We-Demain-Info-Partenaire  > “Pour innover, les entreprises doivent se faire l’avocat de l’ange”

Written by 18 h 53 min We-Demain-Info-Partenaire

“Pour innover, les entreprises doivent se faire l’avocat de l’ange”

Ecouter toutes les idées avec bienveillance et chercher à les optimiser : voilà l’une des clés pour innover, plaide Anne-Sophie Godon-Rensonnet, directrice de l’innovation chez Malakoff Humanis, et auteure de “Innovez et décrochez la lune ! Guide à l’usage des entreprises”. Elle partage conseils et bonnes pratiques.

Le 01/04/2021 par Armelle Oger
L'innovation ne rime pas avec improvisation, rappelle Anne-Sophie Godon-Rensonnet.
L'innovation ne rime pas avec improvisation, rappelle Anne-Sophie Godon-Rensonnet. (Crédit : Shutterstock)
L'innovation ne rime pas avec improvisation, rappelle Anne-Sophie Godon-Rensonnet. (Crédit : Shutterstock)
  • WE DEMAIN : Quels sont pour vous les ingrédients de l’innovation ? Et vos astuces pour les booster ?


Anne-Sophie Godon-Rensonnet : D’abord l’intelligence collective. Je conseille l’ouvrage inspirant Supercollectif. La nouvelle puissance de nos intelligences, dans lequel Emile Servan-Schreiber révèle l’immense potentiel de nos intelligences groupées et organisées.

L’innovation du petit pas. L’idée est de ne pas chercher à atteindre la perfection, mais de commencer par construire la brique qui répond au besoin identifié d’un client, de la lui mettre dans les mains et de cheminer avec lui.

Le droit à l’erreur. C’est utiliser notamment la méthode du “test and learn” qui consiste à expérimenter des solutions pour apprendre en fonction des résultats obtenus et apporter des améliorations en continu.

L’empathie. Toujours mettre le client au centre des projets d’innovation pour répondre à ses besoins et lui apporter des solutions concrètes.

Le sens. Il ne s’agit pas d’innover pour se faire plaisir mais d’innover en recherchant un impact tangible pour les parties prenantes ! 

  • Parlez-nous de votre technique de “l’avocat de l’ange” ?

Se faire “l’avocat du diable ” est un réflexe courant et facile : nous nous focalisons sur les faiblesses, ce qui ne va pas, ce qui fait défaut… au risque de tuer dans l’œuf des idées ou de casser la dynamique d’innovation. Se faire l’avocat de l’ange, c’est repousser cette tendance naturelle en identifiant d’abord les avantages, les bénéfices, et en formulant des propositions pour optimiser les idées présentées.

  • Quelles sont les trois qualités essentielles d’un dirigeant post-covid ?

Il doit être transparent sur la situation de l’entreprise, les défis à relever et les nouveaux objectifs. Il faut être réaliste sur la situation de départ et les moyens à mobiliser pour atteindre la cible.

Optimiste quant au futur, aux capacités collectives à relever les défis.

Humain, capable d’écouter et d’échanger avec empathie et bienveillance, faisant confiance à ses collaborateurs pour co-construire un futur attendu par le plus grand nombre.

  • C’est quoi pour Malakoff Humanis “décrocher la lune” ?

C’est inscrit dans notre raison d’être “innover sans cesse au service de l’humain et en faire toujours plus pour protéger et accompagner nos clients entreprises, salariés et retraités.” C’est une culture orientée vers le résultat, la satisfaction de nos clients et la confiance de nos collaborateurs. C’est mettre notre performance au service de l’utilité sociale.

Tags:

A lire aussi :

  • 27 collectifs de salariés s’unissent pour faire bouger leurs entreprises

    Partager

    27 collectifs de salariés s’unissent pour faire bouger leurs entreprises

    Plusieurs centaines de salariés engagés dans la transition écologique et sociale se fédèrent pour former Les Collectifs. Le but : faire évoluer les grands groupes français, en y organisant eux-mêmes la transition.
  • “L’entreprise contributive doit se synchroniser au vivant”

    Déchiffrer

    “L’entreprise contributive doit se synchroniser au vivant”

    Dans l’ouvrage "L’entreprise contributive, concilier monde des affaires et limites planétaires", Fabrice Bonnifet et Céline Puff Ardichvili livrent leur vision de l'entreprise de demain.
  • Danone, une entreprise tiraillée entre la bourse et la vie

    Debats-opinions

    Danone, une entreprise tiraillée entre la bourse et la vie

    Tribune. Par Bernard Marie Chiquet, fondateur de l’institut iGi et créateur du management constitutionnel. Selon l'auteur, pour une entreprise cotée comme Danone, c'est la bourse qui gouverne. Ce n’est pas sa raison d’être, ni sa mission. Si on veut changer la gouvernance, il faut d'abord changer l'argent !