Un site pour voyager à la rencontre des artisans locaux

L’histoire commence au Bangladesh, en 2014. Globe-trotteuse fraîchement diplômée de l’EDHEC, Clara Baglione y pose ses valises pour six mois, le temps d’un stage en microfinance. C’est dans ce cadre qu’elle rencontre Dajenarah, une cuisinière qui lui apprend à manier les épices en échange de quelques cours d’anglais.

Séduite par ce « troc d’expériences », Clara s’associe deux ans plus tard à une amie d’école, Houda Behidji, pour créer BeeShary : un site – et une application à venir – où des voyageurs curieux peuvent s’inscrire à des activités auprès d’artisans locaux pour agrémenter leur escapade et donner du sens à leur voyage.

« Nous pensons que ces découvertes favorisent l’ouverture d’esprit, l’émergence de nouvelles expériences et surtout, apportent une dimension plus humaine et authentique aux escapades », expliquent les jeunes femmes sur leur site.

Une façon aussi de promouvoir les savoir-faire régionaux et de dynamiser les territoires.

Produits artisanaux

Découvrir le métier de souffleur de verre dans l’atelier de Christophe, à Biot. Écouter Jaqueline et Jean raconter l’histoire de leur moulin à huile , dans la commune de Bouleternère. Déguster une glace artisanale sur fond de musique chez Patrice, à Vence

Sur Beeshary, les voyageurs ont le choix entre des centaines d’activités dans des domaines variés. Si la plupart sont gratuites, l’artisan peut aussi décider de demander une participation à ses visiteurs.

La plateforme valorise aussi la consommation locale et responsable en proposant la vente en ligne de produits artisanaux sélectionnés par ses soins. 
 

Des abeilles partageuses

Pour financer ce projet, Clara et Houda ont lancé en 2015 une campagne de crowdfunding Ullul. 273 contributions, et un mois et demi plus tard, l’entreprise rassemble 20 000 euros.

Il a aussi fallu aux fondatrices imaginer un modèle économique pérenne. En plus d’une adhésion annuelle des artisans de 110 euros, l’entreprise élabore des coffrets avec les produits de ses artisans producteurs pour les vendre aux comités d’entreprise.

Aujourd’hui, le site rassemble 10 000 curieux et 250 artisans en région Provence-Alpes-Côte d’Azur, où les fondatrices de Beeshary ont remporté un appel d’offre. Une communauté « d’abeilles partageuses » qui grandit peu à peu. Et qui devrait encore s’élargir.

« Les abeilles essaiment pour former une colonie dans un endroit propice et sont bénéfiques à la nature. Houda et moi-même souhaitons, comme ces insectes, transporter notre concept de régions en régions pour qu’il soit bénéfique au plus grand nombre d’artisans français », complète Clara Baglione.

Recent Posts

  • Respirer

Denica Riadini-Flesch : « Les vêtements les plus durables sont ceux qui sont déjà dans votre garde-robe »

Lauréate 2023 du Prix Rolex à l'esprit d'entreprise, Denica Riadini-Flesch a monté un projet de…

9 heures ago
  • Ralentir

Comment l’Ukraine utilise l’IA dans sa guerre contre la Russie

Désignation des cibles, identification des prisonniers et victimes, guidage des drones, espionnage… En Ukraine, la…

1 jour ago
  • Respirer

30 forêts exceptionnelles à découvrir en France

L'Office National des Forêts a créé une carte interactive qui recense 30 forêts à découvrir…

1 jour ago
  • Déchiffrer

Pollution plastique triplée d’ici 2060 : « Il y a urgence à agir », pour la Fondation Tara Océan

Alors que 175 pays se préparent à se réunir à Ottawa pour discuter de la…

3 jours ago
  • Déchiffrer

Impact du glyphosate sur la biodiversité : une étude inquiétante en Martinique

Herbicide le plus utilisé au monde, le glyphosate a des effets ravageurs sur la biodiversité…

4 jours ago
  • Ralentir

Surveillance et résilience : un quotidien sous l’œil numérique en Chine

En Chine, la surveillance étatique imprègne chaque aspect de la vie quotidienne, ancrée dans des…

6 jours ago