Découvrir

Sur l’île de Sumatra, Farwiza Farhan est en guerre contre les producteurs d’huile de palme

Les adversaires de la nature sont prévenus, Farwiza Farhan se trouve sur leur chemin. HAkA est là. Donner à sa fondation le nom d’une danse chantée pour impressionner les adversaires est lourd de signification. Telle une guerrière, la biologiste veille sur son île de Sumatra. Sur cette grande île indonésienne, à l’ouest de Java, la forêt est victime des producteurs d’huile de palme.

Tout a commencé par une rencontre dans la jungle. Elle a eu un coup de cœur pour un bébé orang-outan qui se balançait de branche en branche sous l’œil attendri de sa mère. Après un diplôme en biologie marine et une maîtrise en gestion de l’environnement, Farwiza commence par travailler dans une agence gouvernementale dédiée à la protection de la biodiversité. Puis elle décide de voler de ses propres ailes en fondant HAkA.

À lire aussi : Mundiya Kepanga : « On doit respecter la nature si on veut qu’elle nous respecte en retour »

Faire payer les géants de l’huile de palme pour qu’ils cessent de détruire la forêt

« Les rivières de la forêt de l’écosystème de Leuser [à Sumatra] s’apparentent au sang qui coule dans nos veines », explique Farwiza Farhan. Sa voix est douce mais on sent la colère rentrée, cette colère « qui peut pousser les gens à agir ». C’est ce tempérament de feu qui lui a permis, en 2016, de gagner un procès qui paraissait perdu d’avance. Elle a fédéré les représentants des villages de Leuser. C’est le dernier endroit au monde où cohabitent tigres, rhinocéros, orangs-outans, éléphants et humains.

Elle leur a demandé de se départir quelque peu de leur machisme et d’inclure les femmes expertes en forêt. Ce sont elles qui se sont transformées en vigies pirates pour faire des rondes. Elles aident à localiser les braconniers et cartographier les coupes d’arbres illégales. Leur travail a mené à une plainte collective déposée contre PT Kallista, géant de l’huile de palme. Résultat : la justice a condamné la firme à payer 26 millions de dollars d’amende pour coupe illégale de bois. « Il n’y a pas mieux qu’un arbre pour capter le carbone et le retirer de l’atmosphère. Ça marche très bien depuis des millions d’années. »

Farwiza Farhan, une guerrière… optimiste

Amoureuse de la nature, Farwiza Farhan croit en l’être humain pour changer le cours des choses. « Tous les hommes ne se laissent pas acheter. Le défenseur de l’environnement ne peut pas être un club exclusif. Il devrait inclure tout le monde de tous les horizons », précise-t-elle. Sur son site, il est indiqué en page d’ouverture que les habitants ont un rôle capital à jouer pour empêcher que leur environnement ne soit détruit.

L’ONG travaille également à prévenir les destructions liées à l’exploitation minière. Comment ? En aidant les communautés locales à développer des alternatives économiques qui ne dégradent pas la forêt.

Lauréate du prix National Geographic pour sa défense de la forêt, Farwiza s’attache maintenant à défendre un modèle économique qui préserve la biodiversité. « Même pas peur », semble dire l’activiste aux énormes intérêts économiques qu’elle menace.

SOUTENEZ WE DEMAIN, SOUTENEZ UNE RÉDACTION INDÉPENDANTE
Inscrivez-vous à notre newsletter hebdomadaire
et abonnez-vous à notre magazine.

Recent Posts

  • Déchiffrer

Paris 2024 : des Jeux Olympiques écologiques, un objectif illusoire ?

Paris 2024 s'est engagé à organiser les premiers Jeux Olympiques écologiques. En pleine urgence climatique,…

13 heures ago
  • Ralentir

Plongée dans l’histoire… et dans la Seine : entre héritage et enjeux climatiques

À l'approche des Jeux olympiques 2024, la promesse de rendre la baignade dans la Seine…

23 heures ago
  • Inventer

Spiber : une fibre textile à base de protéine végétale fermentée

Le japonais Spiber a inventé des fibres protéiques éco-responsables, en s'inspirant de la soie d'araignée…

1 jour ago
  • Inventer

Smartphones boostés à l’IA : une révolution technologique sous surveillance

L'arrivée des smartphones boostés à l'IA marque une nouvelle ère technologique, soulevant également des questions…

2 jours ago
  • Partager

Qualité de l’eau de la Seine : des améliorations mais toujours pas le feu vert pour le grand public

L'ONG Surfrider Foundation teste régulièrement la qualité de l'eau de la Seine à Paris. À…

3 jours ago
  • Ralentir

Petits défauts, beau geste : il faut sauver les produits imparfaits

Dans un monde où la perfection est souvent valorisée, vendre des produits imparfaits constitue une…

4 jours ago