Innovation en Nouvelle-Aquitaine

Ferme écologique de Gorce : respecter le vivant

Esse (Charente) – D’aussi longtemps qu’il s’en souvienne Pierre-Antoine Raimbourg dit Pédro a voulu faire sa vie à la terre. Comme son père. Un projet d’existence mûri pendant des années avec Sophie sa compagne. Le déclic : un coup de cœur en 2009 pour une ferme de Charente Limousine – 150 hectares entre bois de chênes centenaires haies d’aubépines prairies et ruisseaux. L’affaire se fera en 2017. Le temps pour la jeune vétérinaire et l’ingénieur de mûrir leur projet.

De voyager aussi. À pied en Nouvelle-Zélande en Bolivie. « On n’avait accès au téléphone que tous les dix jours une déconnexion qui nous a permis de nous poser les bonnes questions : c’est quoi être responsables de 150 hectares de nature ? Vis-à-vis des anciens des générations futures des voisins ? Comment préserver la qualité de lair de l’eau la beauté des paysages ? Du bien vivre ? »

Planter toujours plus d’arbres

La réponse pour Sophie et Pédro, c’est une agriculture biologique économe en ressources résiliente aux changements climatiques. Un élevage plus restreint mais vivant en plein air avec des animaux vendus plus âgés et à moins de 100 km « pour nourrir avant tout les gens à proximité. Un élevage à impact positif c’est possible explique Pedro. Notre bilan carbone annuel le prouve. Tout dépend de la façon dont on travaille. Nos vaches ne mangent pas de céréales. Rien que de l’herbe. »

Préserver les sols : pas d’engrais ni autres intrants chimiques à la ferme de Gorce créer des haies planter des arbres  protéger les zones humides les cours d’eau les mares: la feuille de route est claire. « On sait organiser une ferme mais on n’a pas toutes les compétences. On en a externalisé certaines : on travaille par exemple avec des associations comme Charente Nature et Promo Haies pour les zones humides. »

Passer le savoir aux plus jeunes

Pour les deux agriculteurs transmettre leur savoir-faire est important : « On accueille régulièrement des stagiaires dAgroParisTech. C’est primordial d’être connecté aux problématiques des plus jeunes. La crise de l’agriculture est aussi une crise de l’isolement. » Pour préparer leur exploitation aux changements climatiques Sophie et Pédro vont planter toujours plus d’arbres et porter une attention accrue à la résilience de l’eau en favorisant l’infiltration dans le sol selon une méthode australienne.

Le bien-être animal est aussi mis en avant avec un médical training – ou comment habituer les animaux à coopérer aux soins – mis en place par Sophie chargée de la santé et du bien-être du troupeau. « L’agroécologie c’est respecter le vivant sous toutes ses formes.« 

SOUTENEZ WE DEMAIN, SOUTENEZ UNE RÉDACTION INDÉPENDANTE
Inscrivez-vous à notre newsletter hebdomadaire
et abonnez-vous à notre magazine.

Recent Posts

  • Découvrir

TerraNeon, l’IA capable de prédire l’impact de nos décisions sur la planète

Quelles conséquences environnementales, économiques et sociales aura une décision ? Une intelligence artificielle, TerraNeon, a été…

21 heures ago
  • Découvrir

Deux siècles de climat de la France en 330 millions de données

Le site Keraunos a compilé les données d'observations météorologiques collectées par 12 079 stations depuis…

2 jours ago
  • Découvrir

Les déchets numériques ont bondi de 30 % en 12 ans, selon l’ONU

Entre 2010 et 2022, l'impact écologique de nos vies numériques est en nette hausse ,selon…

3 jours ago
  • Respirer

Slow tourisme en Italie : trouver refuges en Vallée d’Aoste

Et si, cet été, on prenait un peu de hauteur pour quelques jours de randonnée…

4 jours ago
  • Partager

Qualité de l’eau de la Seine : les tests de Surfrider Foundation inquiètent

L'ONG Surfrider Foundation teste régulièrement la qualité de l'eau de la Seine à Paris. À…

4 jours ago
  • Inventer

À Oman, des bus propulsés par du biodiesel à base de graines de dattes

L'Université Sultan Qaboos explore le transport durable en transformant un déchet agricole abondant en carburant…

5 jours ago