Ralentir  > Pour ceux qui aiment voyager léger, cette tente se transforme en hamac et en poncho

Written by 13 h 04 min Ralentir • One Comment

Pour ceux qui aiment voyager léger, cette tente se transforme en hamac et en poncho

Conçue par des Autrichiens amateurs de camping, la “Flying Tent” est un abri de randonnée ne pesant que 1,2 kilos. Capable de se transformer en hamac et en poncho, elle conviendra à ceux qui aiment camper à l’improviste.

Le 03/05/2016 par Jean-Jacques Valette
Flying Tent
(Crédit : Flying Tent)
(Crédit : Flying Tent)

Ceux qui ont l’habitude de se balader dans la nature le savent bien : le poids du sac à dos est l’ennemi numéro un du randonneur. Pour s’alléger, une seule solution : emporter le minimum en privilégiant des objets polyvalents. C’est le concept de la “Flying Tent“. Conçue par de jeunes designers autrichiens, cette tente pour une personne a la capacité de se transformer en hamac mais aussi en poncho.

“Il n’y a aucune autre solution sur le marché qui soit aussi transportable et légère, avec autant de fonctionnalités”, assure à We Demain Bettina Wenigwieser, l’une des membres de l’équipe.

Montable en seulement 7 secondes

Avec un poids de 1,2 kilo, la Flying Tent est en effet dans la limite basse des abris de randonnée. À la façon d’une tente “2 secondes” de Décathlon, celle-ci intègre des arceaux souples qui permettent de la fixer au sol en quelques gestes. Pour dormir à la belle étoile, une moustiquaire protège le campeur des insectes et en cas de pluie la tente se referme complètement.

“Nous utilisons des tissus techniques de haute qualité capables de résister à une colonne d’eau de 5 000 millimètres. Des aérations aux deux extrémités évitent que la condensation se forme à l’intérieur” explique Bettina Wenigwieser.

Grâce à un système de sangles, la Flying Tent peut également être tendue entre deux arbres à la façon d’un hamac. Une fonctionnalité intéressante pour ceux qui campent en montagne, où le sol est souvent trop pentu pour bien dormir. Mais aussi en cas d’averse :

“Sous la pluie battante, la tente-hamac est formidable”, assure Bettina Wenigwieser. “La fermeture-éclair est étanche et vous êtes au sec, loin au dessus du sol. En mode tente, le hamac se transforme en tapis de sol étanche et remonte de cinq centimètres sur chaque côté”.

À lire aussi : Pour des festivals plus écologiques, une tente en carton 100 % recyclable

Si l’on souhaite simplement profiter du hamac pour faire une petite sieste estivale, la tente en elle-même peut être démontée et rangée dans un petit sac qui peut également servir de coussin à la pause. Enfin, le hamac est convertible en poncho une fois ses sangles retirées.

Mais où peut on ranger ses affaires pour ne pas les laisser dehors ? La tente contient plusieurs poches et il y a suffisamment d’espace pour mettre un sac à dos à hauteur de ses pieds. Nous développons néanmoins une solution pour ceux qui voyageraient très chargés”.

Actuellement en précommande sur Kickstarter à partir de 149 euros, la Flying Tent est disponible en couleur orange, verte, bleue et camouflée. Elle devrait être livrée en juillet prochain, soit juste à temps pour la saison estivale.

Tags:

A lire aussi :

  • Rentrée scolaire : “L’école en forêt a de nombreuses vertus”

    Découvrir

    Rentrée scolaire : “L’école en forêt a de nombreuses vertus”

    Sur FranceInfo, notre journaliste Armelle Oger est venue présenter un reportage sur la seule école en France qui permette à des enfants d’apprendre tous les jours en forêt.
  • La protection de la biodiversité, un bon pari économique

    Déchiffrer

    La protection de la biodiversité, un bon pari économique

    À la veille du Congrès mondial de la nature, des défenseurs de la biodiversité rappellent l'importance de préserver la faune et la flore pour l'avenir des activités humaines.
  • École en forêt : de quel bois je m’éduque

    Respirer

    École en forêt : de quel bois je m’éduque

    Il a fallu attendre la pandémie pour que le ministre de l’Éducation nationale reconnaisse les vertus de la classe au-dehors. Mais à ce jour, une seule école en France permet à une quinzaine d’enfants d’apprendre tous les jours en forêt. Reportage à Marsac, en Charente.