Innovation en Nouvelle-Aquitaine

Ateliers du bocage : employer, réemployer… et 200 employés à la clé

La Boujalière (Deux-Sèvres – Nouvelle-Aquitaine) – « Nous avons une signature : employer, réemployer. Employer pour donner une seconde chance à ceux qui, cabossés par la vie, ont un retour à l’emploi difficile : en créant des cases pour chacun d’entre eux plutôt que de les mettre dans des cases prédéfinies. » Pour Nicolas Lebeau, directeur général des Ateliers du bocage, ces derniers veulent d’abord être « une force d’espérance ». Initiés sous l’égide d’Emmaüs il y a plus de trente ans pour recréer de l’emploi, après la débâcle industrielle ayant frappé la région, ces ateliers emploient aujourd’hui 200 salariés.

Avec une gouvernance bienveillante et sobre (l’écart entre le plus bas et le plus haut salaire est de 1 à 3) et des parcours d’insertion personnalisés permettant à ceux qui parfois ont connu la rue, « qui abîme trop« , de reprendre progressivement contact avec le monde du travail. Un accompagnement global, du logement via la communauté Emmaüs toute proche, au numérique et à l’aide à la mobilité. « En zone rurale, cette dernière est un des freins majeurs à l’emploi : grâce à la Fondation Peugeot, nous avons mis en place un système d’autopartage avec des chauffeurs volontaires qui vont chercher leurs collègues.« 

« Le réemploi, c’est mieux que le simple recyclage »

Réemployer parce que « le réemploi, c’est mieux que le simple recyclage. » Si les Ateliers du Bocage ont conservé l’activité initiale, celle de la fabrication de palettes à dosserets pour la menuiserie industrielle, le reconditionnement de matériel téléphonique et informatique est une activité en plein essor. « Avec 450 000 téléphones traités par an, nous sommes le plus gros acteur d’économie sociale et solidaire de reconditionnement de téléphonie. » Pour chaque téléphone vendu, en moyenne 70 euros, un téléphone est donné à une association d’aide aux plus fragiles.

« Et nous pourrions encore faire mieux », regrette l’ex-diplômé d’une grande école de commerce : « Il faudrait, pour cela, que les pouvoirs publics fixent un cap afin que les gisements de “déchets” de qualité n’aillent pas tous vers l’économie privée lucrative du recyclage, mais aussi vers les filières de l’économie sociale. «  Pour Nicolas Lebeau, un modèle économique et responsable est possible : « On a confiance dans l’avenir. Chaque territoire, avec sa particularité, peut créer un écosystème favorable au commun. L’espérance repartira des territoires. »

SOUTENEZ WE DEMAIN, SOUTENEZ UNE RÉDACTION INDÉPENDANTE
Inscrivez-vous à notre newsletter hebdomadaire
et abonnez-vous à notre magazine.

Recent Posts

  • Non classé

Il faut sauver le chameau du désert de Gobi

Lauréat du Prix Rolex 2023, le Chinois Liu Shaochuang suit avec le soutien de l’Initiative…

6 heures ago
  • Découvrir

OpenAI Sora : et maintenant l’intelligence artificielle crée des vidéos

Après DALL-E pour les images et ChatGPT pour le texte, OpenAI dévoile Sora. Cette nouvelle…

1 jour ago
  • Découvrir

Votre entreprise va-t-elle bientôt faire faillite ? L’IA le sait (peut-être) déjà

L'intelligence artificielle, reine de la détection de faillite d'entreprises ? Des études mettent en lumière la…

2 jours ago
  • Non classé

La rose rouge, reflet de ce qu’il y a de pire dans la mondialisation

"Mignonne, allons voir si la rose…" a bien poussé sous des serres au Kenya avant…

3 jours ago
  • Ralentir

Une fresque de l’immobilier durable pour mieux comprendre les grands enjeux

L’Observatoire de l’immobilier durable, en partenariat avec l’école des Ponts Paris Tech, a adapté le…

4 jours ago
  • Partager

Comment utiliser Mistral, l’IA française, en local sur son PC avec Nvidia

Nvidia propose de télécharger un nouvel outil nommé Chat With RTX sur votre PC pour…

5 jours ago