Aux Philippines, les élèves devront planter 10 arbres pour obtenir leur diplôme

Avoir un bon bulletin pourrait ne plus suffire pour décrocher son diplôme aux Philippines. Les élèves du primaire au supérieur devront aussi planter une dizaine d’arbres : telle est la mesure votée le 25 mai par la Chambre des représentants, et examinée par le Sénat, rapporte CNN Philippines

Avec 12 millions d’élèves qui sortent du primaire par an, 5 millions de lycéens et 500 000 diplômés du supérieur, 175 millions d’arbres pourraient être plantés chaque année.

Ce projet de « loi sur l’héritage de la remise des diplômes pour l’environnement » intervient alors que les Philippines font face à une situation écologique alarmante. L’Institut des Sciences environnementales pour le changement social (ESSC) estime que la surface des forêts du pays est passée de 21 millions d’hectares en 1900, à 5,5 millions en 1999. Soit de 70 à 18 % du territoire national ! D’ici 2028, le gouvernement philippin espère au moins recouvrir un espace boisé de 7,1 millions d’hectares.

Déjà des lois pour planter des arbres

D’autres incitations des élèves à planter des arbres ont déjà été adoptées par le passé par le gouvernement. Deux lois sur la plantation d’arbres ont même été votées, dont l’impact n’est pas connu. En 2012, l’Arbor Day Act stipulait que « tout Philippin en pleine possession de ses moyens, âgé d’au moins douze ans, devrait planter un arbre tous les ans ». Avant cela, un décret présidentiel de 1977 imposait « à chaque citoyen d’au moins dix ans, de planter un arbre par mois durant cinq années consécutives ».  La nouvelle loi pourrait potentiellement remplacer l’Arbor Day Act, ou l’amender.

Les conséquences de la déforestation

Les conséquences de cette déforestation ont été détaillées en 2011 par l’ESSC dans une étude sur le Déclin de la forêt philippine. Outre la perte de biodiversité, se trouve l’insécurité alimentaire. L’absence de couverture forestière accentue l’érosion des sols provoquée par les typhons auxquels le territoire est régulièrement exposé. Cette dégradation des sols est telle que 50 % des terres exploitables se trouvent inutilisés dans de nombreuses provinces.

L’institut alerte aussi sur la perte de diversité culturelle induite par la déforestation. Les populations indigènes, privées de leurs revenus liés à l’exploitation des ressources naturelles, sont de plus en plus contraintes à se déplacer vers les zones urbaines de l’archipel.

Recent Posts

  • Découvrir

TerraNeon, l’IA capable de prédire l’impact de nos décisions sur la planète

Quelles conséquences environnementales, économiques et sociales aura une décision ? Une intelligence artificielle, TerraNeon, a été…

23 heures ago
  • Découvrir

Deux siècles de climat de la France en 330 millions de données

Le site Keraunos a compilé les données d'observations météorologiques collectées par 12 079 stations depuis…

2 jours ago
  • Découvrir

Les déchets numériques ont bondi de 30 % en 12 ans, selon l’ONU

Entre 2010 et 2022, l'impact écologique de nos vies numériques est en nette hausse ,selon…

3 jours ago
  • Respirer

Slow tourisme en Italie : trouver refuges en Vallée d’Aoste

Et si, cet été, on prenait un peu de hauteur pour quelques jours de randonnée…

4 jours ago
  • Partager

Qualité de l’eau de la Seine : les tests de Surfrider Foundation inquiètent

L'ONG Surfrider Foundation teste régulièrement la qualité de l'eau de la Seine à Paris. À…

4 jours ago
  • Inventer

À Oman, des bus propulsés par du biodiesel à base de graines de dattes

L'Université Sultan Qaboos explore le transport durable en transformant un déchet agricole abondant en carburant…

5 jours ago