Déchiffrer

Quiz carbone : Masque tissu ou masque chirurgical ?

Le masque en tissu a une durée de vie moyenne de dix lavages (en machine, à 60 °C) et autant de passage au sèche-linge et de repassage doux. Mais il en est de même pour le masque chirurgical comme l’a démontré l’étude récente menée par UFC-Que choisir. Sous réserve donc de le réutiliser, le choix du masque chirurgical ne génère pas plus de carbone que le tissu. 

La différence entre masque en tissu et masque chirurgical au niveau de l’empreinte carbone se joue au moment de l’incinération.

Qu’en est-il de la fabrication ? Les masques chirurgicaux contiennent du polypropène, un dérivé du pétrole. Les masques en tissu sont principalement en coton. La culture de cette fibre naturelle représente, à elle seule, 16 % des pesticides utilisés. D’où l’importance pour réduire son empreinte carbone de choisir un coton bio et certifié (le label GlobalOrganicTextile Standard certifie au moins 95 % de fibres biologiques tandis que l’étiquette « composé de fibres biologiques » en contient au minimum 70 %).

À lire aussi : Interprète, anti-pollution… les masques deviennent intelligents

À bannir aussi les modèles teintés ou sérigraphiés qui impliquent des colorants et l’usage d’autoclaves (énormes machines pressurisées assorties de bains de teinture à plus de 100 °C), et qui sont fabriqués dans des usines en Asie fonctionnant aux énergies fossiles (charbon ou du gaz naturel). Ils consomment une énorme quantité de CO2. En plus, ces colorants – dérivés du goudron – seraient responsables de 20 % de la pollution des eaux dans le monde. 

Côté transport, le coton cultivé en France reste marginal (un peu dans le Gers), la fibre s’importe donc de Chine, d’Inde et des États-Unis. Le masque chirurgical même « made in France » nécessite lui aussi le plus souvent une matière première, le polypropylène, fabriqué en Chine.

La différence se fait donc surtout en fin de vie. Quand ces déchets qui relèvent d’activités de soins à risques infectieux (DASRI) sont désinfectés puis incinérés. La combustion d’un masque chirurgical libère des substances toxiques comme les dioxines, le chlorure de vinyle et des résidus lourds (plomb et le cadmium). Ce qui en fait une moins bonne option que le masque en tissu à condition que ce dernier soit en coton bio et le plus simple possible. 


À lire aussi : Quiz carbone : Sapin naturel ou synthétique ?
Et retrouvez ici tous nos Quiz carbone

Cette série est réalisée grâce au soutien de Mint, une entreprise engagée.

Recent Posts

  • Partager

Velhome : votre vélo sous bonne garde

En matière de sécurisation des vélos, pas besoin de réinventer la roue. Velhome propose un…

19 heures ago
  • Découvrir

Reportage – Au cœur de Reborn, acteur clé du reconditionné électronique

De l'électronique embarquée pour l'automobile au reconditionné, à Nice, le groupe DPA s'est réinventé via…

20 heures ago
  • Déchiffrer

Plan Ecophyto : tout comprendre aux annonces du gouvernement

Comment s’y retrouver dans la jungle des indicateurs du plan Ecophyto, QSA, NoDU, HRI… et…

2 jours ago
  • Découvrir

Plus de 100 nouvelles espèces étonnantes découvertes près de montagne sous-marines

Au large des côtes du Chili, une centaines d'espèces étonnantes ont été découvertes le long…

3 jours ago
  • Respirer

Pour les bernard-l’ermite, le plastique c’est fantastique

Alors que les bernard-l'ermite font généralement de coquilles vides leur maison, voilà qu'ils optent de…

4 jours ago
  • Découvrir

Sensus, la marque de sport écoresponsable made in Sud-Ouest

Si, de tradition, la fabrication textile est originaire de la moitié Est de la France,…

5 jours ago