Respirer  > Au Royaume-Uni, le renouvelable produit plus d’électricité que les énergies fossiles

Written by 13 h 12 min Respirer

Au Royaume-Uni, le renouvelable produit plus d’électricité que les énergies fossiles

Le 17/10/2019 par Amaury Lelu
Le Royaume-Uni est le leader mondial en matière d'éolien off-shore. (Crédit : Pixabay)
Le Royaume-Uni est le leader mondial en matière d'éolien off-shore. (Crédit : Pixabay)

C’est une petite révolution dans un pays longtemps dépendant du charbon. Au Royaume-Uni, l’énergie renouvelable devient une source d’électricité essentielle. “Au troisième trimestre de 2019, les parcs éoliens, les panneaux solaires, la biomasse et les centrales hydroélectriques du Royaume-Uni ont produit plus d’électricité que la production combinée de centrales alimentées au charbon, au pétrole et au gaz”, révèle le rapport du média spécialisé Carbon Brief, publié lundi 14 octobre.
 
À en croire Carbon Brief, le gouvernement britannique est donc en bonne voie pour remplir ses deux objectifs : sortir définitivement du charbon d’ici 2025 et réduire ses émissions de carbone de 80 % d’ici 2050.

 
Sur les mois de juillet, août et septembre, la quantité d’électricité “verte” s’élève précisément à 29,5 térawattheure (TWh), contre 29,1 TWh pour les centrales à énergie fossile. C’est la première fois que les énergies renouvelables ont dépassé les hydrocarbures pour la production d’électricité.
 
Autre fait notable : cette transition énergétique s’est faite en peu de temps. Il y a moins de 10 ans, les énergies fossiles étaient la source principale d’électricité du pays (75 %). Sur les trois derniers mois, le gaz (38 %) et le charbon (1 %) ont été devancés par les énergies renouvelables. Celles-ci comprennent l’énergie éolienne (20 %), la biomasse (12 %), l’énergie solaire (6 %) et l’énergie hydraulique.

Une puissance éolienne off-shore

Pour arriver à ce résultat, le Royaume-Uni a pu compter sur ses 2000 éoliennes installées en mer. Le pays détient ainsi 45 % de la capacité éolienne off-shore mondiale. Afin d’asseoir sa domination maritime, le gouvernement britannique a autorisé l’extension de la plus grande ferme éolienne du monde. Mise en service depuis février 2019 au large du Yorkshire, elle comptera 474 turbines en 2020.
 
Le Royaume-Uni peut aussi remercier l’Écosse. Entre janvier et juin 2019, les éoliennes du pays ont fourni de l’électricité à 4,47 millions de foyers, soit le double du nombre de foyers écossais. Objectif pour l’Écosse : passer à 100 % d’énergies renouvelables à l’horizon 2020.
 
Mais le Royaume-Uni peut encore mieux faire. En Europe, la Norvège reste le meilleur élève dans l’utilisation des énergies renouvelables. 95 % de sa production d’électricité provenait de l’énergie hydraulique en 2018. A contrario, la Pologne produit encore 78,3 % de son électricité grâce au charbon, selon l’agence internationale de l’énergie (AEI).
 
De son côté, la France est dans une situation paradoxale. Malgré le quatrième parc éolien le plus important d’Europe, seulement 5,1% de l’électricité est produite grâce au vent dans l’Hexagone. Pour rattraper ce retard, François de Rugy a notamment annoncé la construction d’un parc éolien off-shore à 15km des côtes du Pouliguen. 80 éoliennes seront installées en mer d’ici à 2022.
 

Tags:

A lire aussi :

  • Choc pétrolier : la fin de la civilisation fossile est-elle arrivée ?

    Respirer

    Choc pétrolier : la fin de la civilisation fossile est-elle arrivée ?

    Les cours du pétrole se sont effondrés cette semaine, du fait de l’épidémie du coronavirus et d’un marché déjà très fragile. La fin annoncée de la civilisation fossile est-elle arrivée ? Consommation, réserve, rentabilité du brut... We Demain fait le point.
  • 500 institutions, 3 400 milliards de dollars : la sortie des énergies fossiles s’accélère

    Partager

    500 institutions, 3 400 milliards de dollars : la sortie des énergies fossiles s’accélère

    Au troisième jour de la COP21, 500 banques, entreprises, collectivités, fondations et associations revendiquent leur choix de se désengager des énergies fossiles. Une étape charnière, dans l'histoire de ce mouvement porté par les ONG 350.org et Divest-Invest.
  • Texas : une ville vote l’interdiction de la fracturation hydraulique

    Respirer

    Texas : une ville vote l’interdiction de la fracturation hydraulique

    La ville de Denton au Texas La ville de Denton au Texas vient de voter l’interdiction de la fracturation hydraulique sur son territoire. Mardi dernier, 58 % des votants de ses 123 000 habitants se sont prononcés contre la poursuite de l’exploitation des gaz de schiste sur leur commune. C’est une première au Texas, état conservateur …
Close