wedemain.fr
En savoir plus
Twitter
Rss
Ma maison demain

Votre cuisine est-elle sexiste ?

Par Emma Derome I Publié le 23 Mai 2018

Votre cuisine est-elle américaine ou suédoise ? Pour Catherine Clarisse, architecte et chercheuse, l’aménagement de cette pièce est l’une des clés de la parité.


L'aménagement de nos cuisines n'a pas beaucoup évolué depuis les années 50, âge d'or de la femme au foyer. (Crédit: Pixabay)
L'aménagement de nos cuisines n'a pas beaucoup évolué depuis les années 50, âge d'or de la femme au foyer. (Crédit: Pixabay)
Pour la fête des mères, et si l’on misait sur un partage durable des tâches domestiques plutôt que sur le nouveau gadget à la mode ? Les hommes se chargent de plus en plus des tâches ménagères selon l’Insee, mais les femmes continuent d’en assumer les deux tiers, notamment celles qui se rapportent au ménage et à la cuisine. L’une des solutions pourrait se cacher dans la disposition de cette pièce centrale de la maison. C’est la conviction de Catherine Clarisse, architecte enseignante à l’ENSA Paris-Malaquais.
 
Dans son ouvrage Cuisine, recettes d'architecture (2004), la chercheuse étudie les relations entre les sociétés et l’aménagement des cuisines. Elle y établit une généalogie, de la cuisine tayloriste de l’entre-deux-guerre qui perd sa table et ses chaises au modèle des Trente Glorieuses plus équipé. Selon elle, la course à la modernité aurait creusé les inégalités face aux tâches ménagères. Trois questions pour savoir si votre cuisine est sexiste, ou pas.

Une famille déjeunant dans un appartement de la Cité Radieuse (la cuisine se trouve derrière). (Crédit : Fondation Le Corbusier)
Une famille déjeunant dans un appartement de la Cité Radieuse (la cuisine se trouve derrière). (Crédit : Fondation Le Corbusier)
  • We Demain : Comment avez vous compris que la disposition de la cuisine pouvait être un frein à la parité ?   
 
Catherine Clarisse : À la fin des années 1990, j’ai eu un choc en découvrant cette citation de l'architecte Le Corbusier à propos de sa fameuse Cité Radieuse, considérée comme “le” modèle du progrès.
 
“La femme sera heureuse si son mari est heureux. Le sourire des femmes est un don des dieux. Et une cuisine bien faite vaut la paix au foyer. Alors faites donc de la cuisine le lieu du sourire féminin, et que ce sourire rayonne sur l'homme et les enfants présents autour de ce sourire.”

Le modèle de la cuisine américaine, ouverte sur le séjour, est aujourd'hui encore très prisé.
Le modèle de la cuisine américaine, ouverte sur le séjour, est aujourd'hui encore très prisé.
Dans cette résidence construite en 1947 à Marseille, les appartements possèdent une toute petite cuisine de 4,6 m2, pensée pour être la plus pratique possible. À l’époque, les femmes sont souvent au foyer, et cet espace leur permet de laver, cuisiner et servir grâce à un passe plat qui donne sur le séjour. Ce modèle s’est ensuite largement répandu sous le nom de cuisine “américaine”. Je l’ai appelé la cuisine “corset” : cet espace très étroit se resserre autour de la ménagère, qui pivote sur elle-même, et ne laisse de place à personne d’autre pour partager éventuellement les tâches. Le but n'est pas d'être à l'aise dans la cuisine, mais efficace.

Aujourd’hui nos cuisines fonctionnelles sont toujours inspirées de Le Corbusier, qui s’était lui même inspiré de la cuisine de Francfort, inventée dès 1927 par l'architecte autrichienne Margarete Schütte-Lihotzky. J’ai voulu comprendre comment on en était arrivés là.

  • Au fil du temps, la cuisine s’est robotisée. Cela a-t-il affecté la parité ?
 
Les années 1950, c’est l’âge d’or de la femme au foyer : il y a en général un seul salaire. Quand les femmes commencent à travailler, elles restent assignées aux tâches domestiques, et ont moins de temps pour s’en occuper. C’est là que les cuisinistes et vendeurs d'électroménager ont pu coloniser la cuisine avec des robots censés aider la femme dans la préparation des repas. “Moulinex libère la femme”, c’est le slogan de l’époque. Mais plus ces produits sont spécifiques et compliqués, moins il est facile pour les autres membres du foyer d’aider. C’est un cercle vicieux. 

La table, l'élément central de la cuisine scandinave. (Crédit : Emmanuelle Cohendet créatrice d'intérieurs)
La table, l'élément central de la cuisine scandinave. (Crédit : Emmanuelle Cohendet créatrice d'intérieurs)
  •  Quelle serait la cuisine idéale ?
 
En parallèle à tout ça, dans les années 1950, un autre modèle s’est développé, celui de la cuisine “suédoise”. Cette cuisine est fermée, ou séparée par une cloison coulissante, ce qui permet de la salir à l’envie, de l’utiliser dans sa fonction première sans qu’elle soit toujours impeccable comme le serait une cuisine ouverte. Mais surtout, cette cuisine possède une grande table centrale. Les architectes considèrent alors qu’une table dans la cuisine simplifie le travail domestique. De la préparation des repas au service, tout se partage et se fait en communauté, au lieu d’avoir la ménagère derrière les fourneaux, et les invités dans le séjour. Il y a là un objectif clair de parité. Ce modèle est devenu une norme en Suède, encore aujourd’hui. Selon moi, l’idéal serait une simple table, qui pourrait être agrandie, déplacée, et d’environ 70 centimètres de hauteur pour inclure au mieux les enfants et les adultes en fauteuil, pour un moment de partage. 

  • La disposition de la cuisine a-t-elle d’autres conséquences ?
Aujourd’hui, mes recherches au sein du LATCH, le laboratoire de l'école d'architecture de Lille, m’amènent à explorer avec l'équipe du professeur François Pattou au CHRU de Lille et le CNAO (collectif national des associations d'obèses) les liens éventuels entre la cuisine et l’obésité. Il semblerait que ce modèle “suédois” soit également meilleur pour la santé : une cuisine séparée incite moins au grignotage. La diminution des appareils ménagers, et le retour de la simplicité dans la cuisine, poussent également à mieux s’alimenter.





[INFO PARTENAIRE]
Envie d'en savoir plus sur la maison de demain, d'explorer les nombreuses mutations qui parcourent le monde de l'habitat, de mettre en place des solutions pour mieux vivre chez soi ?



wedemain.fr sur votre mobile