Connectez-vous S'inscrire

Twitterland, le village andalou où la démocratie locale se joue en 140 caractères

I Publié le 9 Juin 2016

À Jun, petit village d’Andalousie, depuis 2011, près de la moitié des habitants communiquent avec l’équipe municipale via Twitter. Dans le bureau du maire, le petit oiseau bleu a même remplacé le portrait du roi d’Espagne. Reportage.


À l'affût de la moindre innovation hight-tech : José Antonio Rodriguez Salas, le maire socialiste de Jun.
À l'affût de la moindre innovation hight-tech : José Antonio Rodriguez Salas, le maire socialiste de Jun.
"Jun était un village inconnu et nous l’avons transformé en un laboratoire de la démocratie du futur, où tout le monde parle avec tout le monde, sur un même niveau", s’enorgueillit José Antonio Rodriguez Salas. Avec ses 400 000 "followers" sur Twitter, le maire PSOE, le parti socialiste, est dans le top 10 des politiques les plus suivis d’Espagne.

Mieux, il s’agit du second maire le plus influent sur le réseau social, juste derrière Manuela Carmena et ses 414 000 abonnés. Si le nom de la maire "indignée" de Madrid évoque quelque chose à l’étranger, celui de José Antonio Rodriguez Salas a pourtant toutes les chances d’être inconnu. Tout comme celui de sa commune : Jun.


L'emblème du réseau de microblogging coiffe l'obélisque inaugurée l'été dernier en présence de Dick Costolo, l'ex-PDG de Twitter.
L'emblème du réseau de microblogging coiffe l'obélisque inaugurée l'été dernier en présence de Dick Costolo, l'ex-PDG de Twitter.
Ce quarantenaire au regard bleu perçant est le premier magistrat d’un petit village de 3 700 habitants, dans la campagne andalouse, en bordure de Grenade. Sa popularité en ligne lui vient de l’inédite méthode de démocratie qu’il implémente. Depuis 2011, ses administrés sont invités à se créer un compte Twitter pour échanger avec l’équipe municipale. Près de la moitié des Juneros l’ont déjà fait.

Un lampadaire cassé dans la rue ? Une mention à l’électricien public suffit pour le faire intervenir. Quelques déchets traînent sur le trottoir ? Pour 140 signes, l’éboueur arrive à la rescousse. Et les citoyens reprennent à leur compte ce mode de communication : la cuisinière de l’école publie chaque jour le menu des enfants, la poissonnerie ses offres du jour, tandis que le médecin accepte les prises de rendez-vous par "Direct Message" (DM).

Dans le bureau du maire, le traditionnel portrait du roi d’Espagne a depuis longtemps été remplacé par le petit oiseau bleu. L’emblème du réseau américain se retrouve aussi sur les tasses souvenirs de Jun et orne, en grand format, le fronton municipal.

Sur son fil d'actualité, l'agent d'entretien reçoit de nombreux encouragements.
Sur son fil d'actualité, l'agent d'entretien reçoit de nombreux encouragements.
Cet été, la bourgade a même inauguré un obélisque surmonté de l’oiseau, sur le rond-point d’accès au centre-ville. Dick Costolo, l’ex-PDG de Twitter, était présent. Comme sur Hollywood Boulevard, il a laissé l’empreinte de sa main sur du béton coulé en plein gazon synthétique… Il n’existe cependant aucun accord commercial entre la ville et la marque... Lire la suite de l'article dans We Demain n°14.

Texte et photos : Laurène Daycard
Vidéo : Ava Gozlan





Réservé aux abonnés du site.
Accédez à l'intégralité du n°16 de la revue WE DEMAIN

Pas encore abonné ?
Inscrivez-vous gratuitement !





WEDEMAIN.FR SUR VOTRE MOBILE