Connectez-vous S'inscrire

Un laboratoire énergétique flottant : le 1er catamaran à hydrogène va bientôt partir faire le tour du globe

Par I Publié le 13 Janvier 2017

Energy Observer, qui partira pour un tour du monde de six ans dès cet été, est le premier navire propulsé à l'hydrogène et aux énergies renouvelables. Parrainé entre autres par Nicolas Hulot, il servira à promouvoir la transition énergétique.


Energy Observer sera une sorte de Solar Impulse des mers. (Crédit : Kadeg Boucher)
Energy Observer sera une sorte de Solar Impulse des mers. (Crédit : Kadeg Boucher)
Il fait 30,5 mètres de long, 18,80 de large, pèse 30 tonnes et voguera à une vitesse de 8 à 10 nœuds dès cet été. Rebaptisé Energy Observer, le catamaran Enza New Zealand, avec lequel le navigateur Peter Blake remporta le trophée Jules Verne en 1994, est en passe de changer radicalement de look. Et de fonction.

À Saint-Malo, une équipe de cinquante personnes travaille jour et nuit à sa transformation, dans le but d’en faire le premier navire à énergies renouvelables et à hydrogène au monde. Une sorte de Solar Impulse des mers, doté d'une panoplie inédite de technologies.

Car sur ce bateau, on trouvera... 130 m2 de panneaux photovoltaïques, deux éoliennes à axe verticale, un désalinateur d'eau de mer, des compresseurs d'hydrogène, un kit de traction intelligent, un électrolyseur, un stockage hydrogène, une pile à combustible, des batteries Li-on de puissance 400 Volt, deux moteurs électriques à haut rendement, et enfin des logiciels de monitoring et de routage maritime. Bref, de quoi permettre de produire et de stocker l'hydrogène à bord, tout en la couplant à l'ensemble des énergies renouvelables produites sur le bateau.

Nicolas Hulot à la conférence de presse à l'UNESCO mercredi 11 janvier. (Crédit : Jérémy Bidon)
Nicolas Hulot à la conférence de presse à l'UNESCO mercredi 11 janvier. (Crédit : Jérémy Bidon)

Porteur de sens

"C'est un projet exigeant et enthousiasmant, qui s'appuie sur la nature et est porteur de sens, chose dont nous avons le plus besoin dans cette époque de désarroi", estime l'écologiste Nicolas Hulot, parrain du projet avec Florence Lambert, la directrice du Laboratoire pour les technologies des énergies nouvelles et les nanomatériaux (CEA-Liten), et l'UNESCO.

Les deux parrains soutiennent le projet depuis ses débuts. Nicolas Hulot rencontre le coureur au large et futur capitaine Victorien Erussard en 2005, alors que ce dernier prépare la route du Rhum. Dès lors, l'écologiste parrainera tous ses bateaux par le biais de sa fondation.

En 2013, le coureur se décide à délaisser un temps les compétitions. Pour "servir une cause", il rejoint alors le navigateur Frédéric Dahirel, à l'origine du projet Energy Observer. Avec les ingénieurs du CEA-Liten, ils se lancent dans la construction du catamaran électro-éolien, et sont rejoints en 2015 par l"explorateur et futur chef d'expédition Jérôme Delafosse.

Jérôme Delafosse et Victorien Erussard, à Paris en marge de la conférence de presse. (Crédit : Jérémy Bidon)
Jérôme Delafosse et Victorien Erussard, à Paris en marge de la conférence de presse. (Crédit : Jérémy Bidon)

Sans émission de carbone et sans particules fines

Le navire, conçu pour se déplacer "sans émission de carbone, sans particules fines, sans polluants" est, selon Victorien Erussard, "un symbole et une vision de ce que pourrait être le monde énergétique de demain". Sa mise à l'eau est prévue pour ce printemps, après quoi il sera testé en mer pendant quelques mois... Afin de vérifier l'efficacité de ses technologies. Car l'idée est surtout de montrer comment, grâce au couplage des énergies renouvelables, l'hydrogène peut devenir un "vecteur énergétique d'avenir"

Pour ce faire, l'un des défis est la réduction de son volume, ainsi qu'une stratégie pour perdre le moins possible d'énergie au cours des différents processus de transformation. Quand l'eau de mer sera transformée en hydrogène par exemple, ou encore quand l'énergie solaire sera convertie en électricité.
 
"Nous ambitionnons de travailler avec des pertes inférieures à 5 %", explique Didier Bouix, du CEA de Grenoble à We Demain, "les briques technologiques ont été étudiées et parfois adaptées, notamment pour les étages de conversion de puissance photovoltaïque jusqu'à la production d'hydrogène. Nous avons par ailleurs privilégié un réseau électrique continu entre les panneaux photovoltaïques et l'électrolyseur pour éviter un étage alternatif".

Jérôme Delafosse et Victorien Erussard... et l'Energy Observer. (Crédit : Pierrick Contin)
Jérôme Delafosse et Victorien Erussard... et l'Energy Observer. (Crédit : Pierrick Contin)

Autonomie énergétique

L'objectif ? Sortir les technologies des laboratoires pour les confronter au monde réel, sur les mers. Et ainsi prouver que l'autonomie énergétique est possible. Au cours d'un tour du monde de six ans, qui débutera en France, l'équipe partira à la rencontre "d'endroits exemplaires, d'écosystèmes menacés, de grandes villes et de sites à protéger", comme le décrit Jérôme Delafosse. 

L'expédition, qui se veut pédagogique et démonstrative, sera à suivre dès cet été grâce aux documentaires réalisés par Jérôme Delafosse. "Notre contenu sera disponible de façon immersive à 360 degrés grâce à l'utilisation de la réalité virtuelle et augmentée, le son 3D et des lives interactifs", précise-t-il, soulignant sa volonté de créer un "média à part entière au service des solutions pour un futur plus propre, à même de sensibiliser le grand public".

Pour parvenir à financer cet ambitieux projet, actuellement subventionné par AccorHotel et Thélem Assurance, ses cinquante membres sont toujours à la recherche de partenaires. À long terme, ses parrains espèrent que le modèle d'Energy Observer sera transposable sur tous types de bateaux. "Et le mieux, c'est que ce n'est pas un délire de chercheurs ou de navigateurs, c'est la réalité", conclue la directrice du CEA-Liten Florence Lambert.




WEDEMAIN.FR SUR VOTRE MOBILE