Ralentir

Réchauffement climatique, déforestation… les Gardiens de la forêt luttent pour notre Terre

« Nous, peuples et communautés autochtones qui vivons dans la forêt, connaissons sa richesse. Nous en sommes les garants et les protecteurs. » Benki Piyãko est chef de la tribu des Asháninka, au Brésil. C’est l’un des cinq « gardiens de la forêt » mis en avant dans la série-documentaire éponyme, diffusée sur ARTE le 9 décembre lors d’une journée spéciale et dont WE DEMAIN est partenaire. On y découvre le destin de cinq ambassadeurs de peuples autochtones issus de continents différents. Enracinés au cœur de ces écosystèmes depuis des millénaires, ils vivent en symbiose avec la forêt.

Brésil, Canada, Mongolie, Congo, Papouasie-Nouvelle-Guinée : la richesse de la biodiversité transpire dans ces forêts primaires. Des réservoirs biologiques exceptionnels qu’il est vital de protéger. Selon l’Organisation des Nations unies pour l’agriculture et l’alimentation (FAO), 420 millions d’hectares de forêts ont disparu entre 1990 et 2020. C’est 10 % des forêts dans le monde, une superficie supérieure à l’Union européenne.

Les dangers d’une déforestation importée

Cette série documentaire dénonce notamment les dangers de la déforestation importée, celle venant de la demande de marchés distants. Les importations européennes seraient ainsi responsables d’environ 16 % de la déforestation mondiale (rapport du WWF, 2021).

Pour la première fois, ARTE entend aussi sensibiliser à ce combat par le biais d’une campagne d’impact. Gardiens de la forêt a été projeté récemment au Parlement européen, à Bruxelles, devant quelque 150 personnes, pour faire entendre la voix des peuples autochtones. L’occasion de rappeler que nous avons tous une responsabilité. Même à des milliers de kilomètres.

Kassa Moussavou Hilarion, bassin du Congo

Homme-médecine punu – « Je pleure ma forêt car on est en train de la perdre. Nos savoirs ancestraux sont menacés de disparaître. Notre forêt est précieuse car elle permet de soigner et de préserver la vie. » Surnommé Mambongo, ce guérisseur gabonnais, spécialisé dans les maladies de peau, des reins et les MST, se consacre à la préservation des bois sacrés, comme l’iboga aux vertus stimulantes physiques et mentales. Il œuvre aussi à la transmission des savoirs ancestraux, telle la cérémonie initiatique du bwiti autour du précieux petit arbre à feuilles blanches et aux baies rouge orangé du bassin du Congo.

Benki Piyãko, Amazonie

Leader du peuple Asháninka – « Nous avons été contaminés par les sentiments de nécessité et de manque, la volonté de ‘toujours plus’. Nous devons simplifier ce dont nous avons besoin pour vivre sur la terre. » Engagé depuis ses 18 ans dans la protection de la forêt amazonienne, il dénonce « chaque nouvelle route qui transperce cet écosystème comme une flèche et l’affaiblit. » Avec son peuple, il a déjà replanté 3 millions d’arbres. « Cette forêt, ce n’est pas nous qui l’avions détruite, mais nous l’avons replantée. » Il a reçu le Prix national brésilien pour la défense des droits de l’homme (2004) et celui de la Culture pour la paix de la Fondation Chirac (2020).

Twyla Edgi Masuzumi, Canada

Gardienne de la terre dénée – « Si vous ne connaissez pas la Terre et votre place sur celle-ci, alors vous ne savez pas qui vous êtes. Vous êtes perdu. » Twyla vit avec son peuple, les K’ahsho Got’ine (le peuple des grands saules), au cœur de la forêt boréale du nord-ouest du Canada. Son métier ? Gardienne de la Terre. Sa mission : gérer les zones protégées de sa région, située au bord du cercle polaire. Ici, le climat évolue deux à trois fois plus vite qu’ailleurs. Exploitation de minerais, pétrole, gaz, barrages hydroélectriques… viennent perturber le fragile équilibre de la nature, contaminant les eaux et les terres.

Mundiya Kepanga, Papouasie-Nouvelle-Guinée

Chef coutumier de la tribu des Hulis – « Ma forêt (…) est aussi la vôtre. Cette nature unique constitue un patrimoine mondial, dont l’humanité toute entière a la responsabilité.«  Ce chef de tribu papou, déjà interviewé en 2022 par WE DEMAIN, a fait 14000 km pour témoigner à Paris du drame de la déforestation et du réchauf- fement climatique pour son peuple. «Frère des arbres», il vit au cœur d’une des dernières grandes forêts primaires du globe, qui a perdu environ 60% de son couvert forestier, dont plus des deux- tiers du fait de la déforestation illégale. « On vend nos terres et même ce qui se trouve sous nos terres« , regrette-t-il. Lueur d’espoir : l’État a interdit l’exportation de grumes bruts et développe l’agroforesterie.

Jal Tumursukh, Mongolie

Chef ranger et directeur du Red Taiga National Park – « Dans la taïga, on n’entendait plus rien, excepté les coups de feu. Et quand il n’y eut plus assez d’animaux sauvages, les hommes se mirent à chercher de l’or. » Au nord de la Mongolie, Tumursukh, nomade darhat, veille sur 6 millions d’hectares. Cela fait trente-six ans qu’il se consacre corps et âme à son rêve d’harmonie entre les nomades, les animaux et l’ensemble de la nature. « Aujourd’hui, dans la taïga rouge, les animaux ne nous voient plus comme des prédateurs. » À force d’un travail acharné avec ses équipes pour restaurer la vie sauvage, les résultats sont, en effet, au rendez-vous.

Pour aller plus loin
À lire : Gardiens de la forêt, l’appel des peuples autochtones par Claire Eggermont et Marc Dozier, ARTE Editions / Le Seuil, 216 pages, 42 €.
À voir : « Gardiens de la forêt », une série documentaire de Jérôme Bouvier, Marc Dozier, Mike Magidson, Luc Marescot et Hamid Sardar, diffusée à l’occasion d’une journée spéciale le 9 décembre sur ARTE et disponible sur arte.tv/gardiensdelaforet.

SOUTENEZ WE DEMAIN, SOUTENEZ UNE RÉDACTION INDÉPENDANTE
Inscrivez-vous à notre newsletter hebdomadaire
et abonnez-vous à notre magazine.

Recent Posts

  • Respirer

Lutte contre le changement climatique : ces émissions de méthane évitables

Les émissions de méthane, puissant gaz à effet de serre, sont un vrai fléau avec…

16 heures ago
  • Déchiffrer

Le bouchon en plastique, plus attachant que jamais avec la réglementation européenne

Les bouchons en plastique, souvent oubliés mais omniprésents, représentent une source majeure de pollution. La…

2 jours ago
  • Ralentir

La confédération générale des Scop et des Scic appelle à l’engagement face à l’extrême droite

Les acteurs de l’ESS, dont les Scop et les Scic, appellent à l’engagement face à…

2 jours ago
  • Inventer

Éducation et santé : l’innovation sociale imagine un futur plus inclusif

Le prix Entreprendre pour demain 2024 de la Fondation Sopra Steria-Institut de France récompense des…

2 jours ago
  • Innovation en Nouvelle-Aquitaine

Atelier des maraîchers : zéro gaspi, zéro invendu

À Bergerac, l'Atelier des Maraîchers lutte contre le gaspillage alimentaire en transformant les surplus de…

2 jours ago
  • Ralentir

Minuit 12 : quand la danse devient un cri d’alarme pour la planète

Entre art et militantisme, le collectif Minuit 12 réunit de jeunes danseurs et artistes pluridisciplinaires…

2 jours ago