Inventer  > La ville de demain ? “On fera moins une architecture de diva”

Written by 14 h 30 min Inventer, Ma maison demain

La ville de demain ? “On fera moins une architecture de diva”

Bagnolet, La Défense, Saint-Denis… L’architecte Maud Caubet fait partie de ceux qui dessinent le futur Grand Paris. Sa ville idéale ? Adaptable, inspirée du vivant, et résiliente face aux crises.

Le 17/11/2020 par Pauline Vallée
Comment rendre les villes plus résilientes ? En misant sur le végétal et l'adaptabilité des bâtiments sur le long terme. Crédit : DR
Comment rendre les villes plus résilientes ? En misant sur le végétal et l'adaptabilité des bâtiments sur le long terme. Crédit : DR

Elle nous reçoit dans son bureau à Paris fin octobre, quelques heures seulement avant l’annonce du reconfinement. Une épreuve de plus dans une année tourmentée, qui, Maud Caubet en est persuadée, va changer notre manière de concevoir les villes.

“Une ville qui fonctionne bien est une ville durable, capable de rebondir de ces crises”, assure-t-elle. La clé ?  Des bâtiments qui peuvent “s’adapter”, “intégrer différents usages dans le temps sans avoir à tout démolir”.

“La ville de demain sera plus primitive, plus simple. On fera moins une architecture de diva, on reviendra à des fondamentaux, des matériaux comme la terre crue, le bois, le béton bas carbone.”

Son regard sur le futur Paris

En 2017, l’architecte remporte deux sites de l’appel à projets Inventons la Métropole du Grand Paris : les Lumières Pleyel à Saint-Denis, et le Marché à la ferraille à Bagnolet.

Le premier projet, porté en collaboration avec six autres architectes, propose de revitaliser un quartier de Saint-Denis, ville située au nord de Paris dont la population a progressé de plus de 29 % entre 1999 et 2016. Le bâti mixte, mêlant logements et bureaux, s’articulera autour d’un grand parc, véritable “poumon naturel” au milieu d’une zone très minérale. 

Le second, localisé à côté du boulevard périphérique, pose la question de construire, et vivre, dans un environnement appelé à muter dans les prochaines années. 

“Oui les villes se densifient, mais ce n’est pas un moindre mal, il faut éviter l’étalement des mégapoles vers les campagnes. La densité peut être un sujet extrêmement intéressant […], il faut prendre cette contrainte forte et essayer d’en tirer le plus parti.”

Construire après l’épidémie

Outre la densité, deux autres données à prendre en compte sont le besoin de nature et d’accès à l’extérieur des citadins, remis sur le devant de la scène par le confinement de 2020.

À lire aussi : Pour une ville inclusive, “repartons de l’humain et de ses besoins”

Bien qu’imaginé avant le Covid-19, son projet Origine prévu à Nanterre pour 2021 prend en compte ce besoin de végétalisation. Le quartier intégrera des “petites bulles” de verdure, comme des patios en rez-de-jardin et des terrasses suspendues. 

Pour l’architecte, chaque appartement doit être muni d’un espace extérieur, qu’il soit privé, comme un jardin ou une terrasse, ou collectif. On peut aussi, indique-t-elle, imaginer, au sein d’un immeuble, des étages intermédiaires dédiés au télétravail. “Le confinement va nous obliger à penser des espaces extérieurs, conclut Maud Caubet. Du moins introduire la lumière naturelle, le végétal, des jardins partagés… par forcément pour être autonome sur le plan alimentaire, mais pour sortir de chez soi et passer dix minutes dehors.”

Tags:

A lire aussi :

Close