Respirer  > Brésil : la déforestation amazonienne bondit de 278 % en juillet

Written by 8 h 28 min Respirer

Brésil : la déforestation amazonienne bondit de 278 % en juillet

Le 09/08/2019 par WeDemain
Entre juillet 2018 et juillet 2019, la déforestation amazonienne a augmenté de 278 %. (Crédit : Shutterstock)
Entre juillet 2018 et juillet 2019, la déforestation amazonienne a augmenté de 278 %. (Crédit : Shutterstock)

Climatosceptique assumé, le président brésilien Jair Bolsonaro aura-t-il raison du “poumon vert” de la planète ?

C’est le scénario annoncé par l’Institut national de recherche spatiale brésilien (INPE), en charge de mesurer le déboisement de la forêt amazonienne abritée à 60 % par le Brésil.

En s’appuyant sur un système de détection en temps réel appelé DETER, l’organisme pointe une déforestation exponentielle : 2 254 kilomètres carrés ont été arrachés à la plus vaste forêt du monde en juillet 2019, contre 596,6 kilomètres en juillet 2018.

Elle a donc été multiplié par quatre (+ 278 %), une augmentation qui fait suite à celles déjà observées en mai (+ 34 %) et en juin (+ 88 %) par rapport aux mêmes mois l’an passé.

Des données que le président brésilien aurait aimé garder pour lui : après leur parution, ce dernier a limogé le directeur de l’INPE, Ricardo Galvao, en l’accusant de fournir des chiffres “mensongers” pour “faire le jeu des ONG“.

Biodiversité en danger

Le président brésilien semble n’avoir que faire des 1 300 espèces d’oiseaux, 3 000 espèces aquatiques et 40 000 espèces végétales qui peuplent l’Amazonie.
 
Ni du rôle que joue ce “puits de carbone” face au réchauffement climatique  : à eux seuls, les arbres amazoniens captureraient près de 10 % du CO2 absorbé par les écosystèmes terrestres.

Le gouvernement Bolsonaro a d’autres priorités. Après avoir démantelé les organismes chargés de protéger l’environnement, le président – soutenu par Tereza Cristina, la ministre de l’Agriculture surnommée “la muse des pesticides”  – a largement augmenté l’usage des produits phytosanitaires;

Le “Trump des tropiques” a par ailleurs nommé Ricardo de Aquino Salles ministre de l’Environnement, un avocat proche du secteur agroalimentaire, principal responsable de la déforestation brésilienne.

L’Union Européenne, complice ?

Plusieurs pays ont manifesté leur désaccord avec cette politique. C’est notamment le cas de l’Allemagne, où la ministre de l’Environnement a déclaré le 10 août vouloir bloquer 35 millions d’euros destinés à la conservation des forêts et de la biodiversité brésilienne. Une piste que d’autres pays envisagent, comme la Norvège.

D’autres pointent aussi du doigt l’accord de libre-échange prévu entre l’UE et le Mercosur (Brésil, l’Argentine, l’Uruguay et Paraguay). Ce dernier prévoit d’importer 180 000 tonnes de sucre, 100 000 tonnes de volailles et jusqu’à 99 000 tonnes de bœuf par an sur le territoire européen, des exportations qui risquent d’être bourrées de pesticides, et d’accroître encore un peu plus la déforestation.
 

Tags:

A lire aussi :

  • Amazonie : À la chasse aux médicaments du futur

    Découvrir

    Amazonie : À la chasse aux médicaments du futur

    Les remèdes issus d'Amazonie sauvent déjà des millions de vies. Mais les plantes, animaux et savoirs ancestraux des populations de cet "enfer vert" n’ont révélé qu’une petite partie de leurs secrets... À l’heure des biotechnologies, les espoirs sont grands, à la mesure de l’avidité des entreprises à privatiser le vivant.
  • EXPO – L’Amazonie puissante et fragile de Sebastião Salgado

    Respirer

    EXPO – L’Amazonie puissante et fragile de Sebastião Salgado

    Le grand photographe brésilien Sebastião Salgado expose plus de 200 clichés géants de l’Amazonie à la Philarmonie de Paris. Accompagné par la musique de Jean-Michel Jarre, ce voyage vibrant est aussi un cri d'alerte.
  • Amazonie : “Il faut un droit d’ingérence écologique”

    Déchiffrer

    Amazonie : “Il faut un droit d’ingérence écologique”

    São Paulo obscurcie en plein jour par un nuage de fumée, des paysages calcinés… L’Amazonie, “poumon vert” de la planète, brûle en continu depuis le début du mois de juillet. L’ampleur du phénomène a entraîné au coeur de l’été de nombreux reportages dans les médias et  commentaires inquiets sur les réseaux sociaux, via le hashtag #PrayForAmazonia.   …