Nord : treize fermes court-circuitent un supermarché en ouvrant leur propre magasin

I Publié le 17 Novembre 2014

En lieu et place d'un projet de supermarché, 24 exploitants agricoles ont lancé "Talents de fermes", à Wambrechies, près de Lille. Ce magasin leur permet de vendre leurs produits directement aux consommateurs.


Le magasin Talents de Fermes ©Ville de Wambrechies
Le magasin Talents de Fermes ©Ville de Wambrechies
«Nous faisions tous de la vente directe sur notre propre exploitation. Mais en nous regroupant au même endroit, nous avons permis au client de trouver tous les ingrédients de ses repas », raconte Danielle Grave, exploitante maraichère de Talents de fermes. Pains, boissons, fruits et légumes, viandes, conserves... Depuis le 19 août, cette SARL (Société à responsabilité limitée) installée à Wambrechies permet à vingt quatre producteurs de vendre directement les produits de leurs exploitations aux consommateurs.

« Un ensemble de fermes, regroupées en un seul lieu »

« Cet endroit est un ensemble de fermes, regroupées en un seul lieu. En vingt minutes, le client a ce qu'il lui faut », indique Perrine Dekeukelaire, une autre exploitante. Talents de fermes commercialise uniquement des produits frais et locaux, hormis le vin et les champagnes. « Nous assurons même des permanences sur place pour répondre aux questions de la clientèle », indique Danielle Grave. Les prix des produits, complète-t-elle, se font « en fonction de nos coûts de revient. Nous assurons une qualité qui justifie que, parfois, nos prix soient plus élevés que dans des grandes surfaces. »

En rapprochant les producteurs des clients, ce lieu ouvre de nouveaux débouchés aux agriculteurs, explique Perrine Dekeukelaire : « Nous vendons de plus grandes quantités, à un prix 20 % à 30 % supérieur à celui auquel la grande distribution achetait nos produits. »

L'impulsion de la mairie

C'est comme une alternative à la grande distribution que ce magasin a été imaginé en 2009. À l'époque, un projet d'implantation de supermarché dans la ville pousse les fermiers à manifester. « Il avait un nom qui portait à confusion, "La ferme du Sart". Les clients auraient cru aller à la ferme, alors que ce supermarché vendait des crevettes de Madagascar ! » raconte Danielle Grave, mobilisée dès le départ.

Le maire de la ville, Daniel Janssens, joue pleinement un rôle d'arbitre. Il veut privilégier la vente de denrées 100% locales. Il décide de soutenir les agriculteurs dans leur combat. Il les encourage à se regrouper en collectif ("L'Union fait la ferme") et s'appuie sur le plan local d'urbanisme (PLU) pour s’opposer à l’ouverture du supermarché. « Les grands magasins importent beaucoup de produits que nous avons déjà sur place. De plus, ils exercent une forte pression sur les producteurs », justifie Daniel Janssens. Fin stratège, le maire modifie par la suite le PLU… pour permettre aux agriculteurs d’ouvrir leur espace de vente collectif !

Les producteurs agricoles de "Talents de Fermes" - ©Talents de Fermes
Les producteurs agricoles de "Talents de Fermes" - ©Talents de Fermes
Après cinq ans de démarches administratives et de récolte de fonds - 1,3 millions d'euros ont été investis -, Talents de Fermes ouvre ses portes le 19 août 2014. Entre temps, le supermarché contre lequel les agriculteurs se battaient s'est implanté à 15 km, à Villeneuve d'Ascq, sous un autre nom. À noter, ce magasin annonce vendre plus de 50% de produits locaux et que 95% de leurs fournisseurs viennent de la région.

Un avenir prometteur

Aujourd'hui, Talents de Fermes affiche un chiffre d'affaire quotidien de 5 000 €, accueille 2 000 clients par semaine, emploie 8 salariés et 5 étudiants le week-end. Outre les 24 producteurs associés au sein de la SARL, trente deux "dépôt-vendeurs" y déposent leurs marchandises. La clé du succès ? L'esprit d'équipe, assure Danielle Grave : « L'aspect humain est primordial. Cela a pris du temps, mais aujourd'hui la machine tourne et les clients reviennent. »

Le cas de Talents de Ferme n'est pas isolé en France. « Il y en a de plus en plus de magasins de ce type, s'enthousiasme Danielle Grave. Il en existe plusieurs centaines, de tailles différentes. Uniferme, dans la région Rhônes-Alpes, existe même depuis une trentaine d'année. » Et ce n'est pas fini. Le 13 novembre dernier, un agriculteur d'Amiens est venu visiter Talents de Ferme, visiblement disposé à transposer le concept dans sa ville.

Thomas Masson
Journaliste We Demain
Twitter : @Alter_Egaux
 



Dans la même rubrique :
< >





WEDEMAIN.FR SUR VOTRE MOBILE