wedemain.fr
Twitter
Rss
Ma ville en transition

Tous à vélo ! De nouvelles pistes cyclables pour se déplacer après le confinement

Plusieurs grandes villes planchent sur la création de nouvelles pistes cyclables pour encourager la pratique du vélo à la sortie du confinement. Et ainsi éviter la transmission du virus dans les transports en commun.

Par Alice Pouyat I Publié le 15 Avril 2020


La création de nouvelles pistes cyclables, au moins temporaires, est encouragée pour éviter la propagation du coronavirus. (Crédit : Shutterstock).
La création de nouvelles pistes cyclables, au moins temporaires, est encouragée pour éviter la propagation du coronavirus. (Crédit : Shutterstock).
Le vélo sera-t-il l’un des grands gagnants du déconfinement, prévu le 11 mai ? Paris et plusieurs grandes villes souhaitent en tous cas encourager son usage. Objectif : limiter les contacts rapprochés dans les transports en commun, et donc la propagation du virus. 
 
Preuve de l’intérêt suscité par cette solution : l’écologiste Pierre Serne, ancien vice-président de la région Ile-de-France et président du Club des villes et territoires cyclables, s’est vu confié lundi 13 avril la mission de coordonner les initiatives allant dans ce sens par la ministre des Transports Elisabeth Borne. 
 
"Tout le monde s'accorde à dire qu'après l'épidémie il y aura un rejet collectif des transports en commun. Si on ne veut pas prendre le métro, le bus ou le car pour se rendre au travail par crainte de la contagion, il faudra bien qu'on puisse se déplacer", explique-t-il dans Le Parisien.  

Des aménagements "tactiques"

Déjà encouragé par les dernières grèves, le vélo semble une bonne alternative, au moins sur de courts trajets. Économique et écologique, il pourrait aussi éviter l’usage intenable des voitures individuelles... dont on observe déjà le retour en Chine, avec un boom d’achat de voitures neuves, suscitant embouteillages et nouveaux pics de pollution. 
 
Dès à présent, les élus sont donc incités à mettre en place des aménagements dits "tactiques". À Paris, les véhicules à moteur pourraient par exemple être bannis provisoirement de grands boulevards au profit de la bicyclette.
 
La ville "travaille (...) à la réalisation de nouveaux aménagements cyclables simples et rapides à mettre en œuvre, pour accompagner la demande de déplacements à vélo post-confinement"indique sur Twitter Christophe Najdovski, maire-adjoint de Paris en charge des Transports.


Montpellier, Berlin ou Bogota déjà en selle

Le maire de Montpellier a lui annoncé dès le 12 avril la création de deux nouvelles grandes voies cyclables, l’une définitive en mordant sur une piste automobile, et l’autre temporaire. Grenoble, gérée par l’écologiste Eric Piolle, est aussi intéressé.

Et à l’étranger, plusieurs grandes villes sont déjà en selle. Bogota en Colombie a créé en une nuit 117 km de pistes cyclables avant même le confinement pour favoriser la distanciation sociale. Berlin, elle, a doublé la largeur de ses pistes pour répondre à la hausse du trafic vélo.
 

Aides aux cyclistes

Mais pour encourager les Français à préférer le vélo à la voiture ou au métro, encore faudra-t-il leur donner des coups de pouce, alerte la Fédération des usagers de la bicyclette (FUB), qui participe aux travaux de la mission confiée à Pierre Serne.
 
Interrogée par France Inter, cette organisation plaide pour une meilleure signalisation des itinéraires (calquée sur ceux du métro ou des transports collectifs pour faciliter les déplacements pendulaires), pour une aide à ceux qui possèdent déjà un vélo (afin de le remettre en état), ou encore pour la multiplication des places de stationnement (pour éviter les vols). D'autres propositions ont aussi été avancées par la Convention citoyenne pour le climat, que nous évoquions dans cet article. 

L'heure de la vélorution aurait-elle sonné ?
 





wedemain.fr sur votre mobile