Planète

Top 10 des mobilisations citoyennes pour la planète en 2019

Par Alice Pouyat I Publié le 30 Décembre 2019

Grèves étudiantes pour le climat, désobéissance civile, collectes de déchets, fronde antipesticides… Alors que tous les voyants écologiques sont au rouge, de nombreux citoyens se sont mobilisés pour l'environnement cette année, faisant pression sur leurs gouvernements. Retour sur 10 actions qui ont marqué 2019.


Les marches pour le climat, partout dans le monde, ont fortement marqué l'année 2019. (Crédit : Shutterstock).
Les marches pour le climat, partout dans le monde, ont fortement marqué l'année 2019. (Crédit : Shutterstock).

1. Greta et les grèves pour le climat

L’adolescente suédoise Greta Thunberg, encore peu connue il y a un an, est devenue à 16 ans le visage planétaire d’une jeunesse en colère. Avec sa grève scolaire pour le climat, elle a entraîné dans son sillage des centaines de milliers de jeunes, qui ont massivement marché dans les rues. Le 15 mars, 2 052 événements ont eu lieu dans 123 pays, selon le site Fridaysforfuture.org. Dans la foulée, les jeunes organisent aussi des actions plus ciblées comme la première Cop étudiante à Paris.

2. Extinction Rebellion et la montée de la désobéissance civile

Né en Grande-Bretagne, le mouvement de désobéissance civile non violent Exctinction Rebellion (XR) a essaimé partout dans le monde cette année. Avec son credo "l’espoir meurt, l’action commence", les activistes ont orchestré de nombreux happening et blocages, sans craindre la répression de la police. Lors de la "Rébellion internationale d'octobre", ils ont été plus de 2 000 à bloquer le centre de Paris pendant plusieurs jours. D'autres mouvements militants ont aussi opté pour ce mode d'action directe, de plus en plus populaire face à l'urgence climatique.
Des militants d'Exctinction Rebellion font face à la police. (Crédit Shutterstock).
Des militants d'Exctinction Rebellion font face à la police. (Crédit Shutterstock).

3. Europacity, stop à l'artificialisation des terres

Jeudi 7 novembre, le gouvernement annonce l’abandon du projet de mégacomplexe de loisirs et de négoces Europacity censé ouvrir en 2027 à Gonesse, dans le Val-d’Oise, à 15 kilomètres au nord de Paris. Contesté depuis des années par un front d’opposants de plus en plus nombreux, ce projet était devenu un symbole de l’artificialisation des terres agricoles au profit de projets commerciaux. Plus largement les luttes citoyennes se sont multipliées en France contre "les grands projets inutiles" – extensions d'hypermarchés, de complexes touristiques ou de fermes intensives – dont voici une carte interactive.

4. La fronde des communes antipesticide

Le mouvement est parti de Langouët, en Île-et-Vilaine. Un peu partout en France, dans les campagnes mais aussi les grandes villes, des maires ont pris cette année des arrêtés interdisant ou restreignant l'usage de pesticides. Objectif  : faire pression sur le gouvernement afin de durcir la loi et d'instaurer des distances de sécurité entre les zones d'épandage et les habitations. Dans la lutte contre les pesticides, on se souviendra aussi cette année de plusieurs victoires en justice d'agriculteurs contre Monsanto.

5. Une Convention citoyenne pour le climat

C'est une première en France. Suite au Grand débat national, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une assemblée citoyenne de 150 personnes tirées au sort, chargées de plancher sur la transition écologique dans notre pays. La création de cette assemblée avait été demandée par diverses associations, comme Démocratie ouverte. Après de nombreuses réunions, les citoyens rendront leurs conclusions au printemps 2020.
Opération ramassage de déchets sur une plage au Venezuela lors du World Clean Up day. (Crédit : Shutterstock).
Opération ramassage de déchets sur une plage au Venezuela lors du World Clean Up day. (Crédit : Shutterstock).

6. Des compétitions de ramassage de déchets

Ce n'est pas tout à fait nouveau, mais les opérations de ramassage de déchets citoyennes se sont multipliées cette année, avec la seconde édition du World Clean Up day, mais aussi la première compétition sportive de collecte d'ordures à Marseille, le défi "Ma cité va briller" lancé par des jeunes de banlieue, ou encore le défi #FeelTheBottle consistant à ramasser des mégots dans une bouteille et à en poster une photo sur les réseaux sociaux.

7. Pollution : la nouvelle "armée de l'air"

Plusieurs groupes de citoyens ont lancé cette année des projets pionniers de surveillance de la qualité de l'air. Équipés de capteurs, ils réalisent des mesures, chez eux et dans la rue, pour mieux cerner et combattre la pollution dans leur quartier.
Autre fait marquant : pour la première fois en France, la justice a reconnu en juin une "faute" de l'État pour insuffisance de mesures dans la lutte contre des pics de pollution en Ile-de-France, après le recours d'une mère et de sa fille qui vivaient près du périphérique et souffrent de problèmes respiratoires.

8. Un collectif antisécheresse et inondations

Alors que de fortes sécheresses ont marqué le pays cette année, un collectif citoyen a créé une plateforme qui rend intelligibles les données scientifiques sur le sujet et propose au grand public des prévisions concernant les zones où risque de frapper la sécheresse en France, de 2030 à 2090, mais aussi les inondations, plus fréquentes "là où les sols sont secs et l’eau ruisselle".

9. Energie : des projets citoyens de plus en plus rentables

Les projets citoyens d’énergies renouvelables ne sont pas nouveaux, mais ils sont de plus en plus nombreux (111 installations en France, surtout des centrales solaires, mais aussi des parcs éoliens, des chaufferies au bois..) et ils démontrent leur rentabilité. Selon une étude publiée en décembre par Energie partagée, ces projets sont "deux à trois fois plus rentables pour le territoire que les projets privés". En moyenne, pour 1 euro investi au capital d’une installation gérée par un collectif de citoyens, ce sont 2,5 euros qui sont créés pour le territoire, contre moins d’1 euro quand le projet est privé.

10. Des artistes qui annulent leurs tournées

Le 21 novembre, le groupe Coldplay annonçait le report de sa prochaine tournée, afin de la rendre plus éco-responsable et de réduire son bilan carbone. Et les musiciens Britanniques ne sont pas les seuls à réfléchir à l'impact des tournées : Massive Attack, Shaka Ponk ou Roméo Elvis… De plus en plus d'artistes se mobilisent pour le climat et n'hésitent plus à user de leur image pour sensibiliser le public. Dans le monde du cinéma, notamment lors du festival de Cannes, nous vous avions aussi parlé de l'engagement de célébrités, ou de la naissance d'un nouveau métier, celui d' éco-manager pour réduire l'impact écologique des tournages de films.

Autant de mobilisations à suivre et à poursuivre en 2020 !











Newsletter : recevez chaque semaine
une sélection de nos meilleurs articles



wedemain.fr sur votre mobile