Découvrir  > Cette lampe de chevet est alimentée par une plante

Written by 16 h 03 min Découvrir, Ma maison demain

Cette lampe de chevet est alimentée par une plante

Une designer néerlandaise a inventé un système pour puiser de la lumière des plantes. Dans les années à venir, l’électricité de notre maison viendra peut-être de notre jardin.

Le 16/08/2017 par Sofia Colla
Une lampe de chevet fonctionnant grâce à une plante, voilà le projet de Living Light. Crédit : Living Light
Une lampe de chevet fonctionnant grâce à une plante, voilà le projet de Living Light. Crédit : Living Light

Plutôt que d’imaginer la maison de demain entièrement connectée, pourquoi ne pas l’envisager comme un écosystème dont il faudrait prendre soin ? C’est le projet de cette designer néerlandaise et fondatrice de la start-up Living Light, Ermi van Oers : transformer les plantes en lampe de chevet.
 
Le projet Living Light, littéralement “lumière vivante”, nous prouve que l’énergie peut être cachée là où on ne l’attend pas. Cette lampe du futur fonctionne grâce à l’énergie générée par les bactéries et récoltée par une pile microbienne.

Comment ça marche ?

À partir de l’eau, du gaz carbonique (CO2) et de la lumière du soleil, les plantes ont recours à la photosynthèse pour fabriquer du sucre et de l’oxygène. Une partie de ces composés est utilisée par la plante pour se développer et une autre partie est rejetée par les racines dans le sol.

Fonctionnant sur les mêmes bases qu’une pile à combustible, ce processus utilise une réaction chimique entre l’oxygène et les bactéries présentes dans le sol pour produire de l’électricité. 

Ce projet est réalisé en collaboration avec Plant-e, un groupe de recherche sur l’application et le développement de la technologie des piles microbiennes. Plant-e avait notamment déjà réalisé un prototype de pile microbienne en 2012.

La lumière du futur

Une plante saine peut ainsi produire jusqu’à 0,1 milliwatt. Une puissance très faible mais suffisante pour alimenter une lampe de chevet. 
 
L’objectif de la jeune néerlandaise est de commercialiser cette veilleuse naturelle dès 2018. Mais ce même processus, développé à grande échelle, pourrait permettre de produire bien plus d’énergie.
 
Ermi van Oers prend l’exemple d’un jardin de 100 mètres carrés qui permettrait de recharger son smartphone ou d’alimenter la Wi-Fi. En plus de produire de la lumière grâce aux plantes, le système de Living Light a pour ambition de créer un nouveau lien entre l’homme, la nature et la technologie. 

Tags:

A lire aussi :

  • L’Élysée, mauvais élève en matière de consommation énergétique

    Déchiffrer

    L’Élysée, mauvais élève en matière de consommation énergétique

    François Siegel, cofondateur de WE DEMAIN, était l’invité du 23h de franceinfo mercredi 2 décembre, pour parler de l’enquête "L’Élysée, passoire thermique ?", parue dans le dernier numéro de la revue.
  • L’Élysée, passoire thermique ?

    Déchiffrer

    L’Élysée, passoire thermique ?

    "Le cordonnier est le plus mal chaussé", dit le proverbe. "Faites ce que je dis, pas ce que je fais", raille la vox populi. Et si la consommation énergétique de la présidence de la République illustrait de façon, ô combien symbolique, le décalage entre la parole politique et la réalité ? Enquête dans les thermo-comptes de l’Élysée.
  • COP26 : les États commenceraient-ils à comprendre ?

    Déchiffrer

    COP26 : les États commenceraient-ils à comprendre ?

    La première version officielle de la déclaration de la COP26 invite les pays à "accélérer l’élimination progressive du charbon et des subventions aux combustibles fossiles". Un nouvel accord invitant à sortir du pétrole et du gaz a été passé.