wedemain.fr

McDonald’s, Nestlé ou encore Unilever sont accusés de déforestation illégale en Indonésie

Pris dans la toile. Sofia Colla le 03/08/2017

Nestlé, Unilever, McDonald’s, Mars, PepsiCo ou encore Kellogg’s... Une récente étude de l’ONG Rainforest Action Network accuse, images satellites à l’appui, de grandes marques de l’agroalimentaire de déforestation illégale en Indonésie. 
 
"Ces marques ont promis publiquement que l'huile de palme qu'ils achètent et vendent ne contribue pas à la déforestationElles ont tendance à se cacher derrière la complexité de leur chaîne d’approvisionnement, mais c’est une question de priorités. Quoi de plus important pour eux, les bénéfices ou la planète ?" a déclaré Gemma Tillack, directrice de la campagne agroalimentaire pour RAN. 

En rouge, les zones touchées par la déforestation. (Crédit : Rainforest Action Network)
En rouge, les zones touchées par la déforestation. (Crédit : Rainforest Action Network)
332 hectares de forêts sont ainsi parti en fumée sur l’île de Sumatra. La superficie couverte par les forêts est passée de 240 hectares en juin 2016 à seulement 88 hectares en avril 2017.
 
Cette déforestation intervient en dépit d’un moratoire national, datant d’avril 2016, interdisant la plantation de palmiers à huile dans cette région. En effet, la forêt de Sumatra abrite de nombreuses espèces menacées d’extinction tels que le tigre de Sumatra, les orangs-outans, les rhinocéros ou les éléphants. 
 
"Les consommateurs devraient avoir la possibilité de savoir si l’huile de palme qu’ils consomment est liée à la destruction des forêts tropicales", s'indigne Gemma Tillack.



Commentaires (0)


Facebook Twitter
Inscription à la newsletter