Respirer  > Les entreprises françaises dépensent moins pour protéger l’environnement

Written by 9 h 55 min Respirer

Les entreprises françaises dépensent moins pour protéger l’environnement

Le 31/07/2019 par Romane Brisard
40 % des investissements des entreprises en matière de protection de l'environnement sont alloués à  la protection de l’air ou au climat. (Crédit : Shutterstock)
40 % des investissements des entreprises en matière de protection de l'environnement sont alloués à  la protection de l’air ou au climat. (Crédit : Shutterstock)

Tous les voyants écologiques sont au rouge, mais les entreprises françaises ont du mal à changer de cap : les firmes nationales investissent toujours moins dans la protection de l’environnement.

En 2017, les dépenses “vertes” des entreprises de plus de vingt salariés se sont élevées à 1,4 milliard d’euros, soit une baisse de 2 % par rapport à 2016, souligne un rapport de l’Insee publié le 10 juillet. 

À titre de comparaison, les quarante plus grandes entreprises françaises ont dégagé 88,5 milliards de profits en 2018.

Une chute certes moins raide que l’année précédente (moins 13 %), mais qui s’inscrit dans une tendance de fond : il s’agit de la cinquième année de baisse consécutive depuis 2012.

Moins d’investissement, plus de dépenses liées aux études

Plus précisément, le “budget vert” des entreprises se repartit entre des investissements (1,1 milliard, soit 79 %) et des études (289 millions, soit 21 %).

Ce sont les premiers qui ont le plus diminué. Les dépenses liées à l’acquisition d’outils ou à des procédures d’amélioration ont baissé de 3 %.

En revanche, le budget annuel consacré à la réalisation d’analyses a augmenté de 4 %. 

40 % des investissements pour protéger l’air ou le climat

Les deux tiers de ces dépenses se concentrent dans quatre secteurs, l’énergie, la chimie, l’agroalimentaire et la métallurgie.

40 % d’entre elles visent à limiter les effets de l’activité humaine sur la qualité de l’air (307 millions) ou l’équilibre climatique. Une réponse notamment à l’objectif fixé par la loi de transition énergétique de 2015 de baisse de 40 % des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030 par rapport au niveau de 1990, rappelle l’Insee.

Les autres dépenses concernent essentiellement les eaux usées (208 millions d’euros), les sols (143 millions d’euros) et les déchets (108 millions d’euros).

Assez logiquement, les plus contributeurs sont les grandes entreprises. 84 % des établissements de 500 salariés ou plus ont engagé des dépenses anti-pollution contre 27 % des établissements de 20 à 49 salariés.

Tags:

A lire aussi :

  • La Banque postale va sortir des énergies fossiles, une première

    Ralentir

    La Banque postale va sortir des énergies fossiles, une première

    Le 14 octobre, la filiale du Groupe La Poste s’est engagée à sortir du gaz, du pétrole et du charbon d’ici à 2030. Une première pour une banque en Europe.
  • Désobéissants et fiers de l’être

    Découvrir

    Désobéissants et fiers de l’être

    Restaurateurs, directeurs de théâtre rebelles, élus refusant l’application de directives gouvernementales… Avec la crise sanitaire, le verbe désobéir s’est installé dans notre quotidien. Une désobéissance civile prônée et organisée par les militants pour le climat, contre la pauvreté ou l’exclusion des migrants. Mais aussi les enseignants et les réfractaires au tout-numérique.
  • Faut-il donner un prix à la nature ? Les risques de la finance verte

    Respirer

    Faut-il donner un prix à la nature ? Les risques de la finance verte

    Selon une étude commandée par les Verts au Parlement européen, donner un prix à la nature, en plus d'être difficile, équivaudrait à délivrer des permis de détruire la biodiversité.