Découvrir  > En Bretagne, cette maison écolo en roseau ne craint ni le vent ni l’eau

Written by 13 h 34 min Découvrir, Ma maison demain

En Bretagne, cette maison écolo en roseau ne craint ni le vent ni l’eau

À Vannes, Mireille Avril s’est lancée dans la construction de maisons en roseau et tente d’implanter une filière d’éco-construction basée sur ce matériau. Un projet pionnier soutenu par la région Bretagne.

Le 26/12/2017 par Alice Pouyat
Le roseau a un haut pouvoir isolant (Crédit : Fred Pieau-FFB)
Le roseau a un haut pouvoir isolant (Crédit : Fred Pieau-FFB)

La Fontaine vantait déjà les qualités de cette plante qui plie mais ne rompt pas. Le roseau sera-t-il le prochain bio-matériau après le bois, la paille ou le chanvre ? “Il est utilisé traditionnellement en Bretagne dans les toits de chaume, mais on peut l’intégrer dans toute la construction, comme le font les Scandinaves, plaide Mireille Avril.

À 50 ans, cette ingénieure reconvertie croit dur comme fer à l’avenir du végétal. A la tête de la société RizHome, elle tente d’implanter dans la région une filière complète allant de la culture à la construction de maisons en roseaux.

Le projet a d’ores et déjà piqué la curiosité du département d’ingénierie des matériaux de l’Université de Bretagne-sud. Ensemble, ils enquêtent sur les propriétés du végétal, nombreuses, selon l’ingénieure : la plante qui prolifère naturellement dans les marais bretons, en particulier dans le Golfe du Morbihan, est d’abord une ressource inépuisable.

“Les roselières poussent très vite, sans empiéter sur les terres agricoles, et sans engrais chimique. Là où il faut 30 à 40 ans pour renouveler un arbre, il faut un an pour un roseau”, souligne Mireille Avril.

De plus, le roseau joue un rôle de filtration des eaux qui se déversent dans la mer. Bien utile dans une région contaminée par les nitrates. L’ingénieure en éco-conception met aussi en avant la résistance aux intempéries de cette plante qui pousse les pieds dans l’eau. Non négligeable sous le ciel de Bretagne.
 

Après la phase de prospective, Mireille Avril est donc passée à l’action : elle a construit en 2016 une première maison, à Saint-Nolff (Morbihan). Le roseau est assemblé en bottes pour le bardage de la façade. Broyé, il sert aussi d’isolant extérieur, dans un coffrage de 25 cm d’épaisseur. Pour la petite histoire, cette première maison en roseau a séduit la famille d’un joueur professionnel de bombarde, instrument à vent breton, “une évidence pour lui car il soufflait depuis l’enfance dans des roseaux”. Et une deuxième maison a déjà été commandée en Pays de la Loire.
 
Pour un logement de 130 m2, comptez tout de même cinq tonnes de végétal. Sa partie extérieure doit être renouvelée tous les 80 ans. Quant au prix de vente d’une maison en roseau, il n’est pas moins élevé que celui d’un pavillon conventionnel mais apporte d’autres avantages, assure Mireille Avril :
 

“Le projet s’inscrit dans une démarche de développement durable et local. Nos maisons ne produisent aucun déchet et possèdent une haute performance énergétique, qui en font presque des maisons passives”.

Une filière roseau en Bretagne

Et Mireille Avril ne compte pas s’arrêter là : l’ingénieure souhaite impulser, en Bretagne et dans d’autres régions où le roseau abonde, la création de filières dédiées, avec identification de roselières exploitables, création de machines de coupe fonctionnant à l’énergie solaire et formation de travailleurs spécialisés…
 
Intriguée, la région Bretagne a misé sur ce projet pionnier : elle lui a attribué un appui technique et financier pendant 18 mois dans le cadre d’un appel à projets pour l’économie circulaire. Après le soutien de la Région, la Vannetaise espère désormais convaincre des investisseurs financiers pour développer sa société, et n’entend pas plier.

Tags:

A lire aussi :

  • Quand Pierre Cardin livrait sa vision du futur à WE DEMAIN

    Découvrir

    Quand Pierre Cardin livrait sa vision du futur à WE DEMAIN

    Suite à la disparition du créateur Pierre Cardin, nous publions un entretien qu'il avait accordé à We Demain en 2013. Il avait alors 90 ans et entreprenait la construction du Palais Lumière sur la lagune de Venise. Entretien avec un visionnaire enthousiaste, dont les œuvres rayonnent des territoires de la mode à ceux de l’architecture contemporaine.
  • Proto-Habitat, la maison modulable en bois qui s’adapte à ses habitants

    Découvrir

    Proto-Habitat, la maison modulable en bois qui s’adapte à ses habitants

    Les deux architectes français Frédérique Barchelard et Flavien Menu ont conçu le Proto-Habitat, un habitat modulable et écolo, qui peut se transformer en bâtiment individuel, logement collectif, lieu de travail… au gré des besoins de ses habitants.
  • Gonflée, virtuelle, post-Covid… notre top 5 des maisons de 2020

    Ma maison demain

    Gonflée, virtuelle, post-Covid… notre top 5 des maisons de 2020

    Adaptée au télétravail, au monde post-épidémie, mais aussi nomade et ludique… Voici cinq tendances d’habitation qui ont retenu l’attention de WE DEMAIN en 2020.