Inventer  > Cette plateforme est le premier traducteur en ligne de hiéroglyphes

Written by 14 h 19 min Inventer

Cette plateforme est le premier traducteur en ligne de hiéroglyphes

Inaugurée en mai 2017, la plateforme web VÉgA est le premier dictionnaire numérique de hiéroglyphes. Elle permet de traduire l’égyptien ancien vers le français, l’arable, l’anglais et l’allemand.

Le 24/10/2017 par WeDemain
L'outil Và‰gA utilisé en vis-à -vis d'un ouvrage papier (Crédit : Và‰gA)
L'outil Và‰gA utilisé en vis-à -vis d'un ouvrage papier (Crédit : Và‰gA)

Vous avez toujours rêvé de déchiffrer des hiéroglyphes ? La connaissance se trouve désormais à portée de clic avec la plateforme VÉgA (Vocabulaire de l’Égyptien Ancien). Mise en ligne en mai 2017, elle a pour objectif de recenser l’ensemble des « mots » du vocabulaire égyptien antique.

La plateforme a été lancée par le laboratoire LabEx ArcHiMedE de l’université de Paul Valéry de Montpellier, en partenariat avec l’agence Intactile DESIGN. Elle est également soutenue par la start-up Arcanae, qui s’occupe de sa gestion commerciale.
 
L’égyptologue Frédéric Servajean, l’un des responsables du programme annonce dans une vidéo de présentation qu’elle “vise à devenir pour l’égyptologie une source incontournable et sans cesse actualisée, ainsi qu’un support de collaborations scientifiques internationales pour les décennies à venir”.

Le projet VÉgA — Vocabulaire de l'Égyptien Ancien from VÉgA on Vimeo.

Pour déchiffrer les hiéroglyphes, il faut pour l’heure “utiliser une dizaine de dictionnaires usuels et aucun ne fait la somme des connaissances emmagasinées”, explique Anaïs Martin, docteur en égyptologie et collaboratrice scientifique du programme VÉgA au magazine Sciences et Avenir.
 

Une plateforme collaborative

La plateforme compte à ce jour un peu plus de 5000 mots et devrait à terme en compter 27 000. L’interface, qui se veut facile d’utilisation, répertorie notamment les mots, la date de leurs d’apparitions dans un corpus écrit, les différentes façons de les dessiner mais aussi les photographies des textes concernés.
 
Le projet vise aussi à enrichir les connaissances scientifiques mondiales sur le sujet avec l’aide de spécialistes de la discipline. Ces derniers pourront, en effet, compléter ce dictionnaire de leurs savoirs.

L’outil VÉgA est à découvrir gratuitement pendant encore quelques semaines puis moyennant un abonnement compris entre 5 et 10 euros par mois. Quant à la jeune entreprise Arcanae, elle espère étendre ce concept à d’autres langues anciennes.

Tags:

A lire aussi :

Close