La revue  > WE DEMAIN N°39

Written by 8 h 58 min La revue

WE DEMAIN N°39

Le 20/05/2011 par wedemain admin
we demain 39
WE DEMAIN n°39 : La société de la sobriété est là !
WE DEMAIN n°39 : La société de la sobriété est là !

Commandez-le

Version numérique

Feuilletez-le

A lire aussi :

Le réchauffement climatique est un phénomène complexe et le vocabulaire associé l'est parfois tout autant. Voici donc un lexique spécial COP27, pour tout comprendre à la Conférence mondiale sur le climat.

(Afin de retrouver le mot qui vous intéresse dans ce glossaire, tapez sur votre clavier "Ctrl + F" sur PC ou "Pomme + F" sur Mac, et entrez le mot en question.) 

Aérosols

Particules solides et liquides de très petites tailles, souvent comprises entre 0,01µm et 10 µm, en suspension dans l’air. Elles proviennent par exemple de poussières (des déserts), d'embruns, de pollens. Elles peuvent également être générées dans l'atmosphère à partir de la condensation de gaz (dioxyde de souffre -SO2- notamment).

Acidification

Phénomène par lequel la dissolution d'une quantité croissante de CO2 dans les océans fait baisser le pH de leurs eaux.

Accord volontaire 

Accord librement conclu entre un ou des gouvernements et un ou plusieurs acteurs du secteur privé pour la réalisation d'objectifs environnementaux allant au-delà des obligations à remplir.

Adaptation

Action consistant à s'adapter aux conséquences devenues inévitables du changement climatique.

Additionnalité 

Une action est dite additionnelle par rapport à un mécanisme si elle n’aurait pas pu avoir lieu sans recours à ce mécanisme. Elle est centrale dans l’attribution de crédits carbone.

Agenda 21

Programme d’actions concernant l’environnement et le développement, rédigé à Rio en 1992. Recommandations d’actions non contraignantes se déclinant en agenda 21 local pour les collectivités dans les pays.

Albédo

Proportion du rayonnement solaire réfléchi par un objet, une surface. Une surface parfaitement réfléchissante possède un albédo de 1 (ou de 100 %). Neige fraîche : 0,8. Surface marine : 0,2.  

Anticyclone

Zone de haute pression atmosphérique.

Anthropique

En rapport avec la présence ou l'action humaine.

Atténuation

Ensemble des actions consistant à réduire les émissions de gaz à effet de serre dues aux activités humaines.

Banquise

Surface de glace couvrant la mer.

Biosphère

Ensemble des organismes vivants de la planète.

Bloom (ou floraison) planctonique

Développement rapide et massif de plancton végétal, algues unicellulaires. 

Calottes polaires

Étendues de glace recouvrant une grande surface située près d'un pôle géographique.

Carbonifère

Période géologique pendant laquelle la Terre était en grande partie couverte de forêts. L'enfouissement de la matière organique a permis la constitution des réserves de charbon, de pétrole et de gaz naturel actuellement exploitées.

Carottage

Prélèvement d’un échantillon de glace ou de roche afin d'étudier son contenu.

Changement climatique

Le changement climatique désigne l'ensemble des phénomènes engendrés par le réchauffement planétaire.

CCNUCC

Convention cadre des Nations-Unie sur les changements climatiques.

Circulation anticyclonique

Mouvement de vents s'effectuant dans le sens des aiguilles d’une montre dans l’hémisphère nord, en sens inverse dans l’hémisphère sud, autour des zones de haute pression.

Circulation cyclonique

Mouvement de vents s'effectuant dans le sens contraire des aiguilles d’une montre dans l’hémisphère nord en sens inverse dans l’hémisphère sud, autour des zones de basse pression.

Circulation thermohaline

Organisation globale des courants océaniques qui transporte de la chaleur des basses latitudes vers les hautes. Elle est liée aux différences de densité de l'eau, qui s'établit selon sa salinité et sa température.

Contribution nationale

Part que prend en charge chaque pays en vue d'atteindre l'objectif mondial de limiter le réchauffement planétaire à 2°C en tendant vers 1,5°C.

CO2

Formule chimique du dioxyde de carbone.

CH4

Formule chimique du méthane.

COP

Conférence des parties, chaque "partie" étant un pays ou groupe de pays. Sommet mondial de la CCNUCC. Il se déroule chaque année dans un ville différente.

CPDN 

Contribution prévue déterminée au niveau national. Voir contribution nationale.

Crédit carbone

Qualifie les allocations de gaz à effet de serre à des entités (pays, entreprises, projets) qui peuvent faire l’objet d’échanges sur un marché.

Cycle glaciaire-interglaciaire

Succession d’une glaciation et d’une période globalement plus chaude. Les derniers cycles glaciaires-interglaciaires ont une duré en moyenne de 100 000 ans.

Déglaciation

Période de transition entre un climat glaciaire et un climat interglaciaire, associée à une fonte de calottes de glace et à un réchauffement global.

Dérèglement climatique

Ensemble des dérèglements du système climatique terrestre issus de son déséquilibre énergétique dû au réchauffement planétaire.

Désinvestissement

Arrêt des investissements dans les énergies fossiles.

Différenciation

Principe selon lequel les efforts demandés à chaque pays pour la lutte contre le changement climatique sont pondérés par leur responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Ainsi, les pays du Sud estiment que les pays du Nord ont une dette écologique et doivent donc accomplir un effort plus important.

Échelle de Beaufort

Échelle comportant 13 degrés (de 0 à 12) pour estimer la puissance des vents. 

Effet papillon

L'"effet papillon" est une illustration du phénomène de sensibilité aux conditions initiales en théorie de chaos. 

El Niño (ENSO)

Phénomène climatique se déroulant tous les 2 à 7 ans dans l’océan Pacifique tropical. Il modifie la circulation océanique, la température, les vents, les précipitations, ou encore les échanges de CO2 avec l’atmosphère. 

Énergies fossiles

Énergies issues de la fossilisation de matières organiques stockées sous terre. Il s'agit principalement du pétrole, du charbon et du gaz naturel.

Énergies renouvelables

Énergies issues principalement des flux d'énergie provenant du soleil et de ses effets sur Terre : chaleur, vent, courants, cycle de l'eau, etc. La géothermie utilise pour sa part des flux d'énergie provenant de l'intérieur de la planète.

ENGO

Collectif regroupant les organisations de protection de l’environnement (Greenpeace, WWF...).

EnR

EnR est un acronyme qui signifie Energies Renouvelables. Solaire, éolien, biogaz, géothermie… elles sont alimentées par le vent, le soleil, les marées, les fleuves, les matières vivantes (combustion de bois, végétaux…) , etc.

Evapotranspiration

Phénomène physique regroupant l’évaporation directe de l’eau du sol et la transpiration des végétaux.

Fonds vert

Programme mis en place en 2010 pour financer des programmes de réduction des émissions de gaz à effet de serre et d’adaptation au changement climatique dans les pays en développement.

Foraminifères

Animaux unicellulaires marins dont la cellule est entourée d'une coquille calcaire. 

Forçage radiatif

Le forçage est une action interne ou externe qui perturbe l'équilibre d'un système. Ainsi, le forçage radiatif consécutif à l’augmentation de la concentration de gaz à effet de serre dans l’atmosphère provoque une augmentation de la température à la surface de la Terre.

Force de Coriolis

Force due à la rotation de la Terre sur elle-même. Elle tend à dévier les corps en mouvement vers la droite dans l’hémisphère Nord. 

Front glaciaire

Limite basse d'un glacier. Son avancée ou son recul intervient des années après la modification climatique (réchauffement, refroidissement) qui l'engendre.

Gaz à effet de serre

Molécule de trois atomes au moins qui ont la capacité de retenir le rayonnement infrarouge de la Terre à proximité de sa surface.

Géomorphologie

Description et explication du relief continental et sous-marin de la Terre.

Géo-ingénierie

Ensemble des actions que les humains pourraient mettre en place afin de manipuler le climat dans le but d'éviter un réchauffement planétaire invivable.

Retrouvez ici tous nos articles sur la géo-ingénierie.

GES

Gaz à effet de serre.

GIEC

Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat.

À lire aussi : Pourquoi le GIEC est devenu une référence sur le réchauffement ?

Giga

Milliard.

Glaciation

Époque durant laquelle des calottes polaires sont présentes sur l'Amérique du Nord et l'Eurasie.

Glacier

Accumulation de glace sur un continent. Il s'écoule lentement.

Groupe AOSIS

Alliance des petits États insulaires (Alliance of Small Island States).

L’AOSIS est un groupe qui s’exprime souvent d’une seule voix à l’ONU. Il est constitué d'une quarantaine d'États situés sur des îles ou des côtes à basse altitude qui sont directement menacés par les effets des changements climatiques (élévation des océans...).

Groupe de l’ombrelle (Umbrella Group)

Coalition informelle regroupant en général les États-Unis, le Japon, la Russie, l’Australie, le Canada, l’Islande, la Nouvelle-Zélande, la Norvège et l’Ukraine. Cette coalition a pris la suite, après le sommet de Kyoto, du JUSSCANNZ.

Groupe des 77 et de la Chine (Group of 77 and China)

Formé à l’origine par 77 pays, ce bloc regroupe plus de 130 pays en développement et la Chine qui ne figure pas à l’annexe 1 de la CCNUCC.

Groupe JUSSCANNZ

Coalition initialement appelée JUSCANZ, formée par le Japon, les États-Unis, le Canada, l’Australie, la Nouvelle-Zélande au moment de la COP4. Ce groupe a servi de forum d'échanges d'informations et de discussions entre les pays industrialisés non européens. La coalition est devenue JUSSCANNZ avec la Suisse et la Norvège pendant les négociations du Protocole de Kyoto.

Groupe RINGO

Collectif regroupant des organisations de recherche ou indépendantes : universités, think tanks (groupes de réflexion), ONG qui ne font pas partie du collectif ENGO.

Groupe TUNGO

Collectif regroupant des syndicats.

Groupe YOUNGO

Collectif regroupant des organisations de jeunes.

Hydrosphère

Ensemble regroupant les mers et océans, la surface des continents, l’atmosphère et la biosphère.

INDC

Voir CPDN.

Infrarouge

Rayonnement électromagnétique de longueur d’onde comprise entre 3.7 et 100 μm. C'est ce rayonnement renvoyé par la Terre vers l'espace qui est de plus en plus bloqué près de nous par les gaz à effet de serre.

Interglaciaire

Période de climat chaud sur Terre, pendant laquelle les calottes polaires disparaissent dans l'hémisphère nord, à l'exception de celle du Groenland.

Kelvin

Le Kelvin (K) est l’unité de température absolue. Son échelle débute à la plus basse température possible, -273,1°C (Celsius).

La Niña

Phénomène inverse d'El Niño (voir plus haut).

Lumière visible

Rayonnement électromagnétique de longueur d’onde comprise entre 0,4 et 0,78 micromètres. C'est le rayonnement lumière que nous voyons.

Marégraphe

Instrument qui mesure les hauteurs du niveau de la mer, principalement dans les ports.

Marché carbone

Mécanisme financier d'achat et de vente de carbone visant à réduire les émissions industrielles de gaz à effet de serre.

À lire aussi : Demain, la “neutralité carbone” pour tous ?

MDP

Mécanisme pour un développement propre.

Mécanisme pour un développement propre

Défini dans l’article 12 du Protocole de Kyoto, les MDP ont un double objectif : aider les pays qui ne sont pas à l’annexe 1 (voir ci-dessous) en leur permettant de bénéficier de programmes de développement propre et aider les pays de l’annexe 1 à investir en dégageant un crédit qui les aidera à réaliser leurs objectifs de réduction d’émission de GES.

Mix énergétique (ou bouquet énergétique)

Répartition des différentes sources d'énergie primaires dans une production de chaleur et/ou d'électricité.

Modèle numérique

Représentation d’un milieu, par exemple le système climatique terrestre, par de multiples équations. Sa solution nécessite l’utilisation d’un ordinateur.

Paléoclimatologie

Science des climats passés sur Terre.

Partie(s)

Un État ou groupe d'États.

Pays de l’annexe 1 

"Les pays de l’annexe 1" sont les pays considérés comme développés, cités dans l’annexe 1 de la Convention-cadre sur le changement climatique.

Pays de l’annexe 2 

"Les pays de l’annexe 2" regroupent les pays de l’annexe 1 de la Convention-cadre sur le changement climatique et les pays qui sont supposés aider les autres à réduire leurs émissions de GES et à s’adapter au changement climatique.

Pergélisol ou permafrost (anglicisme)

Sol partiellement ou entièrement gelé en profondeur pendant plusieurs années consécutives. 

Pertes et dommages

Préjudices causés par les conséquences du réchauffement planétaire, principalement dans les pays les plus pauvres qui sont aussi les moins émetteurs : hausse du niveau des mers, inondations, tempêtes, sécheresses, etc.

Photosynthèse

Processus pendant lequel les végétaux convertissent l’énergie lumineuse en énergie chimique. Ils utilisent l’énergie solaire, le CO2 et l’eau pour élaborer leurs matières organiques.

Phytoplancton

Plancton végétal.

Principe d'équité

"Il incombe aux Parties de préserver le système climatique dans l’intérêt des générations présentes et futures, sur la base de l’équité et en fonction de leurs capacités respectives. Il appartient, en conséquence, aux pays développés d’être à l’avant-garde de la lutte contre les changements climatiques." (art 3.1 de la Convention-cadre).

À lire aussi : L’Europe doit réduire les émissions des plus riches

Protocole de Kyoto

Premier traité international contraignant visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre. Signé en 1997, entré en vigueur en 2005, il concernait 55 pays industrialisés. A expiré en 2020.

À lire aussi : Climat : les COP vont-elles conserver leur crédibilité ?

Protocole de Montréal

Protocole adopté en 1987 et qui réglemente la production des produits chimiques destructeurs de la couche d’ozone stratosphérique.

REDD+

Mécanisme pour permettre de réduire les émissions de CO2 liées à la déforestation et à la dégradation des forêts tropicales.

Zooplancton

Plancton animal.

Plancton

Ensemble des végétaux et animaux flottant passivement, sans nager, dans les milieux aquatiques.

Pompe biologique

Absorption de CO2 dissous dans l'eau par le phytoplancton.

Pompe physique

Absorption par les eaux de surface de la chaleur et des gaz atmosphériques qui sont ensuite entraînés en profondeur.

ppm

Parties par million. 1 ppm vaut 0,0001 %. C'est l'unité de mesure de la concentration de CO2 dans l'atmosphère.

ppb

Parties par milliard. 1 ppb vaut 0,0000001 %. C'est l'unité de mesure de la concentration de méthane dans l'atmosphère.

Précurseur atmosphérique

Composé influençant, par réaction physique ou chimique, la concentration en aérosols ou en gaz de l'atmosphère. Par exemple, le dioxyde d’azote (NO2) est un précurseur de l’ozone troposphérique.

Projection climatique

Simulation estimant la réponse du système climatique à différents scénarios de forçages externes, par exemple les émissions de gaz à effet de serre.

Puits de carbone

Milieu, écosystème, qui capture des gaz à effet de serre dans l’atmosphère. Les océans et les écosystèmes terrestres sont les deux grands puits de carbone de la Terre.

Réchauffement climatique

Réchauffement global de la température moyenne de la Terre à l'échelle de dizaines d'années. Peut être comparé à de la fièvre.

Rétroaction climatique

Dans le système climatique, tous les paramètres terrestres sont liés (courants, vents, glaces, rotation de la Terre, énergie du soleil, gaz à effet de serre etc.). Lorsque l'un de ces paramètres change, le système se déséquilibre. Le climat se modifie. Ce changement peut entraîner des modifications sur d'autres paramètres, et ainsi de suite. Une rétroaction positive amplifie le changement. Une rétroaction négative l'atténue.

Salinité

Masse de sels contenue dans 1 kg d’eau. La salinité de l’eau de mer est en moyenne de 35 g/kg.

Sédiments marins

Dépôts marins constitués par l’accumulation de matière minérale et organique.

Tapis roulant

Circulation thermohaline.

Tectonique

Lié aux grands mouvements de la croûte terrestre associés au déplacement des plaques continentales et au volcanisme.

Abonnez-vous

Lire plus

Réchauffement climatique :  lexique pour tout comprendre à la COP27
  • Nisreen Elsaim : « Il faut cesser le ‘young washing’ et amener les chefs d’État à vraiment nous écouter »

    À 27 ans, cette jeune Soudanaise parle avec les plus grands. Et notamment António Guterres, le Secrétaire général de l'ONU. Il faut dire que Nisreen Elsaim préside, depuis août 2020, le Groupe consultatif de la jeunesse sur le changement climatique de l’ONU. Cette aînée de sept enfants, que rien ne prédestinait à cette trajectoire, s'est passionnée pour le dérèglement climatique depuis ses 16 ans, en 2012.

    Titulaire d’une licence en physique et d’un master en énergie renouvelable de l’Université de Khartoum, elle sait de quoi elle parle et a particulièrement observé les ravages du dérèglement climatique dans son pays d'origine. Le Soudan est en effet classé comme l’un des pays les plus vulnérables en la matière (sécheresse accrue, fortes précipitations soudaines, pollution, épidémies, insécurité alimentaire, etc.). À l'occasion du Forum mondial 3Zéro, WE DEMAIN a pu échanger avec elle.

    Comment et pourquoi êtes-vous devenue activiste ?

    Nisreen Elsaim : La vérité, c'est parce que je m'embêtais à l'école ! Au cours de mes études scientifiques, j'ai réalisé les effets délétères du dérèglement climatique et j'ai commencé à militer dans différentes organisations qui œuvrent sur les questions de climat et de sécurité en Afrique. J'ai notamment intégré le Youth Environment Sudan (YES), une ONG qui regroupe plus de 1000 associations environnementales au Soudan et dont j'ai pris la coordination. Mais j'ai bien vite compris qu'il ne suffisait pas de tirer la sonnette d'alarme et que mes études scientifiques ne m'aideraient pas suffisamment pour faire avancer les choses.

    Il fallait aussi agir sur le plan politique, une nécessité au Soudan où les tensions politiques sont fortes. Je me suis donc impliquée dans des mouvements qui mixaient écologie et politique. J'ai intégré la Conférence Africaine de la Jeunesse (COY Afrique) et l’Alliance Panafricaine pour la justice climatique. Et puis, en 2019, j'ai été désignée parmi les 30 envoyés spéciaux pour la jeunesse de l’ONU avant d'être nommée par le Secrétaire général de l’ONU comme Présidente du Groupe consultatif de la jeunesse sur les changements climatiques.

    Vous avez le sentiment qu'António Guterres vous écoute vraiment ?

    Absolument, nous faisons un point avec lui chaque trimestre. Sur les nouvelles initiatives mises en place, ce qui s'est bien passé, ce qui est plus compliqué… Il est vraiment intéressé et à l'écoute. Et il est d'accord avec nos recommandations. La difficulté, c'est au niveau de l'étape suivante, quand les États membres de l'ONU doivent se mettre sur les actions à mettre en oeuvre. C'est souvent là que cela bloque.

    Comment crée-t-on de jeunes leaders pour le climat ?

    Nous sommes jeunes mais professionnels, avec nos connaissances et nos expériences. Au sein du Groupe consultatif de la jeunesse sur les changements climatiques, nous rencontrons António Guterres quatre fois par an. Et il nous écoute. Chaque jour, les jeunes prouvent qu'ils s'intéressent au changement climatique mais que cette question ne doit pas être traitée seule. Il y a un vrai lien entre le changement climatique et les droits de l'Homme. Pour moi, ça a toujours été intimement lié mais aujourd'hui, les gens en prennent conscience. Cela a toujours été vrai mais cela l'est encore plus en temps de guerre. Car cela génère des pollutions, des crises alimentaires, etc. On le voit clairement en Europe avec la guerre en Ukraine mais c'est quelque chose que nous connaissons depuis bien longtemps au Soudan.

    Les jeunes ont conscience de tout cela mais pour qu'ils s'approprient les sujets et qu'ils prennent la parole pour influer sur le cours des choses, il faut aussi que le monde entier prenne conscience d'une chose : les jeunes ne méritent pas seulement une place à la table des discussions et des réflexions aux côtés des chefs d'État et leaders. Les jeunes sont nécessaires à cette table. Sans eux, rien ne pourra se faire. Avec eux, le changement se fera plus rapidement.

    Aujourd'hui, quels sont les principaux obstacles que vous – et les autres jeunes – rencontrez dans votre mission ?

    Vous voulez dire, en dehors de ma difficulté à obtenir des visas ?! Mon passeport soudanais n'est pas le plus grand facilitateur dans mon travail… (rire) Mais, plus sérieusement, notre plus gros obstacle est l'absence de soutien financier. Quand on va demander des aides pour développement des projets, les jeunes se voient souvent reprocher un manque d'expérience, un manque de responsabilité dans des organisations, une absence de comptabilité fiable, etc. Mais comment peut-on avoir accès à un comptable quand on est une petite association sans financement ? C'est l'histoire de l'œuf et de la poule et c'est un cercle vicieux qui rend très difficile le développement de projets par la jeunesse.

    Le deuxième principal obstacle est le "young washing". On parle beaucoup de la jeunesse mais, bien souvent, cela n'est qu'une apparence. Les choses ne changent pas assez en profondeur. Les marques, les entreprises, les États… créent des sites pour la jeunesse, l'inclusivité, l'égalité des chances, l'écologie… mais quand on regarde les actions concrètes derrière, cela reste souvent très superficiel. Un exemple concret : notre Groupe de la jeunesse sur le changement climatique a demandé à participer à une réunion lors de l'Assemblée générale de l'ONU pour pouvoir échanger directement avec les chefs des États membres. Nous avons reçu une fin de non recevoir sous des prétextes fallacieux (question de sécurité, d'agenda trop chargé…). Il faut que ces gens comprennent qu'ils ont besoin de nous, de nos idées… Et que nous sommes là pour aider.

    Quel conseil donneriez-vous à des jeunes qui veulent s'impliquer pour un monde plus durable ?

    Les actions individuelles sont importantes. Les actions de groupe aussi. Un proverbe africain dit "Si tu veux aller vite, marche seul mais si tu veux aller loin, marchons ensemble." Hélas aujourd'hui, il faut marcher vite ET loin. Alors les initiatives individuelles et de groupes sont les bienvenues. Prenons l'exemple de l'Afrique. Ce continent n'est responsable que de 4 % des émissions de gaz à effet de serre dans le monde. Donc, actuellement, nous sommes neutres en carbone pour ainsi dire. Mais ce qui se passe ailleurs dans le monde, notamment dans les pays industrialisés, a un impact négatif sur notre quotidien en raison du réchauffement climatique dont nous souffrons durement.

    C'est pour cela que les actions individuelles sont importantes mais nous ne devons aussi agir en groupes, globalement. Si, toute seule, moi Nisreen Elsaim, je plante une centaine d'arbres, c'est bien. Mais au niveau de la planète, on a besoin de beaucoup plus que cela. Et ce n'est qu'en s'organisant tous ensemble qu'on pourra s'en sortir et combattre le dérèglement climatique. Tous nos petits gestes du quotidien sont importants mais ce n'est pas suffisant. Nous avons aussi besoin des grandes initiatives prises au niveau des ONG internationales et des grandes décisions que doivent prendre les États.

    Abonnez-vous

    Lire plus

    Nisreen Elsaim : « Il faut cesser le ‘young washing’ et amener les chefs d’État à vraiment nous écouter »
  • Réduire le méthane dans l’atmosphère grâce à la litière des chats ?

    Cela fait partie des objectifs de la COP26 : réduire la présence de méthane dans l'atmosphère. Ce dernier est en effet un puissant gaz à effet de serre qui participe activement au dérèglement climatique. Cette molécule, composée d'un atome de carbone couplé à quatre atomes d'hydrogène (CH4), est naturellement présente dans l'atmosphère. Elle est émise notamment par l'agriculture (élevage, décomposition des végétaux, riziculture…). Autre facteur humain : l'extraction de pétrole, gaz et charbon, qui représenterait 30 % des émissions de méthane.

    Et le méthane a des effets bien plus délétères que le CO2. Le GIEC affirme qu'un seul kilo de méthane va réchauffer autant l'atmosphère que 28 à 30 kilos de CO2 au cours du siècle qui suit leur émission. C'est pour cela que des scientifiques s'efforcent de trouver des solutions pour transformer simplement du CH4 en dioxyde de carbone. Parmi elles, les zéolites semblent une piste sérieuse… et abordable qui pourraient permettre de respecter les engagements de la COP26.

    Des argiles naturelles aux propriétés vertueuses

    Des chercheurs du MIT (Massachusetts Institute of Technology) viennent de faire savoir qu'ils ont développé une méthode de conversion du méthane en CO2 grâce aux zéolites. Les zéolites sont des argiles naturelles communes. Des minéraux que l'on retrouve notamment dans la litière des chats car peu onéreuses et présentes sur Terre en abondance. Dans un article publié dans le journal ACS Environment Au, les scientifiques ont pointé du doigt le fort pouvoir absorbant de ces argiles. Elles ont notamment la capacité de capturer des molécules sous forme gazeuse.

    Afin de leur permettre de particulièrement emprisonner le méthane pour le transformer en CO2, ces chercheurs du MIT ont dopé les zéolites au cuivre. Cela facilite l’oxydation du méthane à basse température, dans les conditions atmosphériques classiques.

    L'argile Zéolite est présente en abondance sur Terre, et abordable. Photo : Fotosr52 / Shutterstock

    Une solution peu chère contre le méthane

    "Au cours des 18 prochains mois, nous voulons démontrer que cela peut fonctionner concrètement sur le terrain, souligne Desiree Plata, professeure associée au Ralph M. Parsons Laboratory (MIT) et co-autrice de l’étude. La plupart des solutions de capture d'air coûtent très chères et ne seront jamais rentables. Notre technologie sera peut-être un jour un contre-exemple."

    L'étude du MIT suggère qu'il serait possible d'intégrer ce nouveau catalyseur dans les systèmes de ventilation des mines de charbon, gros émetteurs de méthane. Qui plus est, le processus de transformation du CH4 en CO2 dégage une certaine chaleur. Cette énergie permettrait donc de générer de l’électricité… et de le rentabiliser assez facilement. Pour le moins prometteur.

    Abonnez-vous

    Lire plus

    Réduire le méthane dans l’atmosphère grâce à la litière des chats ?
  • -->