ligne peut également être utilisée comme outil de formation afin d’expliquer et d’illustrer des situations et exemples précis en rejouant certains scénarios modélisés.
   
"Elle est enfin un moyen fiable de quantifier l’impact de la formation sur la sécurité délivrée chaque semaine aux opérateurs", ajoute le PDG.
  
Principalement présent en France, CAD.42 se développe également en Amérique latine où une filiale a été ouverte en septembre  2017. " Nous voulons développer notre solution dans le secteur de l’industrie minière, principalement au Chili qui possède 70 % des ressources mondiales de cuivre, et 60 % de celles de lithium, détaille le PDG. On y trouve de nombreuses mines à ciel ouvert, tout à fait compatibles avec notre système."

Avec sa solution adaptable et l’ensemble de ses applications possibles, CAD.42 entend faire bénéficier ses clients de statistiques globales sur la sécurité, la productivité, l’organisation et l’efficacité de leur chantier, les soutenant ainsi dans le cadre d’une démarche d’amélioration continue.
 


Les Prix EDF Pulse récompensent les start-up françaises et européennes qui innovent dans le sens de la transition énergétique et imaginent les usages électriques de demain. Les entreprises qui concourent sont réparties dans quatre catégories, Smart Home (maison intelligente), Smart City (ville intelligente), Smart Business (entreprise intelligente), Smart Health & self (santé et bien-être  connectés). Un Grand Jury désignera un lauréat par catégorie, et un 5e Prix sera décerné par le public à l'issue d'une campagne de vote en ligne. Les résultats finaux seront annoncés lors des Electric Days, l'évènement innovation du groupe EDF, dont la deuxième édition se tiendra du 9 au 11 octobre à Paris. À la clé pour chacune des cinq start-up lauréates : 70 000 € de dotation, une campagne de communication grand public et l’opportunité pour elles de bâtir leur notoriété et d’accélérer leur développement.

Sécurité sur les chantiers, CAD.42 lance sa solution connectée
L'énergie est notre avenir, économisons-la !
  



WEDEMAIN.FR SUR VOTRE MOBILE