Connectez-vous S'inscrire

Trop intrusive, trop exclusive : pourquoi les ados délaissent la conversation téléphonique

Par I Publié le 14 Juin 2017

Pour les adolescents et jeunes adultes, le smartphone sert à tout sauf à téléphoner. Un désamour teinté de pudeur et d’un besoin de maîtriser le temps.


De plus en plus, les adolescents délaissent la conversation téléphonique (Crédit : Pixabay)
De plus en plus, les adolescents délaissent la conversation téléphonique (Crédit : Pixabay)
Trop personnelles voire intrusives, les conversations téléphoniques se font de plus en plus rares chez les adolescents. Ce qu'explique Michel Combot, directeur général de la Fédération française des télécoms au Monde : "La stagnation des usages de la voix sur le portable est une tendance assez marquée depuis 2016, et accentuée chez les jeunes jusqu’à 25-39 ans".

Car l’appel met mal à l’aise. "Quand tu commences une conversation, il y a toujours un malaise. Alors qu’avec les messages on n’a pas à commencer, on continue", confie Martin, 19 ans, au Monde.
 
Alors que la conversation téléphonique exige une réponse immédiate et une attention exclusive, communiquer via les réseaux permet de démultiplier son attention et de ne pas répondre tout de suite, et donc de maîtriser la conversation. "Les digital natives suivent trois conversations en même temps", précise Nicolas Demassieux, directeur de la recherche d’Orange au quotidien.

Un conversation qui mêle texte, images et emoji

Pour communiquer, ils privilégient donc les SMS mais surtout les applications de messageries instantanées : Facebook Messenger, WhatsApp, Line ou encore Snapchat. "C’est le vrai réseau star pour échanger et partager des photos, explique Céline Cabourg, co -­auteure du livre Portables : la face cachée des ados (Flammarion enquête), au Parisien . En France, le réseau compte huit millions d’utilisateurs, dont plus de la moitié sont âgés de moins de 25 ans.
 
Ces derniers permettent d’envoyer des messages mêlant textes, images et vidéo. Plus faciles que jamais à partager, photos et vidéos deviennent un outil d’échange et de conversation à part entière, comme l’explique André Gunthert au pure-player L’imprévu.
 
Si cette disparition progressive de la voix au profit des données désole certains, telle Sherry Turkle, psychosociologue au Massachusetts Institute of Technology (MIT) et auteur de Reclaiming Conversation, l’enseignante et chercheuse en sociologie du numérique, Laurence Allard estime que cette écriture hybride, faites de textes, dessins, gif, emoji etc. rend leurs échanges "plus riches, plus créatifs que la conversation téléphonique".

Source : Lemonde.fr





Dans la même rubrique :
< >

Mardi 13 Juin 2017 - 18:13 We Demain a testé le yoga au bureau



Réservé aux abonnés du site.
Accédez à l'intégralité du n°16 de la revue WE DEMAIN

Pas encore abonné ?
Inscrivez-vous gratuitement !





WEDEMAIN.FR SUR VOTRE MOBILE