Déchiffrer  > En dix ans, 20 % des fermes ont disparu en France

Written by 15 h 01 min Déchiffrer

En dix ans, 20 % des fermes ont disparu en France

CHIFFRE DU JOUR. La France métropolitaine a perdu près de 100 000 fermes en dix ans, les agriculteurs vieillisant n’étant pas assez remplacés. Moins nombreuses, les fermes sont aussi plus grandes, plus concentrées.

Le 10/12/2021 par Alice Pouyat
La taille des fermes atteint aujourd'hui 69 hectares en moyenne, soit 14 de plus qu'il y a 10 ans.
La taille des fermes atteint aujourd'hui 69 hectares en moyenne, soit 14 de plus qu'il y a 10 ans. (Crédit : Shutterstock)
La taille des fermes atteint aujourd'hui 69 hectares en moyenne, soit 14 de plus qu'il y a 10 ans. (Crédit : Shutterstock)

C’est une lente disparition qui se poursuit. En une décennie, le nombre d’exploitations agricoles en France métropolitaine a chuté de 21 %, passant de 490 000 en 2010 à 389 000 en 2020. Ce sont donc quelque 100 000 fermes qui ont été rayées de la carte sur cette période.

Voilà le premier enseignement du recensement lancé tous les dix ans par le ministère de l’Agriculture, dévoilé par Le Figaro.

La tendance bien sûr n’est pas nouvelle. Le ministère souligne même que cette dynamique, amorcée il y a 50 ans, ralentit un peu. Le rythme de ces disparitions est passé de 3 % à 2,3 % par an.

Quel est le secteur le plus touché ? L’élevage paye le prix fort. Le nombre d’exploitations spécialisées dans la production de lait ou de viande a en effet plongé de 31 %. Aujourd’hui, la France est donc d’abord une terre de grandes cultures, avec 112 000 exploitations spécialisées. Vient ensuite la viticulture, avec 59 000 exploitants. Les producteurs de viande bovine (48 000), quant à eux, arrivent en troisième position.

À LIRE AUSSI : Maltraitance animale : l’élevage intensif est-il majoritaire en France ?

Des fermes de plus en plus grandes

En revanche, la surface agricole se maintient à peu près. Elle passe de 51 % du territoire en 2010 à 50 % en 2020. Mathématiquement, la taille des exploitations a donc augmenté et atteint aujourd’hui 69 hectares en moyenne, soit 14 hectares de plus qu’il y a 10 ans. 

Principale explication de cette concentration ? L’agriculteur français moyen vieillit. Six agriculteurs sur dix ont plus de 50 ans. Contre cinq en 2010. Et ces derniers ne trouvent pas toujours repreneurs en partant à la retraite. “Cela montre le besoin d’engager une politique volontariste encourageant le renouvellement des générations en agriculture”, reconnaît le ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie dans une interview au Figaro,. “Un défi majeur.”

Un peu d’espoir est toutefois donné par l’un des chiffres de ce recensement : 2020 a été la première année où les inscriptions dans l’enseignement agricole ont augmenté.

Par ailleurs, l’agriculture biologique a vu sa surface tripler en dix ans et représente aujourd’hui 12 % de la surface totale, contre 4 % en 2010.

À LIRE AUSSI : 4 jobs à saisir dans l’agriculture de demain

Tags:

A lire aussi :