Ralentir

Comment l’Ukraine utilise l’IA dans sa guerre contre la Russie

Pour espérer contrer les attaques du Goliath russe, le David ukrainien n’a d’autre choix que de faire preuve d’ingéniosité. Face au surnombre, tant en termes d’armes que de troupes militaires, l’Ukraine mise beaucoup sur l’intelligence artificielle (IA). Le conflit entre l’Ukraine et la Russie est de plus en plus perçu comme la première guerre de l’intelligence artificielle. L’application de l’IA se fait dans des domaines très variés, que ce soit dans la planification d’attaques comme dans l’exécution de ces plans à l’aide de drones en passant par l’identification de criminels de guerre ou par la lutte contre la désinformation.

L’utilisation de l’IA dans la guerre soulève des questions éthiques et juridiques complexes mais elle a pris une telle importance en si peu de temps qu’il semble d’ores et déjà difficile de s’en passer, que ce soit pour le renseignement, le ciblage et les frappes, la propagande ou encore la lutte contre les infox… Des organisations et start-up ont d’ailleurs vu le jour ou se sont développées depuis le début du conflit en février 2022. Elles ont pour nom Open Minds Institute, Osavul, Molfar, Mantis Analytics, Media Development Foundation… et côtoient des sociétés déjà bien connues comme l’américain Palantir Technologies, par exemple.

Les ressources insoupçonnées des réseaux sociaux pour lancer des attaques dans la guerre en Ukraine

Comme le souligne The Economist, l’OSINT (Open Source Intelligence ou renseignement de source ouverte en français) est particulièrement utilisé dans cette guerre. Molfar, en particulier, s’en est fait une spécialité. Ce collectif ukrainien aspire tout ce qu’il peut comme photos, vidéos et textes sur les réseaux sociaux pour ensuite les passer à la moulinette d’une IA et en extraire une liste de cibles russes à frapper. Molfar transmettrait ainsi deux à cinq objectifs par jour à l’armée ukrainienne. L’analyse de messages postés par des militaires russes sur le front ou à proximité, les prises de vue de drones ou même les entraînements running des forces armées publiés sur Strava permettent de déceler les campements militaires et les stratégies en cours.

Molfar utilise notamment un logiciel édité par la firme lituanienne SemanticForce. À l’origine, il s’agit d’un outil créé pour surveiller la réputation – d’une personne, d’une entreprise – en ligne. Détourné, il permet de faire remonter certaines informations utiles qui peuvent se révélées stratégiques (état d’esprit des soldats, etc.).

L’appli de rencontre Tinder peut, elle aussi, dévoiler quelques secrets. Durant les premiers jours de la guerre en Ukraine, la position de soldats russes a été révélée grâce à la géolocalisation de l’application. Lors de la prise de contact avec des Ukrainiennes, leur position était révélée. Cela a permis de lancer des attaques efficaces. Avec le temps, les soldats ont appris à faire attention et à moins se répandre sur les réseaux sociaux.

Des attaques de drones programmées à l’aide de IA

L’IA s’immisce vraiment partout. Comme le rapporte The Economist, un colonel ukrainien impliqué dans le développement d’armes affirme que « les concepteurs de drones considèrent généralement ChatGPT comme un ‘point de départ’ pour des idées d’ingénierie mais aussi pour imaginer de nouvelles techniques permettant de réduire la vulnérabilité au brouillage russe ».

L’identification de cibles fait aussi partie des domaines dans lesquels l’IA est particulièrement efficace. Le Centre d’opération pour l’analyse des risques (COTA) est notamment capable de traiter un très grand nombre de données afin d’aider à la prise de décision sur les objectifs à attaquer jour après jour.

Propagande et lutte contre la désinformation en Ukraine

L’IA est également utilisée très largement dans l’infox et la lutte contre ces informations inventées de toute pièce. L’intelligence artificielle peut aussi servir pour inventer de fausses attaques ukrainiennes qui viendront saper le moral des russes ou pour déterminer si un post participe, au contraire, à la désinformation de la part des pro-Poutine. Elle peut aussi participer à tenter de démoraliser les troupes et les citoyens russes.

Comme la création d’une hotline et chaîne Telegram intitulées « Je veux vivre ». Destiné aux soldats russes, ce canal –alimenté régulièrement par IA pour trouver les arguments qui font mouche – les invite à se rendre aux forces ukrainiennes. En échange, ils ont la promesse d’être traités dans le respect des conventions internationales.

Fausses vidéos, images créées à l’aide de Midjourney ou DALL-E 2… il faut se méfier de tout sur les réseaux sociaux. Même dans l’Union européenne, les citoyens ne sont pas épargnés. Un rapport, datant de février 2023, a permis de mettre au jour les manipulations et interférences informationnelles menées par la Russie. La précaution doit donc être de mise et ce, quelle que soit la source.

Identification des fraudeurs aux sanctions contre la Russie

Dernier volet où l’IA peut se montrer diablement efficace : débusquer ceux qui contournent blocus et sanctions qui empêchent de commercer librement avec la Russie depuis le début de la guerre en Ukraine. La firme américaine Palantir Technologies en a fait une de ses spécialités.

En faisant le lien entre les informations contenues dans les registres des navires et les dossiers financiers détenus ailleurs, notamment récupérés par des hackers ukrainiens, la lutte contre le contournement des sanctions devient diablement efficace. Une preuve supplémentaire que, même face à un adversaire redoutable, l’innovation et l’ingéniosité peuvent redéfinir les règles du conflit.

SOUTENEZ WE DEMAIN, SOUTENEZ UNE RÉDACTION INDÉPENDANTE
Inscrivez-vous à notre newsletter hebdomadaire
et abonnez-vous à notre magazine.

Recent Posts

  • Déchiffrer

Agriculture durable : permaculture, biodynamie, bio… apprenez à faire la différence

Parmi les modèles d'agriculture durable, quelles sont les grandes différences ? Voici une présentation des principaux…

9 heures ago
  • Inventer

Véhicule volant : le chinois Xpeng présente son drone taxi en France

Découvrez l’eVOLT X2 de Xpeng : un véhicule qui combine l’agilité d’un drone et le…

1 jour ago
  • Découvrir

La Vallée de la Millière, laboratoire de biodiversité à ciel ouvert imaginé par Yann Arthus-Bertrand

Yann Arthus-Bertrand et son fils Tom transforment 30 hectares de la Vallée de la Millière…

3 jours ago
  • Inventer

Imagerie satellitaire : ces start-up qui révolutionnent la mesure des puits de carbone

L'imagerie satellite couplée à l'intelligence artificielle ouvre de nouvelles perspectives pour cartographier et quantifier avec…

4 jours ago
  • Partager

7 outils pour préparer des vacances plus durables

Mollow, Nightgoes, Hourrail, AllTrails, Guides Tao… ces outils vont vous permettre de réduire votre impact…

5 jours ago
  • Partager

Lentilles, pois chiches, haricots… comment cuisiner les légumineuses pour qu’elles soient digestes ?

Comment consommer les légumineuses pour en tirer tous les bienfaits tout en s'assurant une bonne…

6 jours ago