Déchiffrer  > Malgré la crise sanitaire, le bio continu sa progression : + 10 %

Written by 17 h 26 min Déchiffrer • 6 Comments

Malgré la crise sanitaire, le bio continu sa progression : + 10 %

Selon le dernier rapport de l’Agence Bio sur l’année 2020, le marché du bio a franchi le cap des 13 milliards d’euros. La consommation de produits biologiques a presque doublé en cinq ans.

Le 09/07/2021 par Sofia Colla
chiffres du bio en 2020
En 2020, le marché du bio a progressé avec notamment la consommation de produits locaux et en circuit court. (Crédit : Shutterstock)
En 2020, le marché du bio a progressé avec notamment la consommation de produits locaux et en circuit court. (Crédit : Shutterstock)

Restaurants fermés, couvre-feu… L’année 2020 a obligé les Français a passer plus de temps chez-eux. Lors des confinements, la cuisine et le fait maison ont été pour beaucoup un des seuls moments de détente face à cette période éprouvante.

Les confinements et la crise sanitaire ont placé “les enjeux de santé au premier plan des attentes alimentaires des consommateurs français”, écrit l’Agence Bio dans son rapport sur les chiffres du secteur en 2020. 

En effet, une majorité de Français déclare acheter plus de produits frais (57 %) et davantage de produits de saison (57 %). Le “cuisiné maison” a lui aussi fait plus d’adeptes (55 %), avec une progression de 8 points par rapport à 2019. 

La consommation à domicile de produits biologiques s’élève ainsi à 188 euros par an et par habitant en moyenne. Soit près de 6,5 % de la dépense alimentaire des ménages.

Progression du bio et de la vente directe

Au début de la crise sanitaire, nous vous parlions du boom des circuits courts. Le bio semble lui aussi suivre cette tendance. En 2020, et pour la première fois, le marché du bio a franchi le cap des 13 milliards d’euros. Soit une augmentation de 10,4 % depuis 2019. La consommation bio a ainsi presque doublé au cours des cinq dernières années. 

Près de six Français sur dix (59 %) déclare privilégier les produits locaux et les circuits courts. La vente directe a ainsi connue une progression de 11,7 % en 2020. “La part de marché reste stable à 11 %”, spécifie l’Agence Bio dans son rapport

“2020 restera, à bien des égards, une année hors norme. Au-delà des bouleversements ayant directement impacté nos vies, cette période si particulière se révèle également être un véritable incubateur des mutations sociétales en cours”, écrivent Philippe Henry, président de l’Agence Bio, et Laure Verdeau, sa directrice, dans un communiqué. 

Les produits biologiques les plus consommés par les Français en 2020 ont été l’épicerie (31%), les fruits et les légumes frais (17 %) ou encore la crémerie (17 %). Les ventes de bières bio ont elles connu une forte progression, de plus de 33 % par rapport à l’année 2019. Ce qui montre, selon l’Agence Bio, le “succès des micro-brasseries bio et de la vente locale”. Les ventes de surgelés biologiques ont également progressé, pour la deuxième année consécutive : + 30 % par rapport à l’année précédente.

À lire aussi : Un ancien cadre de l’agro-industrie révèle la face cachée du bio

Production locale

Selon ce dernier, deux tiers des produits bio sont d’origine France. Parmi ces produits, on retrouve notamment le vin et les boissons alcoolisées (à 99 % d’origine France); les oeufs (à 99 %); le lait et les produits laitiers (à 98 %); les viandes fraîches et transformées (à 95 %); ou encore les légumes (à 78 %). Les exportations ont quant à elles augmenté de 7,5 %.

Malgré une demande grandissante pour le bio, le taux d’importation des produits biologiques est lui demeuré stable en 2020, à 33,5 %. Contre 33,1 % en 2019. 

“Cette stabilité du taux d’importation s’explique notamment par le renforcement de la production bio nationale, l’engagement des producteurs français, et la mise en œuvre de filières d’approvisionnement et de transformation 100 % françaises”, précise le rapport. 

En effet, le seuil symbolique des 50 000 exploitants agricoles bio a été dépassé. Pour atteindre le nombre de 53 255. Soit près de 12 % des agriculteurs français.

Ces tendances de l’année 2020 semblent pour le moment se confirmer par les chiffres des cinq premiers mois de 2021. En effet, de janvier à mai, il y a d’ores-et-déjà 4 647 nouvelles exploitations engagées en bio. Contre 4 392 engagements en 2020 sur la même période. 

Enfin, plus de 1 440 distributeurs ont été certifiés en bio. “Notamment chez les détaillants de fruits et légumes et les grandes enseignes qui préparent le lancement de rayon de vrac bio en réponse à l’interdiction, à partir du 1er janvier 2022, du suremballage plastique des fruits et légumes frais de moins de 1,5 kg”, détaille l’Agence Bio.

Tags:

A lire aussi :

    Article sponsorisé
  • En Provence, ils relancent la culture bio de l’amande

    article sponsorisé

    En Provence, ils relancent la culture bio de l’amande

    Longtemps, la Provence a été une terre de culture d'amandiers, avant qu'elle ne soit délaissée. Plusieurs organisations, dont la Fondation Ecotone, tentent de réimplanter l’amandiculture dans le sud de la France.
  • “Le bio est une tendance inarrêtable”

    Déchiffrer

    “Le bio est une tendance inarrêtable”

    Pour François Siegel, directeur de la rédaction de WE DEMAIN, invité du 23h de FranceInfo le 8 septembre, un progression durable de l’agriculture bio est tout à fait possible.
  • Almeria : la face cachée du potager de l’Europe

    Ralentir

    Almeria : la face cachée du potager de l’Europe

    Avec ses étendues de serres visibles de l’espace, la région d’Almeria, en Espagne, nous fournit en fruits et légumes. Un modèle ultra-productif, au détriment de l’environnement et de milliers de travailleurs exploités.