Découvrir

En Chine, une forêt primitive intacte découverte au fond d’un gouffre

Elle plonge à près de 200 mètres de profondeur. Dans la région Zhuang du Guangxi, au sud de la Chine, non loin du Viêt Nam, une forêt primitive intacte vient d’être découverte. Il s’agit d’une grotte karstique mise en lumière par des scientifiques du Service géologique chinois. Son volume a été évalué à 5 millions de mètres cubes avec des dimensions relativement impressionnantes. Le gouffre mesurerait pas moins de 306 mètres de long, 150 de large et 192 de profondeur.

Son exploration, en mai dernier, par des spéléologues a permis de constater l’énorme potentiel de cette forêt primitive absolument intacte pour la science. Selon Chen Lixin, un des scientifiques de l’expédition, « des arbres de 40 mètres de haut se développent au fond de la grotte ». Et des plantes, qui poussent dans la semi-pénombre de ce trou karstique, s’élèvent à hauteur d’épaule humaine. Un lieu luxuriant donc, malgré la faible luminosité. L’humidité permet de pallier cette difficulté.

Très certainement des découvertes à venir en termes de biodiversité

Il y a fort à parier que cette nature vierge regorge d’une biodiversité d’une richesse inégalée. Plantes inconnues, insectes encore non répertoriés… Les scientifiques s’attendent à de belles découvertes dans cette doline. C’est ainsi que l’on appelle un trou qui s’est formé dans le sol suite à l’érosion des calcaires par les eaux de pluies. Celles-ci viennent ronger la terre et la roche pendant des milliers d’années. Un effondrement finit par se produire et créer ces gouffres.

Relativement unique de par sa taille importante, cette grotte n’est pas la seule dans la région. Le comté de Leye est en effet réputé pour ses larges trous naturels. À l’intérieur du Géoparc de l’Unesco, une trentaine de ces grottes a déjà fait l’objet d’une exploration. En Chine, on les appelle « tiankeng » ou gouffres célestes.

Dossier spécial abonnés : Prendre soin de la forêt

Une forêt primitive d’abord explorée par drone

Celui-ci, situé près du village de Ping’e, était surnommé par les habitants « gouffre sans fond ». Du fait de sa profondeur et de la nécessité d’y accéder en rappel, il n’avait encore jamais été exploré. Avant d’y descendre, les scientifiques de l’expédition ont dû traverser une forêt très dense. Puis ils ont envoyé un drone dans le gouffre. Cela a permis d’en avoir un premier aperçu. Et d’identifier le meilleur endroit pour y accéder sans risque. Trois points d’ancrage ont été nécessaires pour atteindre le fond de la grotte.

Parmi les premières découvertes, des sortes de figues inhabituelles ainsi que du plantain sauvage. Ils ont aussi aperçu un bambou aux tiges carrées et dotées d’épines. Pour ce qui est de la faune, il faudra davantage de temps à l’expédition pour observer les animaux présents au fond de cette grotte.

SOUTENEZ WE DEMAIN, SOUTENEZ UNE RÉDACTION INDÉPENDANTE
Inscrivez-vous à notre newsletter hebdomadaire
et abonnez-vous à notre magazine.

Recent Posts

  • Ralentir

Forum de l’économie légère : demandez le programme !

Plongez dans l'économie légère lors du premier forum dédié, le 3 octobre 2024 à l'Hôtel…

20 heures ago
  • Déchiffrer

Paris 2024 : entre ambitions écologiques et réalités controversées

Alors que Paris 2024 promet des Jeux Olympiques responsables, des controverses et critiques émergent sur…

24 heures ago
  • Respirer

Infrastructures sportives de Paris 2024 : innovations durables à tous les étages

Infrastructures sportives HQE, labels en pagaille, économies d'énergie, économie circulaire… Pour Paris 2024, les efforts…

2 jours ago
  • Déchiffrer

Paris 2024 : des Jeux Olympiques écologiques, un objectif illusoire ?

Paris 2024 s'est engagé à organiser les premiers Jeux Olympiques écologiques. En pleine urgence climatique,…

3 jours ago
  • Ralentir

Plongée dans l’histoire… et dans la Seine : entre héritage et enjeux climatiques

À l'approche des Jeux olympiques 2024, la promesse de rendre la baignade dans la Seine…

3 jours ago
  • Inventer

Spiber : une fibre textile à base de protéine végétale fermentée

Le japonais Spiber a inventé des fibres protéiques éco-responsables, en s'inspirant de la soie d'araignée…

4 jours ago