Découvrir  > “Digital After Love” : que restera-t-il de nos amours numériques ?

Written by 17 h 54 min Découvrir

“Digital After Love” : que restera-t-il de nos amours numériques ?

Le 22/11/2018 par Pauline Vallée

Retrouvez également notre dossier “L’amour en illimité” dans le dernier numéro de la revue We Demain. Disponible en kiosques et sur notre boutique  en ligne.
 

Que restera-t-il de nos amours ? Voilà la question qui nous tourmente l’esprit lorsqu’on referme le déroutant “Digital After Love ”, né du travail du photographe Oan Kim et de la compositrice Ruppert Pupkin. Le petit livre mêlant photographies, textes graphiques inspirés de SMS, et compositions musicales (que l’on peut écouter sur un CD inclus), a tapé dans l’oeil du jury de la fondation Swiss Life qui lui a décerné son prix “à 4 mains”.

Un travail original inspiré du glitch art, dans lequel le duo interroge la pérennité de nos relations amoureuses et leur sanctuarisation à l’heure du tout-numérique. “Nous étions tous deux fascinés par ces albums photos jaunis que l’on retrouve au marché aux puces, remplis de visages d’inconnus”, explique Emmanuelle Destremeau, alias Ruppert Pupkin, auteure, compositrice et réalisatrice.

Digital After Love raconte une rencontre, celle entre un homme et une femme, la passion des débuts, puis les premières disputes, l’éloignement… jusqu’à la rupture et aux regrets. Un voyage amoureux où le smartphone prend le relais des lettres d’amour ou du journal intime, dans la mise en scène du quotidien et l’entretien du souvenir.

Se glissant dans la peau d’archéologues 2.0, les deux artistes ont creusé cette mémoire brute pour retracer le fil d’une obsession, et nous dépeindre la fragilité des sentiments à l’ère digitale. “L’idée n’était pas de dire ‘l’amour ne meurt jamais’, mais plutôt de souligner que la passion amoureuse laisse des traces”, insiste Oan Kim. “Je trouve ça plutôt rassurant, de se dire qu’il y ait la possibilité d’une trace d’immortalité, même à travers le numérique.

Dans Digital After Love, la mémoire numérique a pourtant perdu de sa toute-puissance. Les photos et SMS pixelisés, incomplets, abîmés, renvoient à la propre fragilité du souvenir humain. “Le numérique peut se résumer à une succession de 1 et de 0, c’est quelque chose de très froid”, ajoute Ruppert Pupkin. “Ce qui nous intéressait justement était de parvenir à raconter une histoire intime derrière tous ces 1 et ces 0, de faire surgir l’humain.
 

  • Une installation en lien avec l’œuvre sera exposée dans le cadre de l’exposition Doisneau et la Musique, organisée par le musée de la Musique – Philharmonie de Paris du 4 décembre 2018 au 28 avril 2019.

Tags:

A lire aussi :

  • Tinder surprise : quand les applis de rencontre nous font vivre l’improbable

    Partager

    Tinder surprise : quand les applis de rencontre nous font vivre l’improbable

    Retrouvez l’intégralité de cet article dans le n°24 de la revue We Demain, de décembre 2018. Disponible en kiosques et sur notre boutique en ligne. Tout le monde parle de Tinder. Sans savoir toujours ce qui se passe vraiment sur l’appli aux 50 millions d’utilisateurs générant quelque 1,5 million de rendez-vous par semaine ! Créatrice, il y a …
  • Les mélenchonistes ont maintenant leur site de rencontre : “Insoumeetic”

    Déchiffrer

    Les mélenchonistes ont maintenant leur site de rencontre : “Insoumeetic”

    Créé par des sympathisants de Jean-Luc Mélenchon, ce groupe Facebook permet aux militants de trouver l'âme soeur partageant les mêmes convictions...
  • SexTechLab : un weekend pour lancer des projets technologiques liés à l’amour et au sexe

    Pris dans la toile

    SexTechLab : un weekend pour lancer des projets technologiques liés à l’amour et au sexe

    #Innovation rimera avec #sexualité, plaisir, amour au #hackathon du @sextechlab à #Paris (19-21 mai) Participez ! https://t.co/sWCD4AefZ4 pic.twitter.com/LknrWK1kwN — Futur en Seine (@futur_en_seine) 26 avril 2017 Concevoir un projet et développer un prototype dans le domaine des technologies liées à la sexualité et à l’amour… Le tout en trois jours. C’est le défi auquel se …
Close