wedemain.fr
Twitter
Rss
Travailler demain

Vidéo : "Nouvelle Cordée", un documentaire sur les territoires zéro chômeur longue durée

La réalisatrice Marie-Monique Robin a suivi pendant plus de trois ans le déroulement de l’expérimentation Territoire Zéro Chômeur Longue Durée à Mauléon, dans les Deux-Sèvres. À découvrir en salles à partir du 20 novembre.

Par Pauline Vallée I Publié le 20 Novembre 2019


Les salariés d'Esiam sont tous d'anciens chômeurs longue durée. (Crédit : Solène Charrasse)
Les salariés d'Esiam sont tous d'anciens chômeurs longue durée. (Crédit : Solène Charrasse)

Le travail abîme mais il peut aussi sauver. Voici la conclusion qui s’impose après visionnage de Nouvelle Cordée, le dernier documentaire de Marie-Monique Robin consacré au retour à l’emploi d’anciens chômeurs longue durée.

La caméra accompagne avec tendresse le parcours de ces hommes et femmes précaires, ainsi que la transformation physique et psychologique, spectaculaire, qui en résulte. En deux heures de film (plus de trois ans de tournage), les dos se redressent, les regards se font plus assurés. Un petit miracle réalisé par l’Esiam, une Entreprise à But d’Emploi (EBE) créée en 2017 à Mauléon (Deux-Sèvres) dans le cadre de l’expérimentation Territoires Zéro Chômeur Longue Durée.
 

À lire aussi : Territoire Zéro Chômeur : "C’est la première fois de ma vie que mon travail a un sens"


Cette initiative lancée par la loi du 1er mars 2016 autorise 10 territoires français à accueillir leur propre EBE pour une durée de cinq ans. Ces entreprises expérimentales fonctionnent à rebours des logiques habituelles de l’emploi : elles embauchent en CDI des volontaires privés d’emploi depuis au moins un an, puis les chargent ensuite de développer des activités en lien avec le territoire.


L’expérimentation impose aux EBE de développer des activités non-concurrentielles. Les salariés de l’Esiam se tournent donc vers l’économie circulaire (tri et recyclage de déchets, entretien des espaces verts…), le maintien des commerces de proximité et le soin à la personne.

En deux ans, l’équipe d’une dizaine de volontaires s’est agrandie à 90 salariés. Preuve que ce système novateur n'est pas qu’une belle aventure humaine mais aussi un modèle économique intéressant.