Ralentir

Tous aux abris : comment les Français doivent se préparer aux catastrophes naturelles

« Le GIEC a émis plusieurs hypothèses sur l’évolution du climat d’ici 2050 mais, une chose est sûre, on ne va pas vers du mieux. » Gaël Musquet, hacker et météorologue français, s’intéresse tout particulièrement à l’anticipation, la prévision et la prévention des catastrophes naturelles. Inutile de dire qu’il devrait avoir de plus en plus de pain sur la planche ces prochaines années. À l’occasion de notre événement « we are_ DEMAIN », il a évoqué le climat en 2050 mais surtout évoqué la multiplication des catastrophes naturelles ces dernières années. Aussi coûteuses financièrement que dangereuses pour le vivant.

Un phénomène qui devrait s’accentuer encore dans les prochaines décennies. « Ouragans, tempêtes, inondations, sécheresses et canicules sont devenus de plus en plus fréquents et intenses. Le nombre de catastrophes a été multiplié par cinq en 50 ans », avait alerté, en 2021, l’ONU dans un rapport. Prenant l’exemple de l’Île-de-France, le scientifique Gaël Musquet craint l’apparition d’un effet domino. « Le cumul sécheresse, températures élevées et maladies tropicales apportées par les JO de 2024 pourraient être un cocktail détonnant à l’été 2024. Si, à l’automne, de fortes pluies viennent s’ajouter à la problématique, cela pourrait donner des inondations que les grands lacs en amont de la Seine ne pourront peut-être pas juguler. Ce qu’il s’est passé dans le Nord et le Pas-de-Calais pourrait très bien arriver en Île-de-France aussi. »

Le nombre de catastrophes naturelles dans le monde – et leurs conséquences – s’est nettement accru entre 2000 et 2019 par rapport aux vingt années précédentes. Crédit : Unesco.

Itinéraires d’évacuation en cas de catastrophes naturelles, kezako ?

Si, comme en 2018, le niveau de la Seine monte vite, à raison de 2 cm par heure, cela peut faire de gros dégâts, y compris humains. « Le principal danger à Paris, c’est le risque inondation, prévient Gaël Musquet. Le problème est que personne en métropole ne connaît les itinéraires d’évacuation. Le site georisques.gouv.fr donne pourtant les bons conseils pour se préparer. » Il est toujours bon, à Paris comme ailleurs, d’aller y jeter un coup d’œil pour voir ce à quoi son logement est exposé.

« Imaginons une crue majeure dans la capitale, on fait quoi ? Les eaux usées ne seront plus évacuées, empêchant de sortir sans risque sanitaire. Mais rester dans les étages n’est pas une solution non plus car il y aura des risques électriques. Qui plus est, le réseau de communication sera saturé en 45 minutes à 2 heures, rendant les smartphones inutiles. Les systèmes urbains de chauffage/refroidissement seront à l’arrêt… »

Dans ces conditions, les premiers aidants sont en général la cellule familiale puis ses voisins. Mais il faut d’ores et déjà s’interroger : ai-je un stock d’eau potable chez moi ? De quoi me nourrir pendant 72 heures ? Si mes proches ne sont pas à la maison le Jour J, il faut se mettre d’accord en amont sur un point de rencontre, a priori, hors de danger (logement, mairie de quartier, gymnase…). Autant d’éléments qu’il est utile d’anticiper pour que, lorsqu’un incident survient, il y ait le moins de points de friction possible.

Exemple de plan d’évacuation à Petit-Bourg en Guadeloupe. Crédit : Université de Montpellier.

Comment réagir en situation d’urgence

  • Restez informé grâce aux médias locaux et aux chaînes (France TV et réseau France Bleu à la radio).
  • Suivez les consignes des autorités, y compris pour une éventuelle évacuation.
  • Soyez attentif aux annonces publiques, porte-voix et sirènes.
  • Ne quittez pas votre lieu actuel jusqu’à ce que la sécurité soit assurée ou que l’évacuation soit ordonnée.
  • Gardez votre kit d’urgence à proximité. Téléchargez notre liste pour préparer son sac d’urgence
  • Pesez calmement les pour et les contre d’une évacuation autonome.

Outre-mer, des populations régulièrement formées aux catastrophes naturelles

Alerte est donnée le 23 mars 2023 pour une simulation de tsunami dans toute la caraïbes. Crédit : Gaël Musquet.

Alors qu’en métropole on peine à mettre en place des exercices pour s’entraîner à bien réagir lors de catastrophes naturelles, ce n’est pas le cas outre-mer. Par exemple, chaque année, Caribe Wave est un exercice d’alerte grandeur nature aux tsunamis et aux divers risques côtiers dans les Caraïbes. Organisé par l’Unesco, il implique l’intégralité de la population des îles (48 États et territoires au total). L’occasion pour l’association HAND (hackers against natural disaster), fondée par Gaël Musquet, de tester les dispositifs technologiques mis en place pour réagir au mieux face à une catastrophe naturelle.

« Depuis 11 ans, il y a un exercice Caribe Wave tous les ans, explique le scientifique. Et l’information d’urgence passe notamment par les radioamateurs formés en sécurité civile qui font transiter l’information en relais à travers toute la caraïbe. La méthode est simple mais diablement efficace en cas de crise. Il faudrait d’ailleurs former bien plus de radioamateurs en métropole – doubler ou tripler le nombre d’ici 2050 –, pour être prêts face aux risques croissants.«  D’où l’importance aussi d’avoir avec soi en cas de situation d’urgence une petite radio, pour se tenir au courant même si les réseaux 4/5G ne fonctionnent plus.

Évacuation du collège Petit Manoir dans la ville de Lamentin en Guadeloupe. Crédit : Gaël Musquet.
Lors de l’opération Caribe Wave 2023, Gaël Musquet, à gauche, a organisé un bootcamp en Guadeloupe pour sensibiliser les jeunes aux données météo et à la pratique radioamateure. Crédit : Gaël Musquet.

Des protocoles d’urgence qui fonctionnent… et qui sauvent

Signalétique dans les rues de Deshaies, en Guadeloupe. Crédit : Gaël Musquet.

Mettre en place des protocoles et faire des exercices régulièrement fonctionne. La preuve avec le Chili, qui a mis en place des protocoles précis en cas de catastrophes naturelles. En 2010, le pays avait dû faire face à plus de 700 morts suite à un séisme et au tsunami qui s’en était suivi. En 2015, rebelote mais, cette fois-ci, le pays était prêt. 1 million de personnes vivant sur la côte a pu être évacué très rapidement. Résultat : le bilan a fait état de 15 morts, bien moins que 5 ans auparavant. « En outre, des études ont prouvé qu’investir 1 euro dans la prévention permet d’éviter de dépenser entre 7 et 10 euros lors d’une crise », pointe Gaël Musquet.

En métropole, selon la loi du 25 novembre 2021, dite loi Matras, qui vise à consolider le modèle de sécurité civile, des exercices d’information et de prévention devront désormais être réalisés localement tous les cinq ans. Cannes – tout comme Deshaies en Guadeloupe – fait partie de ces villes pionnières en la matière. Les deux communes ont reçu le label « Tsunami Ready » de l’Unesco. À Cannes, depuis 2020, une signalétique d’évacuation tsunami (et submersions marines) a été mise en place dans les rues de la ville et des exercices de simulation grandeur réelle sont organisés tous les ans.

La signalétique d’évacuation liée aux risques de tsunami affichée à Cannes. Crédit : Mairie de Cannes

SOUTENEZ WE DEMAIN, SOUTENEZ UNE RÉDACTION INDÉPENDANTE
Inscrivez-vous à notre newsletter hebdomadaire
et abonnez-vous à notre magazine.

Recent Posts

  • Respirer

Denica Riadini-Flesch : « Les vêtements les plus durables sont ceux qui sont déjà dans votre garde-robe »

Lauréate 2023 du Prix Rolex à l'esprit d'entreprise, Denica Riadini-Flesch a monté un projet de…

10 heures ago
  • Ralentir

Comment l’Ukraine utilise l’IA dans sa guerre contre la Russie

Désignation des cibles, identification des prisonniers et victimes, guidage des drones, espionnage… En Ukraine, la…

1 jour ago
  • Respirer

30 forêts exceptionnelles à découvrir en France

L'Office National des Forêts a créé une carte interactive qui recense 30 forêts à découvrir…

1 jour ago
  • Déchiffrer

Pollution plastique triplée d’ici 2060 : « Il y a urgence à agir », pour la Fondation Tara Océan

Alors que 175 pays se préparent à se réunir à Ottawa pour discuter de la…

3 jours ago
  • Déchiffrer

Impact du glyphosate sur la biodiversité : une étude inquiétante en Martinique

Herbicide le plus utilisé au monde, le glyphosate a des effets ravageurs sur la biodiversité…

4 jours ago
  • Ralentir

Surveillance et résilience : un quotidien sous l’œil numérique en Chine

En Chine, la surveillance étatique imprègne chaque aspect de la vie quotidienne, ancrée dans des…

6 jours ago