Sante  > Pesticides, plastiques, solvants : ces produits chimiques qui menacent notre reproduction

Written by 13 h 17 min Sante

Pesticides, plastiques, solvants : ces produits chimiques qui menacent notre reproduction

La Fédération internationale de gynécologues-obstétriciens appelle l’Union européenne à réagir. Depuis quarante ans, l’homme est de plus en plus exposé aux perturbateurs endocriniens, soupçonnés de dérégler les fonctions de reproduction et de développement.

Le 01/10/2015 par WeDemain
La Fédération internationale de gynécologues-obstétriciens appelle l'Union européenne à réagir. Depuis quarante ans, l'homme est de plus en plus exposé aux perturbateurs endocriniens, soupçonnés de dérégler les fonctions de reproduction et de développement.
La Fédération internationale de gynécologues-obstétriciens appelle l'Union européenne à réagir. Depuis quarante ans, l'homme est de plus en plus exposé aux perturbateurs endocriniens, soupçonnés de dérégler les fonctions de reproduction et de développement.

« Nous sommes en train de noyer le monde dans des produits évalués et non sûrs, et nous en payons le prix fort en termes de santé reproductive », a averti Gian Carlo Di Renzo jeudi 1er octobre. Ce professeur et docteur est le principal auteur d’un appel lancé le même jour par la Fédération internationale de gynécologues-obstétriciens (Figo ) . L’organisation, basée à Londres, regroupe des gynécologues-obstétriciens de 125 pays et est ainsi la principale organisation internationale de professionnels de la santé reproductive.

L’appel, publié dans la revue International Journal of Gynecology and Obstetrics, met en cause des produits chimiques comme les pesticides, les polluants de l’air, les plastiques et les solvants. La forte augmentation de l’exposition à ces produits chimiques toxiques ces quarante dernières années menacerait la santé et la reproduction humaine.

Baisse de la qualité du sperme et fausses couches

Parmi les risques et conséquences de cette augmentation, l’augmentation des fausses couches et des pertes foetales, des troubles de la croissance foetale, un faible poids à la naissance, des malformations congénitales, des atteintes des fonctions cognitives ou du neuro-développement, des cancers de l’appareil reproducteur, une baisse de la qualité du sperme et de l’hyperactivité chez l’enfant.

En cause notamment, les perturbateurs endocriniens :  l’un des effets de l’exposition à ces substances est, selon l’appel,« de dérégler les hormones chargées de régler les fonctions reproductives et de développement ». Les perturbateurs endocriniens sont présents dans de nombreux produits comme des emballages, des cosmétiques, des revêtements chimiques et des produits d’entretien.
 

« L’exposition à des produits chimiques toxiques est permanente pendant la grossesse et l’allaitement et menace la reproduction de  l’espèce humaine », indique la fédération dans son appel qui plaide pour « des politiques de protection des patients et des populations ».

Réduire l’exposition aux produits toxiques

Selon Figo, les pays en développement devraient enregistrer la plus forte croissance de production de produits chimiques dans les cinq prochaines années. Les populations les plus pauvres devraient être les premières impactées.

L’appel de Figo a été rédigé par des professionnels et des sociétés savantes, dont la Société américaine de médecine reproductive, le Collège royal britannique des gynécologues-obstétriciens et la Société des gynécologues-obstétriciens du Canada. Il est soutenu par plusieurs ONG européennes dont Health and Environment Alliance (Heal) et Women in Europe for a Common Future (WECF).

« Les bébés sont les plus vulnérables de nos sociétés et les moins à même de se protéger », relève WECF. L’ONG Heal, quant à elle, invite l’Union européenne à « montrer l’exemple en réduisant les expositions aux produits toxiques dans les aliments et les produits de consommation ».

Lara Charmeil (avec AFP)
@LaraCharmeil

Tags:

A lire aussi :

  • Dans la chimie aussi, des efforts pour réduire l’impact sur l’environnement

    Business au vert - Bpifrance

    Dans la chimie aussi, des efforts pour réduire l’impact sur l’environnement

    Près d'Orléans, la société française Orrion Chemicals Orgaform explore toutes les pistes pour réduire l'impact de son activité sur la planète. Et a installé le tout premier recycleur de mousse au monde.
  • En Australie, un chercheur allie drones et permaculture

    Découvrir

    En Australie, un chercheur allie drones et permaculture

    Partager la publication "En Australie, un chercheur allie drones et permaculture" FacebookLinkedInTwitterPartager...E-mail Repéré sur Fastcoexist  Plutôt que des produits chimiques, Michael Godfrey, un chercheur australien en sciences agricoles, utilise la compétition naturelle des insectes pour stopper les espèces invasives via un épandage par drones. Ces insectes envoyés directement sur les champs infestés tuent les espèces …
  • Pour faire pousser du maïs, l’INRA transforme nos poubelles en engrais

    Respirer

    Pour faire pousser du maïs, l’INRA transforme nos poubelles en engrais

    Un programme de recherche explore depuis 13 ans la possibilité de remplacer les engrais chimiques par nos déchets urbains. Les premiers résultats sont concluants, avec des rendements plus importants et une meilleure qualité des sols.