100% ado  > À 13 ans, il construit sa propre ruche

Written by 12 h 36 min 100% ado, Découvrir

À 13 ans, il construit sa propre ruche

Rencontre avec Nicolas, collégien d’Avesnes-le-Comte, qui s’est donné pour mission de protéger les abeilles.

Le 05/11/2020 par Claire Le Nestour
Crédit : Sébastien Jarry/Andia.fr
Crédit : Sébastien Jarry/Andia.fr

Cet article est extrait du premier numéro du WE DEMAIN 100 % Ado, en collaboration avec Okapi et Phosphore

“Dans mon collège Val-du-Gy, à Avesnes-le-Comte dans le Pas-de-Calais, il y a des ruches. Un jour, ma prof de français m’a proposé d’aller y jeter un œil. On a mis une combinaison pour se protéger et on a nourri les abeilles en versant du sirop dans un récipient. Et j’ai adoré.”

Depuis, je vais voir les abeilles tous les jours. Au début du printemps, on a eu la mauvaise surprise de trouver une ruche dévastée. Les ouvrières n’avaient pas fait assez de provisions avant d’hiberner : elles sont mortes de faim. En France et ailleurs, les abeilles disparaissent, alors qu’elles sont essentielles au fonctionnement de la nature. Pour qu’elles puissent survivre, il faut planter des fleurs et lutter contre la pollution et les pesticides qui les empoisonnent.”

Le spécialiste des abeilles Nicolas Vereecken le dit bien : il n’y a pas forcément besoin d’installer des ruches dans tous les établissements scolaires. “C’est comme si pour sauver les oiseaux, on installait des poulaillers partout.”

Mais on a besoin de préserver la diversité de la flore en créant des jardins, en laissant pousser des mauvaises herbes, etc.

Tags:

A lire aussi :

  • L’homme et le loup : comment améliorer leur coexistence en France ?

    Ralentir

    L’homme et le loup : comment améliorer leur coexistence en France ?

    En France, la bête a disparu pendant plus d’un demi-siècle, et avec lui une "culture du loup" encore bien vivante en Espagne et en Italie, pays qui comptent aujourd’hui plus de loups... mais moins d’attaques de bétail. Pourquoi ? Quelles solutions pour améliorer la coexistence ?
  • Les espèces invasives : un fléau exponentiel qui coûte des milliards

    Découvrir

    Les espèces invasives : un fléau exponentiel qui coûte des milliards

    Les espèces exotiques envahissantes prolifèrent et coûtent de plus en plus cher : 1300 milliards de dollars en l’espace de 40 ans, selon une étude publiée dans la revue Nature.
  • 3 solutions pour baisser le son dans les océans

    Ralentir

    3 solutions pour baisser le son dans les océans

    Hélices de bateaux, exploration pétrolière ou construction d’éoliennes offshore provoquent un vacarme sous-marin qui nuit dramatiquement à la faune des océans. Mais de plus en plus d’acteurs de la mer se mobilisent contre cette pollution sonore.