Partager

Le romarin, l’herbe qui vous veut du bien

En vacances, un cardiologue de l’université de Californie, à San Diego, découvre Acciaroli, village du sud de l’Italie de 2000 habitants, dont 300 sont centenaires et 20 % dépassent 110 ans. Ils présentent d’ailleurs des fréquences de maladies cardiovasculaires et d’Alzheimer faibles. Intrigué, il propose un partenariat à l’université de Rome « La Sapienza » pour les étudier de plus près. Conclusion : comme dans toutes les zones bleues (Okinawa au Japon, l’île d’Ikaria en Grèce, l’arrière-pays sarde, la péninsule de Nicoya au Costa Rica), cette longévité est le résultat d’une génétique favorable à une meilleure circulation sanguine.

Mais cela ne suffit pas. Du fait que les rues du village sont en pente, leurs muscles sont mobilisés chaque jour. Ils ont une alimentation méditerranéenne riche en végétaux, oméga (anchois) et huile d’olive. Et vivent dans une ambiance conviviale et détendue. Mais une spécificité apparaît pour la première fois: ici, les habitants mettent beaucoup de romarin dans leurs plats.

Le romarin, un préventif des dégradations liées à l’âge

Cette herbe du Sud contient en effet toute une gamme de polyphénols. Comme la lutéoline et la quercétine, d’huiles essentielles. Ou le camphre de romarin et le pinène, ainsi que de terpènes. Mais aussi comme l’acide carnosique et le carnosol, et de l’acide rosmarinique. La littérature scientifique sur le romarin est impressionnante. C’est un puissant anti-oxydant, bien connu de l’Agence européenne de sécurité des aliments (EFSA). Cette dernière l’a agréé comme additif (E392) pour remplacer des additifs très controversés (BHT et BHA).

C’est un anti-inflammatoire et un agent préventif des pathologies principales qui affectent les seniors : diabète, maladies cardiovasculaires et cancers. Ajouter du romarin lors de la cuisson d’une viande réduit la formation de dérivés carcinogènes.

Protéger son ADN des mutations avec le romarin

Le romarin protège l’ADN des mutations qui ne sont pas seulement à l’origine de cancers, mais des dégradations liées à l’âge. Les scientifiques ont testé séparément ses principes actifs pour mieux comprendre comment il peut être aussi protecteur. Les effets antioxydants les plus puissants sont obtenus par l’acide rosmarinique, l’acide carnosique et le carnosol.

Et leur association est plus efficace que leurs effets séparés. Les effets anti-inflammatoires sont surtout attribuables aux polyphénols, comme la lutéoline et la quercétine. Selon une équipe portugaise, ils sont capables de stimuler les réparations de l’ADN qui se déroulent surtout la nuit. Quand l’énergie est disponible pour les opérations de maintenance de nos organes et des cellules qui les composent.

Efficace contre les insomnies

Le romarin et ses composants stimulent les trois neurotransmetteurs les plus importants pour un bon sommeil : l’adénosine, un dérivé de la dégradation de notre moteur moléculaire, l’ATP, dont l’accumulation après les efforts de la journée déclenche l’endormissement, le GABA (aussi le principal neurotransmetteur anti-anxiété sur le récepteur duquel agissent les médicaments anxiolytiques et les somnifères) et l’acétylcholine, qui nous met en mode détente en fin de journée.

Dans une étude de l’université d’Arizona, 89 personnes reçoivent pendant un mois soit un extrait de plantes riche en acide rosmarinique, l’un des principes actifs principaux du romarin, soit un placebo, en double aveugle (chercheurs et participants ignorent la vérité). Résultats : la fréquence des insomnies baisse, la qualité du sommeil et les performances cérébrales s’améliorent. A Acciaroli, le risque d’Alzheimer est réduit malgré le fait que plus de 10 % des habitants soient centenaires et certains supercentenaires (+110 ans). Est-ce un hasard ? Non, selon Rodney Johnson, de l’université d’Illinois, qui constate un puissant effet anti-inflammatoire de la lutéoline sur le cerveau.

Des plantes anti-inflammatoires à mettre dans ses plats au quotidien

Des études anglaises et turques ont démontré que l’exposition aux huiles essentielles contenues dans le romarin conduit à de meilleurs tests cognitifs. Et l’effet est proportionnel aux quantités d’huile essentielle retrouvées dans le sang selon que l’exposition a été plus ou moins longue. L’été est la saison parfaite pour enrichir ses plats de cette plante de la garrigue.

Mais on trouve non seulement du romarin frais, mais aussi séché ou en poudre. On peut le boire en infusion et l’inhaler en huile essentielle. Pensez à lui pour votre entrée en « zone bleue ». Sur chaque plat salé, remplacez sel et poivre inflammatoires par une aromatothèque anti-inflammatoire : romarin, curcuma, gingembre, ail, oignon…

Recent Posts

  • Déchiffrer

Écologie : stop ou encore ? Les Français veulent accélérer la lutte contre le réchauffement climatique

Face à l'urgence climatique, les Français disent non à une "pause" dans la lutte contre…

2 jours ago
  • Inventer

Au Chili, le pari de l’extraction durable des terres rares

Pour son gisement de terres rares,le Chili veut mettre en place une approche durable. Cette…

2 jours ago
  • Déchiffrer

Militantisme vert : quand les actions radicales rencontrent un soutien populaire

"Éco-terroriste" ou défenseur de la planète ? Les actions des militants écologistes, souvent jugées radicales,…

3 jours ago
  • Ralentir

Numérique omniprésent : comment le cerveau réagit-il aux distractions incessantes ?

Dans notre monde hyperconnecté, les distractions numériques façonnent constamment notre attention et notre cognition. Découvrez…

4 jours ago
  • Respirer

Denica Riadini-Flesch : « Les vêtements les plus durables sont ceux qui sont déjà dans votre garde-robe »

Lauréate 2023 du Prix Rolex à l'esprit d'entreprise, Denica Riadini-Flesch a monté un projet de…

6 jours ago
  • Ralentir

Comment l’Ukraine utilise l’IA dans sa guerre contre la Russie

Désignation des cibles, identification des prisonniers et victimes, guidage des drones, espionnage… En Ukraine, la…

7 jours ago