Respirer  > En 2050, cap sur la Bretagne, la nouvelle Riviera

Written by 16 h 08 min Respirer • One Comment

En 2050, cap sur la Bretagne, la nouvelle Riviera

À partir d’études scientifiques, WE DEMAIN vous propose un reportage-fiction dans la France de 2050. Date à laquelle la Bretagne pourrait bien être la future Riviera.

Le 01/07/2021 par Gaétan Trillat
Sur la côte sud du Finistère, en Bretagne, il devrait faire régulièrement plus de 30 °C en été.
Sur la côte sud du Finistère, en Bretagne, il devrait faire régulièrement plus de 30 °C en été. (Illustration : Antonio Uve)
Sur la côte sud du Finistère, en Bretagne, il devrait faire régulièrement plus de 30 °C en été. (Illustration : Antonio Uve)

En se basant sur les projections scientifiques de l’Agence européenne de l’environnement et l’expertise de chercheurs, WE DEMAIN vous invite à un reportage-fiction dans ce que pourrait être la France dans trente ans. Ses paysages, ses villes, ses activités. Dans cet épisode estival, direction la Bretagne, future Riviera. Et la Gironde, en proie à l’érosion…

Cet article est issu du grand dossier OÙ FERA-T-IL BON VIVRE DANS LA FRANCE DE 2050 ? de WE DEMAIN n°33, disponible sur notre boutique en ligne.

Concarneau, Bretagne, 5 aout 2050

Au volant de sa Peugeot électrique, Noah peste : “Neuf heures de trajet pour venir ici ! Quand se décideront-ils à faire enfin une autoroute !” Les embouteillages n’ont pas empêché cet habitant de Maisons-Alfort, en banlieue parisienne, de se rendre comme chaque année à Concarneau avec sa famille. C’est parti pour deux semaines de vacances au bord de l’eau.

Plages de sable fin, eaux turquoise, forêts de pins… La côte sud du Finistère a des airs de Riviera, d’autant qu’il y fait régulièrement plus de 30 °C en été. Avec le réchauffement climatique, la Bretagne est devenue ces dernières années la destination estivale favorite des Français. Ils plébiscitent aussi le Calvados et la Côte d’Opale.

Enfant, dans les années 2010, Noah se rendait encore du côté de Palavas-les-Flots, dans l’Hérault. Mais il n’y remettra pas les pieds. “La dernière fois que j’y suis allé, il a fait jusqu’à 46 degrés, j’ai failli m’évanouir.” La prolifération de moustiques lui fait aussi craindre des maladies endémiques du sud de la France. Dengue, chikungunya… Enfin, il y a les inondations, de plus en plus fréquentes sur la côte languedocienne. “Tout le monde dit que vers 2080, ce sera Palavas-sous-les-Flots !”

À lire aussi : Tourisme : 5 destinations stars en 2050

Lacanau, Gironde, 1er septembre 2050

La solution au problème de l’érosion de la côte a été trouvée dans cette ville : elle a reculé de 500 mètres. Les édifices de front de mer typiques des années 1960 ont disparu, laissant place à une dune végétalisée. Les habitants ont tous été relogés dans un nouveau quartier construit à l’intérieur des terres.

Le projet était dans les cartons depuis bien longtemps, mais ce sont les dégâts de la tempête Cléo de février 2038 qui ont convaincu définitivement les élus“, explique Sarah, la maire de la ville. Le prix du foncier en première ligne a chuté ces dernières années, ce qui a permis à l’État de racheter à bas prix les bâtiments, dans lesquels ne vivaient plus qu’une poignée d’irréductibles.

Présent à l’inauguration du nouveau Lacanau, symbole d’une France résiliente au changement climatique, la présidente de la République se réjouit : “Se battre contre l’érosion avec des roches et des sacs de sable, c’est du passé. Il faut accepter de reculer et laisser la nature reprendre une partie de ses droits.” D’autres édifices construits les pieds dans l’eau il y a un siècle devraient bientôt connaitre le même sort sur les littoraux aquitain, vendéen et dans le Nord-Pas-de-Calais, les régions les plus touchées par le recul des côtes.

CE QUE L’ON SAIT

L’élévation du niveau de la mer s’accélère sous l’effet du réchauffement climatique, et les scientifiques prévoient une hausse comprise entre 60 cm et 1,10 m d’ici à 2100, si notre trajectoire d’émissions de gaz à effet de serre reste la même.

Vers 2050, un million de Français seront victimes d’inondations au moins une fois par an, selon l’organisation Climate Central.

À lire aussi : En 2050, on skiera dans les Alpes mais plus dans les Pyrénées

Tags:

A lire aussi :

  • Réchauffement climatique : Total savait depuis 50 ans

    Déchiffrer

    Réchauffement climatique : Total savait depuis 50 ans

    Une étude révèle que Total a été alerté dès les années 1970 de l’impact climaticide de son activité. Le groupe pétrolier a toutefois cherché à insuffler le doute scientifique pendant des années.
  • Les nouveaux conseillers anti-Gafam de Joe Biden

    Déchiffrer

    Les nouveaux conseillers anti-Gafam de Joe Biden

    Le nouveau président américain s’est entouré de personnalités critiques à l’égard des monopoles créés par les plateformes technologiques, comme Facebook ou Google. Mais qui sont ces conseillers anti-Gafam ?
  • COP26 : “L’histoire ne pardonnera pas un échec”

    Déchiffrer

    COP26 : “L’histoire ne pardonnera pas un échec”

    Fondée en 1974 pour gérer les stocks d’or noir, l’Agence internationale de l’énergie appelle désormais à sortir du pétrole, gaz et charbon. Avant la COP26, son directeur exécutif, Fatih Birol, détaille à WE DEMAIN le "marathon" qui nous attend pour décarboner tous les secteurs d’ici à 2050.