Déchiffrer  > Catastrophes naturelles : une facture de 10 milliards d’euros en 2022 pour la France

Written by 12 h 27 min Déchiffrer, Societe-Economie • One Comment

Catastrophes naturelles : une facture de 10 milliards d’euros en 2022 pour la France

L’accélération du réchauffement climatique commence déjà à peser très lourd sur les assureurs. Et la facture cumulée devrait dépasser les 140 milliards d’euros pour les 30 prochaines années.

Le 27/01/2023 par Florence Santrot
fissure

Sécheresse généralisée, incendies, fortes chaleurs, inondations, orages de grêle… 2022 a clairement été un « annus horribilis » pour la France. Le dérèglement climatique a été particulièrement prégnant dans l’Hexagone l’année dernière. Et a eu des conséquences désastreuses dans bien des domaines. Au point que France Assureurs, la Fédération de l’assurance, a évalué que les catastrophes naturelles devraient coûter 10 milliards d’euros en 2022.

C’est un record depuis 1999, année marquée par les tempêtes Lothar et Martin. Pour expliquer cela, la présidente de France Assureurs, Florence Lustman, souligne une « intensification des phénomènes » et une « augmentation de leur fréquence« . La Fédération explique que les épisodes de grêle et les tempêtes entre mai et juillet ont coûté 6,4 milliards d’euros. Les effets de la sécheresse, notamment sur les habitations individuelles, ont représenté, eux, un budget de 2,5 milliards d’euros.

À lire aussi : Risques climatiques : les tarifs des assurances vont-ils exploser ?

Le retrait-gonflement des sols argileux, un vrai fléau

Selon une étude du commissariat général au développement durable (CGDD) réalisée en juin 2021, il apparaît que, sur les 19,2 millions de maisons individuelles en France métropolitaine, 10,4 millions (54,2 %) sont en zone d’exposition moyenne ou forte au risque de retrait-gonflement des sols argileux (RGA). Les dégâts – l’apparition de fissures – apparaissent généralement après la succession d’épisodes de sécheresse l’été et de réhumidification des sols en automne ou en hiver.

48 % du territoire hexagonal et 54 % des maisons individuelles sont fortement exposés aux risques RGA. Source : France Assureurs.

Si les épisodes sont de forte ampleur, cela peut engendrer d’importants dégâts. « Entre 1989 et 2021, les assureurs français ont indemnisé chaque année, en moyenne, près de 29 500 sinistres liés à la sécheresse. Pour un montant total de 16 milliards d’euros« , explique Florence Lustman. Actuellement, 3,3 millions de maisons, soit environ 16 % du total, sont situées en zone de risque fort.

Catastrophes naturelles, réchauffement climatique… pessimisme pour les années à venir

La Fédération de l’assurance ne se montre pas très optimiste pour les années à venir. Elle pointe du doigt les effets de plus en plus visibles du changement climatique. Les événements de 2022 « confirment la tendance dévoilée en 2021 dans l’étude de France Assureurs sur le coût des sinistres climatiques qui pourrait doubler sur les 30 prochaines années par rapport aux 30 dernières. Le dérèglement climatique est aujourd’hui l’un des défis majeurs à affronter. »

Dans cette étude, on peut y lire qu’« au total, le montant des sinistres dus aux événements naturels pourrait atteindre 143 milliards d’euros en cumulé entre 2020 et 2050. Soit une augmentation de 93 %, c’est-à-dire 69 milliards d’euros de plus par rapport à la période 1989-2019. » À noter que cinq départements concentrent à eux seuls deux tiers de la hausse de la sinistralité. Les départements qui contribuent le plus à cette hausse sont la Haute-Garonne (23 %), la Gironde (19 %), les Bouches-du-Rhône, le Tarn-et-Garonne et Tarn.

5 départements sont particulièrement concernés par la hausse de la sinistralité : Haute-Garonne, Gironde, Bouches-du-Rhône, Tarn-et-Garonne et Tarn.

Source : France Assureurs

SOUTENEZ WE DEMAIN, SOUTENEZ UNE RÉDACTION INDÉPENDANTE
Inscrivez-vous à notre newsletter hebdomadaire
et abonnez-vous à notre magazine.

A lire aussi :