Ralentir  > Burger, jean, voiture… combien de litres d’eau pour les produire ?

Written by 14 h 06 min Ralentir • One Comment

Burger, jean, voiture… combien de litres d’eau pour les produire ?

Savez-vous combien de litres d’eau sont nécessaires pour produire un burger ou un jean ? Savez-vous que 20 % de l’eau que nous consommons va directement dans la cuvette ? Voici quelques chiffres clés sur cette ressource précieuse et gaspillée.

Le 19/11/2019 par WeDemain
2 400 litres. C'est ce qu'il faut pour produire un burger ! (Crédit : Shutterstock)
2 400 litres. C'est ce qu'il faut pour produire un burger ! (Crédit : Shutterstock)

Retrouvez notre grand dossier sur l’eau dans la revue We Demain n°28, disponible en kiosque le 21 novembre et sur notre boutique en ligne.

Des sécheresses records, des incendies de plus en plus fréquents, des villages français ravitaillés par des camions-citernes, des cours d’eau toujours plus menacés par la pollution… L’été 2019 nous a montré, une fois encore, à quel point l’accès à l’eau était inégal en fonction des régions, de France comme du monde, à quel point cette ressource est précieuse, et à quel point nous la gaspillons.

Dans l’Hexagone, nous consommons directement en moyenne 145 litres d’eau par jour et par habitant, contre 300 aux États-Unis et 10 à 20 litres en Afrique subsaharienne. Sans compter notre consommation indirecte, via l’eau nécessaire à la production de nos produits de consommation courante…
 
Voici quelques chiffres clés sur notre usage de l’eau potable, issus du grand dossier que We Demain consacre à l’eau dans son numéro d’hiver, à paraître le 21 novembre.

© Infographies : Marion Elbaum et AFP. / Sources : BRGM, CIeau, Waterfootprint
Burger, jean, voiture... combien de litres d'eau pour les produire ?

Tags:

A lire aussi :

  • Quand l’intelligence artificielle mesure la beauté humaine

    Inventer

    Quand l’intelligence artificielle mesure la beauté humaine

    L’intelligence artificielle séduit, étonne, inquiète... Et lorsqu’elle s’attaque à la plus humaine et la plus subjective des appréciations – les critères de beauté – elle interpelle forcément. Le beau, une affaire d’algorithmes ?
  • Robert Poujade, ministre de l’impossible

    Découvrir

    Robert Poujade, ministre de l’impossible

    Disparu en avril 2020, ce député Gaulliste restera comme le premier titulaire du portefeuille de l’écologie, de 1971 à 1974. Nous sommes alors dans les Trente Glorieuses, loin de Greta Thunberg ou des rapports du GIEC. Et le nouveau ministre doit d’abord lutter pour exister.
  • La beauté de l’Islande, résultat du réchauffement climatique

    Ralentir

    La beauté de l’Islande, résultat du réchauffement climatique

    Dans "Du temps et de l’eau", cet écrivain islandais explore son pays, son histoire familiale et la recherche scientifique, pour raconter le changement climatique et nous pousser à le combattre. Sa raison d’espérer face à un tel péril ? La beauté lunaire de sa terre natale, l’Islande.