Inventer

Miranda Wang : le plastique comme matière première

Valoriser les déchets plastiques. Telle est la mission que s’est donnée Miranda Wang, lauréate d’un prix Rolex Esprit d’entreprise en 2019. À la tête de Novoloop, une start-up de recyclage basée à Menlo Park (Californie), elle développe une innovation révolutionnaire. Il s’agit d’un procédé thermochimique capable de transformer les sacs en plastique et les petits formats d’emballages en ressources pour les industries.

« Au rythme où vont les choses, il y aura plus de plastique que de poissons dans les océans en 2050 », prévient Miranda Wang. Pour dénoncer ce constat alarmant et mettre en avant la solution innovante de sa start-up, elle fera partie des speakers de ChangeNOW, événément dédié aux solutions pour la planète . Celui-ci se tient du 25 au 27 mai 2023 à Paris.

Une prise de conscience à l’adolescence

La prise de conscience remonte à ses 15 ans. Adolescente, elle se rend à la décharge de sa ville natale de Vancouver avec le club environnement du collège. Elle y découvre une montagne d’ordures dont beaucoup de plastique sur une hauteur équivalente à trois étages !

Avec sa copine de classe, elles se disent qu’il faut s’attaquer au problème des déchets plastiques qui polluent la terre, l’air et l’eau. Une idée qui a fait son chemin : Jeanny Yao deviendra son associée lors de la création de Novoloop. La structure chimique complexe du plastique fait qu’une bonne partie des déchets ne peut être recyclée.

Des bactéries capables de manger le plastique

Devenues étudiantes, les deux amies se rendent compte, dans les laboratoires de l’université de Colombie-Britannique, que des bactéries sont capables de dévorer le plastique. Et si c’était la solution ? Elles vont, des années durant, mener des recherches en biologie moléculaire, puis trouver des solutions chimiques pour transformer le plastique. La start-up de la Silicon Valley a le vent en poupe avec une technologie unique.

« Nous avons inventé un procédé durable et économiquement rentable pour fabriquer, à partir de déchets plastiques, des produits chimiques industriels à forte valeur ajoutée, explique-t-elle. Et nous avons démontré que ces produits chimiques ont la même qualité que ceux fabriqués à partir de pétrole. » Lesdits produits sont fabriqués à partir de déchets plastiques et non à partir de pétrole fossile. Un procédé qui participe donc à la réduction de l’empreinte carbone de l’industrie.

Une solution qui permet aussi de réduire les émissions de CO2 des décharges et incinérateurs

Autre avantage : ce nouveau procédé entraîne une réduction de la quantité de dioxyde de carbone qui serait émise par la mise en décharge ou l’incinération des déchets plastiques.

« Nous récupérons des sacs en plastique sales ou des emballages à usage unique. C’est-à-dire ceux d’une si mauvaise qualité que cela n’aurait pas de sens de les laver et d’en faire de nouveaux produits. Nous nous concentrons spécifiquement sur ces plastiques problématiques dont personne ne veut. », ajoute Miranda Wang. Sa technologie contribue à une économie durable et circulaire. Où, selon la formule de Lavoisier, « rien ne se perd, rien ne se crée: tout se transforme. »

Miranda Wang sera présente le 26 mai à 9h30 sur scène pour parler économie circulaire et recyclage du plastique.

SOUTENEZ WE DEMAIN, SOUTENEZ UNE RÉDACTION INDÉPENDANTE
Inscrivez-vous à notre newsletter hebdomadaire
et abonnez-vous à notre magazine.

Recent Posts

  • Découvrir

TerraNeon, l’IA capable de prédire l’impact de nos décisions sur la planète

Quelles conséquences environnementales, économiques et sociales aura une décision ? Une intelligence artificielle, TerraNeon, a été…

22 heures ago
  • Découvrir

Deux siècles de climat de la France en 330 millions de données

Le site Keraunos a compilé les données d'observations météorologiques collectées par 12 079 stations depuis…

2 jours ago
  • Découvrir

Les déchets numériques ont bondi de 30 % en 12 ans, selon l’ONU

Entre 2010 et 2022, l'impact écologique de nos vies numériques est en nette hausse ,selon…

3 jours ago
  • Respirer

Slow tourisme en Italie : trouver refuges en Vallée d’Aoste

Et si, cet été, on prenait un peu de hauteur pour quelques jours de randonnée…

4 jours ago
  • Partager

Qualité de l’eau de la Seine : les tests de Surfrider Foundation inquiètent

L'ONG Surfrider Foundation teste régulièrement la qualité de l'eau de la Seine à Paris. À…

4 jours ago
  • Inventer

À Oman, des bus propulsés par du biodiesel à base de graines de dattes

L'Université Sultan Qaboos explore le transport durable en transformant un déchet agricole abondant en carburant…

5 jours ago