Déchiffrer

En Italie aussi, le ski est sur la mauvaise pente

70 ans après Cortina 1956 et 20 ans après Turin 2006, les Jeux olympiques d’hiver seront de retour en Italie en février 2026. Il se tiendront dans la région de Cortina d’Ampezzo, dans les Dolomites, et de Milan, en Lombardie. Quatre ans avant que ce ne soit au tour de la France d’accueillir l’événement. Comme dans l’Hexagone, avec le dérèglement climatique et l’augmentation des températures, la montagne change de visage et de couleurs. Le traditionnel blanc de l’hiver laisse de plus en plus souvent place au vert des prairies et à des sommets peu enneigés. Environ 9 % des Français partent au ski chaque année (selon le Credoc), une proportion assez similaire à l’Italie.

Peu étonnant : février 2024 est le mois de février le plus chaud jamais enregistré dans le monde depuis l’ère préindustrielle, selon l’observatoire européen Copernicus. Rien que chez nous, en France, il a été particulièrement doux, avec des températures moyennes +3,6 °C au-dessus des normales de saison. Dans le Piémont aussi, les données étaient de près de 3 °C au-dessus de la moyenne sur les 30 dernières années (1991-2020). Conséquence : de plus en plus de stations de ski se retrouvent en difficulté. Entre fermetures et ouvertures par à-coups à l’aide de canons à neige, la situation devient très tendue.

Environ 90 % des pistes italiennes dépendent de la neige artificielle, contre 70 % en Autriche, 50 % en Suisse et 39 % en France.

Source : Legambiante, 2024.

Ski : 1 mois de neige en moins par saison hivernale

Dans son rapport NeveDiversa 2024 (PDF), Legambiante, association environnementale apolitique italienne, 177 établissements ont été temporairement fermés dans la botte au cours de cet hiver. C’est 39 de plus que l’an passé. Et le nombre d’installations de ski désaffectées a atteint les 260 cette année, contre 249 en 2023. Le démantèlement et le réemploi ont pratiquement doublé d’une saison hivernale à l’autre, même si les chiffres restent encore assez faibles : de 16 à 31. Enfin, la saison de ski est de plus en courte, bien souvent écourtée d’un mois par rapport aux saisons moyennes des six derniers siècles, selon des données publiées dans la revue Nature Climate Change.

En février, avant les chutes de neige de début mars, la Fondation Cima rapportait que le déficit national en équivalent neige-eau, c’est-à-dire la masse équivalente en eau du manteau neigeux accumulé au sol, a diminué de 64 % dans l’ensemble des Alpes par rapport à 2023. Difficile dans ces conditions d’imaginer pouvoir avoir recours longtemps à de la neige artificielle pour combler le déficit de couverture neigeuse.

L’épineuse question de l’eau pour assurer les saisons de ski malgré une météo trop clémente

En Italie, les retenues d’eau sont en augmentation : 158 ont été recensées, selon le rapport NeveDiversa 2024  (+16 par rapport au rapport 2023) dont 141 dans les Alpes et 17 dans les Apennins. Mais les efforts en ce sens sont pour le moins court-termistes. Selon Mario Tozzi, géologue et défenseur de l’environnement, la puissance nécessaire pour fournir de la neige artificielle à toutes les stations alpines d’Europe équivaudrait à la consommation annuelle de 130 000 familles de quatre personnes. Peu crédibles pour les années à venir… Pourtant, les Jeux olympiques nécessiteront sans doute d’importants volumes d’eau, que ce soit en 2026 en Italie ou en 2030 en France.

Enfin, le document pointe du doigt une orientation des aides financières qui vont à l’encontre de l’histoire. 148 millions d’euros ont été alloués l’année dernière par le ministère du Tourisme pour la modernisation des remontées mécaniques et des systèmes d’enneigement artificiel quand seulement quatre millions ont été investis dans la promotion de l’écotourisme…

Raquettes, randonnée, ski-alpinisme, artisanat local… la montagne autrement

Legambiante a listé le top 10 des bonnes pratiques pour la saison hivernale en montagne. Ce sont, à chaque fois, des initiatives avec un rapport à la neige axé sur la durabilité environnementale du développement. Par exemple, en Ligurie, dans le Parc Naturel Régional de Beigua, il est possible de suivre l’un des cinq itinéraires balisés en raquettes, entre mer et montagne. En cas d’absence de neige, ce sont 50 kilomètres de randonnée qui sont à disposition. Des excursions « Sur les traces du loup » sont également proposées, pour informer le grand public sur la présence du canidé dans la région.

À lire aussi : Homeland, première station de ski sans remontée mécanique

Le ski-alpinisme fait aussi partie des nouvelles pratiques, une fréquentation de la montagne qui ne nécessite pas des équipements lourds comme des remontées mécaniques. Autre bonne idée : mettre davantage en avant les producteurs agricoles locaux, les artisans, les commerçants… afin de faire vivre différemment les vallées sur le plan économique. Enfin, les refuges d’altitude ont aussi leur carte à jouer. En l’absence de neige, ils peuvent ouvrir plus longtemps pour accueillir des amoureux de la montagne.

C’est le cas du refuge Willy Jervis, situé au fond du Val Pellice, dans la province de Turin, à 1732 mètres d’altitude. Circuits en raquettes balisés, sommets alentour accessibles si on est doté de crampons et même anneau de ski de fond de 8 kilomètres de long ont été installés. Preuve que des alternatives plus respectueuses de l’environnement pour l’avenir sont possibles.

SOUTENEZ WE DEMAIN, SOUTENEZ UNE RÉDACTION INDÉPENDANTE
Inscrivez-vous à notre newsletter hebdomadaire
et abonnez-vous à notre magazine.

Recent Posts

  • Respirer

5 livres pour poser un autre regard sur la nature

Notre relation à la nature s'est distendue au fil des années. Mais ces 5 livres…

5 heures ago
  • Ralentir

Jouer aux apprentis sorciers avec le climat : la folie des projets de géo-ingénierie

Face au réchauffement climatique, certains projets de géo-ingénierie font miroiter des solutions radicales. Mais ces…

22 heures ago
  • Déchiffrer

Agriculture durable : permaculture, biodynamie, bio… apprenez à faire la différence

Parmi les modèles d'agriculture durable, quelles sont les grandes différences ? Voici une présentation des principaux…

2 jours ago
  • Inventer

Véhicule volant : le chinois Xpeng présente son drone taxi en France

Découvrez l’eVOLT X2 de Xpeng : un véhicule qui combine l’agilité d’un drone et le…

3 jours ago
  • Découvrir

La Vallée de la Millière, laboratoire de biodiversité à ciel ouvert imaginé par Yann Arthus-Bertrand

Yann Arthus-Bertrand et son fils Tom transforment 30 hectares de la Vallée de la Millière…

5 jours ago
  • Inventer

Imagerie satellitaire : ces start-up qui révolutionnent la mesure des puits de carbone

L'imagerie satellite couplée à l'intelligence artificielle ouvre de nouvelles perspectives pour cartographier et quantifier avec…

6 jours ago